Chatouille (torture)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gravure d'Adolphe Willette pour Pierrot assassin de sa femme (1888).

À plusieurs reprises au cours de l'histoire, les chatouilles ont été utilisées comme moyen de torture. Souvent utilisée dans le but de faire rire, la sensation provoquée peut devenir insupportable lorsque les chatouilles se prolongent (apparition de maux de ventre ou envie pressante d'uriner dans le pire des cas...) ainsi qu'une certaine humiliation publique.

La torture par les chatouilles a notamment été utilisée par les Romains qui enduisaient les pieds de leurs victimes de sel et les faisaient lécher par une chèvre ; une scène mémorable apparaît ainsi dans le film François Ier avec Fernandel. Vlad III l'Empaleur laissait un filet d'eau salée couler en permanence sur les pieds de ses victimes et certains historiens rapportent que les chatouilles étaient utilisées dans la Chine impériale, notamment sous la Dynastie Han, comme moyen de torture sur les nobles car elles ne laissaient pas de traces visibles[1].

Enfin, dans la pantomime Pierrot assassin de sa femme, Paul Margueritte présente en 1881 un mime qui tue sa victime en la chatouillant[2].

Chatouille consensuelle[modifier | modifier le code]

Dans le monde du fétichisme sexuel, la torture par les chatouilles est une activité entre partenaires consentants. Un moment de torture débute habituellement avec l'un des partenaires qui autorise l'autre à le positionner de manière à exposer ses parties du corps sensibles aux chatouilles. Certaines parties comme les pieds ou les aisselles sont communément liées à la torture des chatouilles.

La méthode bondage de la chatouille est habituellement suivie de la même méthode basique. L'accessoire du bondage est de rendre la victime incapable de se débattre ou de s'échapper des chatouilles et aussi de rendre les parties du corps de la victime vulnérables.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]