Chaumussay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chaumussay
Chevet de l'église St Médard
Chevet de l'église St Médard
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Preuilly-sur-Claise
Intercommunalité Communauté de communes de la Touraine du Sud
Maire
Mandat
Marie-Thérèse Bruneau
2014-2020
Code postal 37359
Code commune 37064
Démographie
Gentilé Chaumusséens
Population
municipale
246 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 52′ 18″ N 0° 51′ 45″ E / 46.8716666667, 0.862546° 52′ 18″ Nord 0° 51′ 45″ Est / 46.8716666667, 0.8625  
Altitude Min. 60 m – Max. 135 m
Superficie 19,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Chaumussay

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Chaumussay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chaumussay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chaumussay
Liens
Site web chaumussay.com

Chaumussay est une commune française du département d'Indre-et-Loire, dans la région Centre.

Ses habitants sont appelés les Chaumusséens, Chaumusséennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chaumussay en Indre et Loire
Chaumussay en Indre et Loire.

Situation[modifier | modifier le code]

Chaumussay est une commune d'Indre-et-Loire, elle appartient au canton de Preuilly-sur-Claise et fait partie de la Communauté de communes de la Touraine du Sud. Le village se situe dans la vallée de la Claise.

La commune s'étend sur 19 km2 (136 ° commune du département pour la superficie, 8 633 ° au niveau national), soit 1 915 hectares dont 315 hectares de zones forestières.

Selon le classement établi par l’INSEE en 1999, Chaumussay est une commune « périphérie d'un pôle rural ».

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune compte cinq communes limitrophes toutes situées dans le département d'Indre-et-Loire.

Rose des vents Le Grand-Pressigny Le Grand-Pressigny Le Petit-Pressigny Rose des vents
Barrou N Boussay
O    Chaumussay    E
S
Chambon Chambon Boussay

Villes les plus proches[modifier | modifier le code]

Par la route[1], le village se situe à 6 km de Preuilly-sur-Claise, 19 km de Descartes, 27 km de Châtellerault, 36 km de Le Blanc et 41 km de Loches. Le chef-lieu du département, Tours est à 78 km et Poitiers à 65 km.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Sentiers de Randonnée[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le GR 48 et par le sentier de grande randonnée de la Touraine du Sud[2]. La municipalité a également balisé trois sentiers de petite randonnée sur le territoire communal, 2 km pour le sentier Balade au village, 9 km pour le sentier La promenade des amoureux de la nature et 7 km pour le sentier Variante[3].

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales D42 et D366. L'échangeur autoroutier le plus proche est la sortie sortie 26 à Châtellerault Nord de l'A10 située à environ 27 km.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare SNCF (TGV) la plus proche est la gare de Châtellerault.

Bus[modifier | modifier le code]

Le village n'est pas desservi par les réseaux de transport en commun.

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Vue générale de Chaumussay, pont sur la Claise

La commune est traversée par deux rivières, la Claise qui traverse son territoire en son milieu, et La Muanne au Nord de son territoire.

Selon la direction départementale de l'agriculture et de la forêt d'Indre-et-Loire, son territoire comporte une zone humide de plus 10 000 m², située au Nord de la Chevrie, près du lieu-dit La Muanne[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Chaumussay se caractérise par un climat tempéré océanique dégradé.

Il est caractérisé par des températures moyennes comprises entre 4,2 °C et 18,9 °C. Les hivers sont doux (min 1,6 °C / max 11,3 °C) et pluvieux. Les étés connaissent en général chaque année au moins un épisode caniculaire de quelques jours même s'ils sont beaux et doux (min 10,8 °C / max 24,6 °C) le reste du temps. Les précipitations sont de 683,7 mm sur l'année. Les chutes de neige y sont rares, il tombe quelques flocons, en moyenne 11 jours par an.

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Chaumussay, station de Tours[5] 1 845 684 11 20 58
Paris 1 630 642 15 19 13
Nice 2 668 767 1 31 1
Strasbourg 1 633 610 30 29 65
Brest 1 492 1 109 9 11 74

Le tableau suivant donne les moyennes mensuelles de température et de précipitations pour la station de Tours-St Symphorien recueillies sur la période 1965 - 1990 :

Relevés météorologiques de la station de Tours-St Symphorien 1965-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,6 2 3,3 5 8,4 11,4 13,1 12,9 10,8 7,9 3,8 1,6 6,9
Température moyenne (°C) 4,2 5,1 7,3 9,6 13,2 16,5 18,9 18,6 16,1 12,3 7,1 4,8 11,2
Température maximale moyenne (°C) 6,9 8,2 11,3 14,3 18,1 21,7 24,6 24,3 21,4 16,7 10,5 7,4 15,4
Précipitations (mm) 63,3 61,6 54,3 51,4 67,5 47,5 53 40,9 54,3 61 63 65,9 683,7
Humidité relative (%) 87 84 79 74 77 75 72 73 77 84 87 89 80
Source : Infoclimat [6]


Relevés météorologiques de la station de Tours-St Symphorien
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Record de froid (°C)
date du record
−17,4
1987
−14,2
1963
−10,3
2005
−3,4
1974
−0,6
1957
2,6
1969
4,3
1965
4,8
1986
0,9
1956
−2,8
1950
−9
1956
−18,5
1964
−18,5
1964
Record de chaleur (°C)
date du record
16,9
1975
21
1958
26,4
1955
29,3
1949
32,1
1953
36,7
1976
37,8
1949
39,8
2003
34,8
1953
29
1985
22,6
1955
18,9
1953
39,8
2003
Nombre de jours avec gel 10,6 9,1 6,7 2 0,1 0 0 0 0 0,5 6,2 10,2 45,3
Record de vent (km/h)
date du record
104
1990
122
1990
112
1988
79
1985
119
1988
86
1987
104
1983
83
1986
83
1988
104
1987
104
1957
101
1990
122
1990
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
25
1978
25,9
1988
33,8
1980
23,7
1978
31,5
1971
58
1970
51,2
1977
35,5
1965
41,4
1965
44
1966
31
1965
34,9
1976
58
1970
Source : Infoclimat [6]


Zones protégées, faune, flore[modifier | modifier le code]

Une partie du territoire communal est classé en ZNIEFF (Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique)[7]. Il y a une zone de type II à Chaumussay[8] celle du Bois des Cours[9].

Les 315 hectares de bois de la commune sont répartis principalement sur le massif forestiers du Bois des Cours situé à l'ouest de la commune[10].

La commune a été récompensée par deux fleurs au concours des villes et villages fleuris[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Petite commune rurale du Sud-Touraine, Chaumussay a laissé peu de traces écrites anciennes. Des éléments préhistoriques et des vestiges de l'époque gallo-romaine prouvent cependant l'occupation humaine fort ancienne du lieu. La localité a porté le nom de Chaumucayum (XIIIe siècle, cartulaire de l'archevêché de Tours, à l'époque des seigneurs Gastineau). Différents fiefs présents sur son territoire (Beaumonde, la Caillère, la Chévrie, Meanne, Milliers, le Petit-Carroy, les Bivaux, la Sainjoirie et la Vilatte) relevaient de la baronnie de Preuilly. Péan de Gastineau, chanoine de Saint-Martin de Tours, auteur d'une vie de saint Martin était le frère de Jehan de Gastineau. Ce dernier figure dans des chartes de 1225 et de 1240, relatives à l'abbaye de la Merci-Dieu, avec les titres de seigneur de Chaumussay et de chevalier[12].

La seigneurie de Chaumussay a été la possession de Jean Le Meingre, dit Boucicaut, Maréchal de France au XIVe siècle, et de son fils, également Maréchal de France. On trouve alors trace de Parochia de Chaumuceyo (1360, charte du roi Jean). Le village a été le siège d'un prieuré (St Valentin) dépendant de l'abbaye de Fontgombault. Le fief de la Caillère a été longtemps possédé par la famille de Périon, à laquelle appartenait le célèbre prieur de Cormery, Joachim Périon (né peut-être en ce lieu en 1498).

En 1766, le fief de Chaumussay est compris parmi les terres érigées en marquisat en faveur de Jacques-Eusèbe Chaspoux de Verneuil, conseiller du roi, seigneur de Verneuil, Saint- Flovier, le Roulet, Sainte-Julitte...

Au milieu du XIXe siècle, le village de Chaumussay est décrit de manière peu flatteuse : son église n'a rien de remarquable ; les maisons du bourg sont mal bâties ; sa principale rue est très irrégulière[13]. Suite à la construction d'un pont en pierre sur la Claise (1869) remplaçant un pont en bois, le bourg a été réaménagé et la rue principale alignée dans l'axe du pont (1875). La modernité débarque dans les années 1880 avec l'arrivée du train, permettant de rejoindre Tours dans un délai et un confort jusqu'alors inégalés[14]. La commune est ensuite victime de l'exode rural, la population a ainsi diminué de moitié en un siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Chaumussay (Indre-et-Loire).svg

Les armoiries de Chaumussay se blasonnent ainsi :

Coupé: au 1er parti, au I d'azur à l'épi de blé d'or, au II mi-parti d'azur à l'église du lieu d'argent, au 2e d'azur au pont isolé de deux arches et deux demies d'argent; le tout enfermé dans une bordure componée d'argent et de gueules.

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Chaumussay comptait 253 habitants (population légale INSEE) au 1er janvier 2009. La densité de population est de 13,3 hab./km².

Evolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 246 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
714 668 662 662 763 762 747 787 798
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
824 782 749 690 696 743 640 610 612
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
622 619 577 501 503 503 478 506 506
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
509 504 345 300 287 262 257 246 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2004[16].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Chaumussay en 2007 en pourcentage[17].
Hommes Classe d’âge Femmes
2,3 
90 ans ou +
2,4 
10,8 
75 à 89 ans
12,6 
15,4 
60 à 74 ans
13,4 
30 
45 à 59 ans
32,3 
13,1 
30 à 44 ans
17,3 
11,5 
15 à 29 ans
7,9 
16,9 
0 à 14 ans
14,2 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2007 en pourcentage[18].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,4 
6,8 
75 à 89 ans
9,8 
13,1 
60 à 74 ans
13,9 
20,7 
45 à 59 ans
20,1 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
19,6 
15 à 29 ans
19,1 
18,8 
0 à 14 ans
16,4 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélue en 2008 Marie-Thérèse Bruneau    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Chaumussay fait partie de la Communauté de communes de la Touraine du Sud qui regroupe 21 communes situées dans la pointe sud de la Touraine entre le Poitou et le Berry. Créée le 14 décembre 2000, elle comprenait 15 624 habitants en 2007 pour une superficie de 639,39 km2, soit une densité de 24 habitants au km².

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Chaumussay en 2009[19]
Taxe Taux appliqué (part communale) Recettes dégagées en 2009 et en €
Taxe d'habitation (TH) 12,10 % 29 000
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 19,68 % 29 000
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 36,67 % 21 000
Taxe professionnelle (TP) 0,00 % 0

Le taux de la taxe professionnelle est de 0 car elle est totalement transférée à l'intercommunalité. Son taux est actuellement de 13,02 %. Cette fiscalité est supérieure à la moyenne départementale pour les communes de population équivalente (communes de 250 à 500 habitants) à l'exception de la taxe foncière sur les propriétés non bâties. Ces taux sont en moyenne de 9,67 %, 14,30 % et 40,46 %[20].

Budget de la commune[modifier | modifier le code]

En 2010, le budget de la commune s'élevait à 266 000 € et son endettement à 214 000 €[20].

Évolution de l'endettement (en milliers d’€)[20] :

Évolution des dépenses d’équipement (en milliers d’€)[20] :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le parc immobilier en 2007 est constitué de 204 logements[21] dont 117 résidences principales (57,1 %), 63 résidences secondaires (31,1 %) et 24 logements vacants (11,8 %). Le taux de résidences secondaires est supérieur à la moyenne départementale de 4,7 %[22]. Sur les 117 titulaires de résidences principales, 88,1 % sont propriétaires, 10,2 % locataires et 1,7 % logés gratuitement.

Entre 1999 et 2007, le nombre de logements s'est accru de 5,7 %, passant de 193 à 204, soit 11 de plus. Le parc immobilier est composé à 1,9 % d'appartements et 98,1 % de maisons individuelles. Au 1er janvier 2006, la commune ne comptait aucun logements sociaux[23].

Evolution des logements 1968 1975 1982 1990 1999 2007
Ensemble des logements 165 152 193 177 193 204
Résidences principales 140 110 110 110 106 117
Résidences secondaires 7 25 58 47 60 63
Logements vacants 18 17 25 20 27 24
Nombre moyen d'occupants des résidences principales 3,6 3,1 2,7 2,6 2,5 2,2

Nombre de logements
source INSEE

Jumelages[modifier | modifier le code]

Chaumussay n'a pas développé d'associations de jumelage.

Vie quotidienne à Chaumussay[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède une école dans le cadre d'un regroupement pédagogique concernant les communes de Chambon, de Boussay et de Chaumussay, répartis en 2 classes et qui accueille environ 40 élèves.

La commune relève de l'académie de Orléans-Tours. Le regroupement pédagogique est géré par l’inspection générale de l'inspection départementale de l’Éducation nationale de Tours.

La commune est sectorisée sur le collège Gaston Deferre de Preuilly-sur-Claise situé à 6 km au Sud Est.

Santé[modifier | modifier le code]

Sécurité[modifier | modifier le code]

Services publics[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Actuellement, le village ne dispose pas d'équipements sportifs[24].

Cultes[modifier | modifier le code]

Chaumussay dispose d'un seul lieu de culte (culte catholique) : l'église Saint-Médard. Elle fait partie de la paroisse du Pays de Preuilly[25] qui relève du doyenné de Loches[26] et du diocèse de Tours.

Vie Associative[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

La commune reçoit la chaîne de télévision locale France 3 Paris Île-de-France Centre. Le quotidien La Nouvelle République relate les informations locales dans son édition Indre et Loire (Touraine Est) ainsi que l'hebdomadaire La Renaissance Lochoise.

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur Primaire[modifier | modifier le code]

Secteur Secondaire[modifier | modifier le code]

Secteur Tertiaire[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges préhistoriques et antiques[modifier | modifier le code]

  • Menhir de La Prade (ou de La Touche), situé prés de la ferme des Rivaux (1,50 m de haut, avec une base de 1,60 m)
  • Outils en silex taillé, de l'époque du Magdalénien découverts à Bénagu[27].
  • Atelier de taille de silex découvert à La Villate (par le Dr Léveillé en 1863).
  • Monnaies gallo-romaines, trouvées au Champ de César, près du bourg, vers 1850-60.
  • Sarcophages, probablement gallo-romains, découverts à la Caillère en 1882[28].

Architecture civile[modifier | modifier le code]

Gare de Chaumussay vers 1900
  • Maison forte XVe siècle, attenante à l'église, ancien presbytère.
  • Grange près de l'église (peut-être une ancienne grande dîmière)
  • Manoir de La Villatte XVIe siècle, avec une tour ronde en façade.
  • Manoir de La Chévrie XVe siècle et XVIe siècle, comportant une tour carrée en façade du logis.
  • Logis des Reuilles : maison XVe siècle qui possède 42 trous de boulins muraux (nids de pigeons), répartis sur ses façades.
  • Ferme fortifiée de La Sinjoirie, du XVe siècle et XVIIe siècle, encadrée par deux tours rondes, dont l'une transformée en fuie à pigeons.
  • Ancienne école communale XIXe et XXe siècle.
  • Ancienne gare ferroviaire XIXe siècle

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

L'église St Médard

L'église du XIIe siècle a subi de nombreux remaniements. Il subsiste de l'époque romane le clocher en bâtière, l'abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four, le portail central, en plein cintre, de la façade. Le chœur a été voûté sur croisées d'ogives au XIVe siècle. La nef centrale, moderne, est couverte d'une fausse voûte en plâtre. Deux nefs latérales ont été ajoutées aux XVIIIe et XIXe siècles pour agrandir l'édifice. L'église possède une belle chaire en bois sculpté (XIXe), deux tableaux représentant la Sainte Famille (XVIIe) et l'Annonciation (XVIIIe). Plusieurs vitraux du XIXe siècle sont signés par le maître-verrier Ernest Stelzl (Nancy) et par l'atelier tourangeau Lobin.

  • Vestiges de l'ancien prieuré St Valentin XVe siècle et XVIIe siècle, entre l'église et la Mairie, qui dépendait de l'abbaye de Fontgombault[30].
  • Statue de Jeanne d'Arc (1895) près de l'église St Médard
  • Calvaire (fin XIXe) et fontaine St Marc


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Gatineau, seigneur de Chaumussay, chevalier (vers 1225)[31].
  • Jean Ier Le Meingre, dit Boucicaut (né vers 1310 – mort en 1367), Maréchal de France, lieutenant-général de Touraine. Il a épousé la fille du seigneur de Chaumussay, Godemard de Lignères, prénommée Florie, vers 1360.
  • Jean II Le Meingre, dit Boucicaut (né en 1364, mort en 1421), fils du précédent, lui succéda en qualité de seigneur de Chaumussay. Il est élevé à la dignité de Grand Chambellan en 1390 et à celle de Maréchal de France en 1391. Prisonnier en Tunisie lors d'une croisade, pour rembourser sa rançon, il fut contraint de vendre sa seigneurie de Chaumussay en 1390.
  • Claire Renaudot (1664-1720), petite fille de Théophraste Renaudot, médecin de Louis XIII et créateur de la Gazette de France, fut propriétaire de la seigneurie de Chaumussay.
  • L'Abbé Brung (1840-1900), préhistorien, curé de Chaumussay à partir de 1868. Ses collections de silex taillés et un polissoir, récoltés dans le Sud-Touraine, sont visibles à l'hôtel Goüin de Tours (Société Archéologique de Touraine). Il œuvra à l'embellissement de son église et créa le calvaire le long du coteau qui domine la Claise et le village. Un pèlerinage y avait lieu tous les ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distance entre la commune et les villes les plus proches avec Mappy.fr », sur www.mappy.fr.
  2. « Sentier de Grande Randonnée de la Touraine du Sud », sur www.tourainedusud.fr.
  3. « Sentiers de Randonnée à Chaumussay », sur www.rando-valdeloire.fr.
  4. Carte des zones humides de plus de 10 000m² selon DDAF37
  5. « Données climatiques de Chaumussay », sur www.journaldunet.com (consulté le 10 septembre 2009)
  6. a et b « Tours St Symphorien, Indre-et-Loire(37), 108m - [1965-1990] », sur www.infoclimat.fr (consulté le 10 septembre 2009)
  7. [PDF] Étude des paysages de l’Indre et Loire - Zone Naturelle p329
  8. « Liste du zonage ZNIEFF, », sur www.centre.ecologie.gouv..
  9. [PDF] ZNIEFF II Bois des Cours
  10. « Carte des Massifs forestiers de Chaumussay », sur Ministère de l'agriculture.
  11. « Palmarès départemental », sur officiel du concours. (consulté le 25/01/2010)
  12. Notice sur la commune de Chaumussay par J.-X. CARRÉ de BUSSEROLLE- Mémoires de la Société Archéologique de Touraine- 1860- Tome 13
  13. Histoire de la ville et du Canton de Preuilly - 1846 - Charles Audigé et Constant Moisand
  14. Bienvenue à Chaumussay [1]
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  17. Pyramide des âges à Chaumussay en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 20/07/2010.
  18. Pyramide des âges de l'Indre-et-Loire en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 25/07/2010.
  19. Taxe.com
  20. a, b, c et d les comptes des communes sur le site spécial du Ministère des Finances
  21. « Enquête annuelle de recensement 2007 », sur www.statistiques-locales.insee.fr (consulté le 20 juillet 2010)[PDF]
  22. « Carte des résidences secondaires en Indre et Loire en 2006 », sur economie-touraine.com (consulté le 20 juillet 2010)[PDF]
  23. « Carte des logements sociaux en Indre et Loire en 2006 », sur economie-touraine.com (consulté le 20 juillet 2010)[PDF]
  24. Les équipements sportifs sur le site du ministère de la jeunesse et des sports consulté le 13/07/2010
  25. Paroisse du Pays de Preuilly
  26. Doyenné de Loches
  27. J-C Marquet [2]
  28. André Montoux - Bulletin de la Société Archéologique de Touraine - 1972 - T37
  29. Base Mérimée, Ministère de la Culture [3]
  30. Dom Jacques de BASCHER [4]
  31. Recueil de chroniques de Touraine - André Salmon -1854 - impr. de Ladevèze


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]