Chasseurs fantômes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Foo Fighters (homonymie).
Image reconstituée de Foo fighters.

Les Chasseurs fantômes (Foo Fighters en anglais) sont des phénomènes aériens (généralement une ou plusieurs boules lumineuses blanches, jaunes ou rouges) rapportés à de nombreuses reprises par les équipages des forces armées aériennes alliées ou de l'Axe, lors de la Seconde Guerre mondiale[1]. Les Chasseurs fantômes sont considérés comme un élément fondateur pour les personnes s'intéressant aux OVNIs. Néanmoins, et même si plusieurs explications coexistent, l'explication la plus simple est qu'il s'agirait peut-être d'un phénomène naturel survenant dans certaines conditions[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'origine du terme Foo fighter est généralement attribuée à la bande dessinée surréaliste Smokey Stover de William Holman. Le comics conte les aventures des pompiers Smokey Stover et son chef Cash U. Stover qui luttent contre les incendies avec un curieux véhicule à deux roues sphérique et rouge dont la forme peut évoquer les formes aperçues par les aviateurs [3]. L'une des phrases typiques de Smokey est “Where there's foo there's fire.” (« Là où il y a un foo il y a un incendie », ce foo pourrait provenir du « feu » français prononcé avec un accent anglo-saxon). Le livre intitulé Smokey Stover the Foo Fighter fut publié en 1938[4] .

Foo fighter fait aussi référence aux pilotes de chasse japonais, réputés pour leur style imprévisible et leurs manœuvres extrêmes.

D'autres rapprochent le mot de l'art martial Kung fu en référence aux mouvements endiablés des objets observés. Le terme Kung fu était cependant peu courant dans la langue anglaise jusqu'aux années 1960 quand il devint populaire grâce aux films de Hong-Kong et aux séries télévisées. Auparavant, on parlait surtout de « Boxe chinoise » (Chinese boxing).

Description[modifier | modifier le code]

À partir de 1942, de nombreux membres d'équipage britanniques, américains, mais aussi allemands ou japonais rapportèrent avoir été escortés par des formations de sphères lumineuses lors de leurs missions de combat[1], le plus souvent lors de missions nocturnes.

Ils eurent l'impression que ces sphères se dirigeaient de manière intelligente et affirmèrent que ces phénomènes suivaient les escadrilles de chasseurs ou de bombardiers. Plusieurs pilotes, pris de panique, essayèrent d'abattre ces sphères lumineuses[5] mais sans résultat.

Certains enregistrements image par image ont montré que les éclairs étaient constitués non pas d'un seul rayon lumineux, mais d'une multitude de boules lumineuses.

Les témoignages de certains équipages de bombardiers engagés au-dessus de l'Allemagne font état de véritables formations[1]. Une commission d'étude créée par la Royal Air Force durant les hostilités a été officiellement close en 1944.

Hypothèses et explications[modifier | modifier le code]

  • La principale explication, à l'époque des faits, fut que ces sphères étaient des prototypes secrets testés par l'ennemi[1]. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'accès aux archives des différents protagonistes invalida cette théorie : aucune armée engagée dans le conflit n'expérimenta de prototype d'appareil sphérique et lumineux.
  • Certains sceptiques parlèrent, également, de cas d'hystérie collective des équipages due au stress des missions de combat.
  • Des médecins ont évoqué des "mirages" dus à la persistance rétinienne après l'exposition aux obus traçants[3].
  • La bataille de Los Angeles fournit une explication au phénomène où les points lumineux qui entourent l'objet pourraient être des reflets ou des éclats des tirs de la DCA. Une photo du phénomène fut publiée dans le Los Angeles Times le 26 février 1942. Ce qu'on y voit ressemble à un objet cerné par les projecteurs de la DCA.
  • Une fois la guerre froide terminée, les archives concernant les prototypes militaires furent dévoilés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) « Foo Fighters », sur rr0.org (consulté en 28 octobre2010)
  2. X Passion - La foudre
  3. a et b revue Champs de Bataille n°52, p.12
  4. (fr) « Encyclopédie du paranormal », sur www.paranormal-encyclopedie.com (consulté en 28 octobre2010)
  5. ce fut confirmé par le major Donald E.Keyhoe de l'U.S Navy

Voir aussi[modifier | modifier le code]