Chatroulette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chatroulette
Importez le logo de ce site Web
Importez le logo de ce site Web

URL chatroulette.com
Slogan Welcome to the world of Chatroulette!
Langue(s) Anglais
Propriétaire Andrey Ternovskiy
Créé par Andrey Ternovskiy
Lancement novembre 2009

Chatroulette est un site Web de messagerie instantanée et de visiophonie (par webcam) qui a la particularité de mettre des internautes en relation de manière aléatoire. « Chatroulette » est la jonction de deux termes : « chat » pour dialogue en ligne et de « roulette » qui se rapporte au jeu de hasard.

Interrogé par le quotidien américain, Andrey Ternovskiy, le créateur du site, alors étudiant de 17 ans à Moscou[1], a déclaré avoir hésité à se dévoiler au monde, principalement parce qu'il n'est pas encore majeur[2]. « Maintenant, je pense qu'il est préférable de dire qui je suis », a écrit l'adolescent au New York Times.

Principe[modifier | modifier le code]

Chaque personne connectée peut immédiatement, si elle le souhaite, changer d'interlocuteur, en appuyant sur la touche « next » (« suivant »). Elle est alors mise en relation avec un autre utilisateur[3]. Lancé en novembre 2009, Chatroulette a connu un gain de popularité remarquable après que Good Morning America[4], le New York Times ainsi que le New york Magazine[5] eurent présenté ce site auprès du grand public, en février 2010 ; à cette date, le site recevait environ 800 000 visiteurs uniques par jour[réf. souhaitée].

Interface[modifier | modifier le code]

Pour l'instant, l'interface n'est disponible que dans une seule langue, l'anglais.

Dans la partie gauche, les deux écrans, en haut celui du « partner », en bas le vôtre. Une autre interface est possible avec les deux écrans dans la partie haute : à gauche celui du « partner » et à droite le vôtre.

Dans la partie haute les différents boutons d'actions, play, next, et les différentes options à cocher. Le reste de la page est consacré au dialogue.

Controverse[modifier | modifier le code]

Il n'est pas rare d'être mis en contact avec une personne dénudée, prenant une pose suggestive, ou s'adonnant à des activités exhibitionnistes[3], la grande majorité de ces personnes étant des hommes adultes, protégés par l'anonymat de Chatroulette. Les images affichées ne conviennent donc pas à tous les publics[6], mais l'accès au site n'est pas restreint. Cependant, une inscription préalable est désormais obligatoire, contrairement à ses débuts.

Le principe du site soulève également des questions juridiques, notamment sur le droit à l'image et la diffusion de pornographie en ligne[7].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Plusieurs célébrités ont déclaré avoir utilisé Chatroulette, telles que Kelly Osbourne, Joel Madden, Nicole Richie, Justin Bieber, Harry Styles et Paris Hilton[8]. Le 27 février 2010, le groupe de rock Faith No More a diffusé sa performance au Soundwave Festival de Melbourne en direct sur Chatroulette[9].

Le site a été cité dans l'épisode You Have 0 Friends de South Park[10]. L'humoriste français Max Boublil a réalisé une chanson humoristique Chatroulette avec Sophie Favier[11]. Jon Stewart l'a prétendument utilisé dans une séquence comique de l'émission The Daily Show[12].

De nombreux sites reprenant le principe de Chatroulette ont vu le jour mais aucun n'a encore atteint la même notoriété[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Brad Stone, « Chatroulette’s Creator, 17, Introduces Himself », sur Bits, New York Times,‎ 13 février 2010 (consulté le 15 février 2010)
  2. (fr) Camille Gévaudan, « Chatroulette, russe évidemment », sur Ecrans.fr, Libération,‎ 15 février 2010 (consulté le 21 février 2010)
  3. a et b (fr) Alexandre Hervaud, Camille Gévaudan, Isabelle Roberts, Raphaël Garrigos, « Jouer à chat-bite sur la Toile », sur Ecrans.fr, Libération,‎ 11 février 2010 (consulté le 21 février 2010)
  4. (en) Brian Braiker, « Chatroulette: Talking to Strangers Is Cheap and Often Racy », ABC News (consulté le 15 février 2010)
  5. (en) Sam Anderson, « The Human Shuffle », New York Magazine,‎ 5 février 2010 (consulté le 15 février 2010)
  6. (fr) Vincent Glad, « Chatroulette, le grand frisson du Net », sur Slate.fr,‎ 3 février 2010 (consulté le 15 février 2010)
  7. (fr) Willy Duhen, « Charoulette et le droit: entre buzz, fun et multiples risques juridiques », sur legaletic.fr,‎ 16 février 2010
  8. 10 Celebs you may chance upon on Chatroulette, 3 mars 2010, (page consultée le 22 juillet 2010).
  9. David Swan, Faith No More stream entire show to Chatroulette, iTWire, 27 février 2010, (page consultée le 22 juillet 2010).
  10. Looking For Quality Friends, South Park Studios.com, (page consultée le 22 juillet 2010).
  11. Clip : Max Boublil Ta Mère sur Chatroulette, MusiqueMag.com22 juillet 2010, (page consultée le 22 juillet 2010)
  12. « Tech-Talch - Chatroulette » sur le site de The Daily Show
  13. Sarah Perez, Chatroulette Clones: A New Market for Random Connections, 26 février 2010, (page consultée le 22 juillet 2010).

Lien externe[modifier | modifier le code]