Chat et souris associés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chat et souris associés
Image illustrative de l'article Chat et souris associés
Conte populaire
Titre Chat et souris associés
Titre original Katze und Maus in Gesellschaft
Folklore
Genre Conte d'animaux
Aarne-Thompson AT 15
Pays Allemagne
Région Hesse
Époque XIXe siècle
Version(s) littéraire(s)
Publié dans Frères Grimm, Kinder- und Hausmärchen, vol. 1 (1812)

Chat et souris associés (en allemand Katze und Maus in Gesellschaft) est un conte populaire allemand qui figure parmi ceux recueillis par les frères Grimm dans le premier volume de Contes de l'enfance et du foyer (Kinder- und Hausmärchen, 1812, n° KHM 2).

Versions[modifier | modifier le code]

La version recueillie par les frères Grimm vient de Hesse[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Un chat et une souris se sont mis en ménage. En prévision de l'hiver, ils décident d'acheter un pot de graisse et de le cacher sous l'autel de l'église.

Bientôt, cependant, le chat est tenté. Pour pouvoir sortir, il ment à la souris et lui dit qu'une cousine a eu un petit et qu'il est invité au baptême. En réalité, ce n'est qu'un prétexte pour aller manger le dessus du pot de graisse. À son retour, la souris, un peu méfiante, lui demande quel nom a été choisi pour le chaton et, sans trop réfléchir, le chat répond : « Dessus-Parti ».

Un peu plus tard, le chat est encore tenté. De nouveau, il se sert du prétexte d'un baptême pour sortir et aller, cette fois, manger la moitié du pot de graisse. Quand il revient, la souris lui demande le nom du chaton, et le chat répond : « Mivide ».

Encore plus tard, nouvelle tentation. Même excuse mais, cette fois, le chat vide le pot complètement. Quand il revient, la souris lui demande le nom du chaton, et le chat lui répond : « Toutnet ».

Quand enfin vient l'hiver, la souris se souvient du pot de graisse. Elle appelle alors le chat et l'invite à l'accompagner pour aller chercher le pot. La souris, évidemment, trouve le pot vide et, alors, elle comprend tout : « Dessus-Parti, Mivide et ... ». Mais, avant qu'elle n'ait fini de prononcer « Toutnet », le dernier nom, le chat bondit sur elle, et n'en fait qu'une bouchée.

Ainsi va le monde.

Variantes[modifier | modifier le code]

Les frères Grimm font référence à un autre conte similaire, raconté en Hesse également mais aussi en Poméranie, mettant en scène un coq et une poule. D'autres versions ont pour vedettes un renard et un coq, ou un ours et un renard[1]. En France, le plus souvent avec pour protagonistes un loup et un renard, le conte est très répandu : on en dénombre une centaine de versions[2].

Classification[modifier | modifier le code]

Dans la classification des contes-types d'Aarne et Thompson, Chat et souris associés est rangé dans les contes de type AT 15, « The Theft of Butter – Honey – to Playing Godfather » (« Renard - parrain »)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b (en) Cat and Mouse in Partnership, sur le site surlalune.com : Notes.
  2. Delarue-Ténèze (2002), t. 3, p. 68.

Sources et Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Paul Delarue, Marie-Louise Ténèze, Le Conte populaire français, édition en un seul volume reprenant les quatre tomes publiés entre 1976 et 1985, Maisonneuve et Laroze, coll. « Références », Paris, 2002 (ISBN 2-7068-1572-8).