Chasseurs à cheval de la Garde impériale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chasseurs à cheval de la Garde impériale
Chasseur à cheval de la Garde impériale du piquet d'escorte en tenue de service (1805). Illustration de Louis-Ferdinand Malespina.
Chasseur à cheval de la Garde impériale du piquet d'escorte en tenue de service (1805). Illustration de Louis-Ferdinand Malespina.

Période 18041815
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau de l'Empire français Empire français
Branche Grande Armée
Type Régiment
Rôle Cavalerie légère
Effectif 1 018 personnes
Fait partie de Garde impériale
Garnison Paris
Guerres Guerres napoléoniennes
Batailles Bataille d'Austerlitz
Bataille d'Eylau
Bataille de Benavente
Bataille de Wagram
Bataille de Hanau
Bataille de Montmirail
Bataille de Waterloo
Commandant Eugène de Beauharnais
Charles Lefebvre-Desnouettes

Les chasseurs à cheval de la Garde impériale sont une unité de cavalerie, constituée de deux régiments.

Le 1er régiment appartenant à la Vieille Garde fut formé sous le Consulat sous le nom de guides de la Garde des consuls. Il fournissait ordinairement l'escadron de service auprès de l'Empereur, assurant son escorte lors des déplacements et sur le champ de bataille. Les chasseurs de la Garde eurent l'occasion de sauver l'Empereur lors d'attaques (ainsi à la veille d'Austerlitz). Ils étaient parmi les préférés de Napoléon[1], et à cheval l'Empereur portait souvent l'uniforme vert de colonel de ce régiment (souvent caché par sa célèbre redingote grise), le porta pendant sa captivité à Sainte-Hélène et fut mis en bière dans cet uniforme[2]. C'était l'un des régiments les plus prestigieux de la Garde[3]. Il leur arriva aussi de combattre, ainsi que le reste de la Garde, au cœur des batailles et ils se distinguèrent notamment lors des batailles d'Austerlitz et d'Eylau, conduits par le maréchal Bessières.

Un 2e régiment de chasseurs à cheval de la Garde impériale est créé par décret du 15 mai 1815, à partir de quelques cavaliers de la Ligne devant avoir quatre ans de services ou de campagnes mais la majorité des hommes est issue des anciens soldats des escadrons de Jeune Garde de 1813 et 1814 qui avaient été replacés dans la Ligne ou mis en demi-solde à la Restauration[4]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

En 1800, il existait une compagnie des chasseurs à cheval au sein de la Garde des Consuls, elle-même issue de la compagnie des guides à cheval de Bonaparte[5], créée pendant la campagne d'Italie[6]. Cette filiation ancienne explique l'attachement et le dévouement de ces vétérans à la personne de l'Empereur. La compagnie sert notamment à la bataille de Marengo, où la Garde consulaire couvre la retraite de l'armée française lorsque la bataille paraît perdue, avant l'arrivée de Desaix.

Une unité de protection[modifier | modifier le code]

Officier des chasseurs à cheval de la Garde impériale, par Hippolyte Bellangé.

En 1804, la Garde des Consuls est rebaptisée Garde impériale suite au changement de régime. Malgré son nom, la Garde est d'abord un corps d'élite de réserve regroupant les meilleurs éléments issus de la ligne. Les chasseurs à cheval et les grenadiers à pied de la Garde impériale partagent l'honneur d'être les véritables gardes du corps de l'empereur, en tant de paix comme en tant de guerre. Les chasseurs à cheval assurent l'escorte de Napoléon lors de ses déplacements à cheval ou en voiture.

À ce titre un escadron du régiment était généralement[7] de service auprès de l'empereur. Un détachement assurait l'escorte rapproché de l'empereur, l'accompagnent notamment lors de ses reconnaissances des champs de bataille : un lieutenant, un maréchal des logis, deux brigadiers, 22 chasseurs et un trompette. Les chasseurs portent le mousqueton en main. Généralement, lorsque l'empereur est à l'arrêt, un chasseur est posté en vedette à chaque point cardinal, formant ainsi un « carré d'honneur » contre les balles ou les boulets[8]. Lorsque les chasseurs sont à pieds, ils équipent leur mousqueton d'une baïonnette et entourent l'empereur. De par leur rôle de protecteurs, on les surnomme les « chevaliers servants »[9].

Les chasseurs à cheval de la Garde sont de par leur rôle très estimés et aimés par Napoléon qui les couvrait d'honneurs, et le commandement du peloton d'escorte était une place très recherchée et chargée d'honneurs, permettant de côtoyer le souverain toute la journée.

Au soir du 1er décembre 1805, à la veille de la bataille d'Austerlitz, Napoléon s'avance en reconnaissance vers les lignes ennemies et tombe sur un groupe de Cosaques. Les chasseurs à cheval de l'escorte dégagèrent leur maître qui put regagner les lignes française.

Une unité de combat[modifier | modifier le code]

Les chasseurs à cheval eurent à combattre aux côtés des autres unités de cavalerie à plusieurs reprises.

2 décembre 1805 : la grande charge d'Austerlitz[modifier | modifier le code]

Les trophées d'Austerlitz : à gauche un chasseur à cheval de dos, en pelisse rouge et coiffé de son colback à flamme. On peut également voir des Mamelouks, dont l'escadron était rattaché au régiment
Article détaillé : Bataille d'Austerlitz.

L'armée russe a porté son effort sur la droite française en sous-nombre commandée par Davout, et a ainsi dégarni le plateau de Pratzen. Le corps de Soult a alors attaqué et pris le plateau de Pratzen et canonne les colonnes russes qui reviennent prendre le plateau. C'est alors que la cavalerie de la Garde impériale russe tente de stopper l'attaque française après l'échec d'une attaque d'infanterie. La cavalerie russe met en déroute deux régiments d'infanterie français tandis que les autres régiments se forment en carré.

Napoléon donne l'ordre au maréchal Bessières de faire donner la cavalerie de la Garde pour colmater la brèche et soulager l'infanterie.

Bessières dispose des quatre escadrons de chasseurs à cheval (375 cavaliers sous le commandement du colonel Morland), de l'escadron de Mamelouks (48 cavaliers commandés par le général Rapp) et de 4 escadrons de grenadiers à cheval (706 cavaliers menés par le colonel Ordener).

Bessières lance d'abord deux escadrons de chasseurs à gauche et 3 de Grenadiers à droite, dont la charge est repoussée par le régiment Séménowski. Le colonel Morland est tué. L'artillerie à cheval de la Garde commence à tirer sur l'infanterie russe, tandis que l'infanterie française en déroute se rallie et vient renforcer l'attaque de la cavalerie et de l'artillerie. Les cuirassiers et les hussards de la Garde russe sont bousculés.

Les chevaliers-gardes et les cosaques de la Garde russe chargent à leur tour et le combat devient confus et son issue incertaine. Napoléon envoie son aide de camp Rapp reprendre les choses en main. Le général charge à la tête des Mamelouks suivis des trois escadrons restants de Grenadiers conduits par Ordener et de chasseurs commandés par Dahlmann. La charge traverse les lignes russes et se reforme entre les carrés français qui se sont rapprochés des Russes et font feu sur l'ennemi. Les cavaliers se reposent et les chasseurs à cheval préviennent toute poursuite en usant de leurs mousquetons. La cavalerie de la Garde russe est brisée et de nombreux drapeaux et prisonniers sont pris, dont le prince Repnine, commandant des Chevaliers-gardes. La cavalerie de la Garde charge l'infanterie russe également mitraillée par l'artillerie. Les Russes se replient.

8 février 1807 : la grande charge d'Eylau[modifier | modifier le code]

Le général Dahlmann, colonel en second des chasseurs à cheval, tué à la tête du régiment à Eylau
Article détaillé : Bataille d'Eylau.

Le corps d'Augereau à l'attaque des russes en plus d'être désorienté par des bourrasques de neige pleine face, est décimé par l'artillerie ennemie qui le prend pour cible. Le 7e corps est hors de combat. Une énorme brèche coupe en deux les lignes françaises, isolant l'aile droite française menée par Davout du reste de l'armée. Le commandant en chef russe, Bennigsen, y engouffre une force d'infanterie et de cavalerie sur l'aile gauche pour repousser Davout, plusieurs divisions au centre et une colonne d'infanterie dans une attaque irrésistible sur la droite dans le cimetière d'Eylau défendu par les restes du 7e corps.

Napoléon lance Murat dans la plus formidable, mais aussi la plus désordonnée des charges de toute l'histoire, à la tête de plus de dix mille hommes de la réserve de cavalerie, attaquer les divisions ennemies au centre. Les dragons buttent sur la première ligne russe, les cuirassiers en deuxième vague rencontrent plus de succès mais butent sur la deuxième ligne. À la cavalerie de la ligne menacée d'encerclement par l'infanterie russe, Napoléon y ajoute celle de la Garde commandée par le maréchal Bessières.

Le maréchal charge, traverse les deux lignes russes avec furie, élargit la brêche précédemment ouverte par les cuirassiers. À la tête des chasseurs à cheval, le colonel Dahlmann y sera mortellement blessé. Le colonel Guyot prendra alors le commandement du régiment. Les Grenadiers à cheval, quant à eux menés par le colonel-major Louis Lepic et le 5e régiment de cuirassiers à la suite, enfoncent les russes jusqu'à rallier les lignes françaises. La charge de la Garde a permis à la cavalerie de ligne de Murat de se replier et l'ensemble de ces charges meurtrières, au prix de près de trois mille cinq cents tués, ont stoppé et repoussé l'attaque russe sur le centre.

Contre les grenadiers russes partis à l'assaut du cimetière, Napoléon oppose le fameux 1er régiment de grenadiers-à-pied de la Garde impériale sur la tête de colonne ennemie et fait charger ses flancs par les escadrons de service de la Garde à cheval. Pris à revers par hussards et chasseurs à cheval de la ligne détachés par Murat, les grenadiers russes sont annihilés par cette triple attaque.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Composition et effectifs théoriques[modifier | modifier le code]

  • 3 janvier 1800 : 1 compagnie.
  • 8 septembre 1800 : 1 escadron des chasseurs, 2 compagnies.
  • 6 août 1801 : 2 escadrons, 4 compagnies.
  • 1er octobre 1802 : 4 escadrons, 8 compagnies.
  • 21 janvier 1804 : 4 escadrons (8 compagnies) plus l'escadron de Mamelouks.
  • En 1804, le régiment se compose :
    • De 1 colonel, et 1 major.
    • De 1 État-major composé de 1 chef d'escadron, 1 adjudant-major, 4 porte-étendards, 1 trompette-major, 1 timbalier, 1 brigadier trompette et 4 maîtres ouvriers, soit 13 hommes.
    • De 8 compagnies (en 4 escadrons), composées de : 1 capitaine, 1 lieutenant en premier, 1 lieutenant en second, 1 sous-lieutenant, 1 maréchal-des logis-chef, 4 maréchaux des logis, 8 brigadiers, 1 maréchal-ferrant, 2 trompettes et 96 chasseurs, soit 116 hommes par compagnie, pour un total de 928.

Soit un effectif théorique de 943 hommes.

  • 17 septembre 1805 : 4 escadrons (8 compagnies), 1 escadron de Mamelouks et 1 escadron de vélites à 4 compagnies.
  • 15 avril 1806 : 4 escadrons (8 compagnies), 1 escadron de Mamelouks et 2 escadrons de vélites (8 compagnies).
  • décembre 1809 : 4 escadrons (8 compagnies), 1 escadron de Mamelouks et 1 escadron de vélites (2 compagnies).
  • 1812 : 5 escadrons (10 compagnies), 1 escadron de Mamelouks.
  • 1813 : 8 escadrons (16 compagnies), 5 de Vieille Garde et 3 de Jeune Garde, 1 escadron de Mamelouks.
  • 1814 (première Restauration) : 4 escadrons (8 compagnies).
  • 1815 (Cent-Jours) : 4 escadrons (8 compagnies), 1 escadron de Mamelouks.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Eugène de Beauharnais, colonel des chasseurs à cheval de la Garde impériale

Le grade de « colonel-général » du régiment est surtout honorifique et la réalité du commandement en campagne revient au colonel en second (« colonel-major »). Les soldats de la Garde ont un rang supérieur à celui de la ligne, c'est pourquoi cette fonction est souvent remplie par un officier général.

(*) Officier qui devint par la suite général de brigade. (**) Officier qui devint par la suite général de division.

Étendard[modifier | modifier le code]

L'étendard du modèle 1804 n'était pas carré comme de coutume, mais, comme pour les chasseurs à cheval de la ligne, consistait en un guidon se terminant en deux pointes à partir de la moitié de la longueur. Le losange central blanc portait en lettres d'or l'inscription : « L’Empereur des Français au régiment de chasseurs à cheval de la Garde impériale » à l'avers, et au revers « Valeur » et « Discipline » encadrant les armes impériales, et en dessous « (N°) escadron ». Les angles étaient ornés de cors de chasse entourés de couronnes de lauriers.

L'étendard du modèle 1812, reçu en 1813, était carré et tricolore avec à l'avers « Garde impériale, l'Empereur Napoléon au régiment de chasseurs à cheval », et au revers les noms de batailles où le régiment s'était distingué et les capitales prises. Le bord du drapeau était orné de chiffres, de cors de chasse entourés de couronne de laurier et de chêne mêlés, d'aigles, d'abeilles…

Les étendards du régiment furent détruits en septembre 1815 lors de la Seconde Restauration.

Décorations[modifier | modifier le code]

Les Chasseurs à cheval de la Garde impériale défilant devant Napoléon et son état-major

Au retour de la campagne de 1807, les chasseurs à cheval de la Garde impériale firent partie des régiments dont l'Aigle fut orné d'une couronne de laurier en or offerte par la Ville de Paris et remise par le préfet de la Seine. La couronne était passée autour du cou de l'aigle.

Historique[modifier | modifier le code]

Le régiment était basé à l'École militaire de Paris.

Colonels tués ou blessés en commandant le régiment pendant cette période :

Officiers blessés ou tués en servant entre 1804 et 1815 :

  • Officiers tués : 70
  • Officiers morts de leurs blessures : 8
  • Officiers blessés : 130

Faits d'armes du régiment[modifier | modifier le code]

Charge des chasseurs de la Garde dans la rue d'Alcala à Madrid (épisode du Dos de Mayo).

Grande charge d'Austerlitz contre la Garde impériale russe.

Grande charge d'Eylau contre la colonne d'infanterie russe menaçant de couper en deux l'armée française.

Les batailles suivantes étaient inscrites sur le drapeau modèle 1812 :

ainsi que les noms des capitales prises :

Uniformes sous le Consulat et le Premier Empire[modifier | modifier le code]

Napoléon en habit de colonel des chasseurs à cheval de la Garde, à Wagram

L'uniforme des chasseurs à cheval de la Garde est l'un des plus fameux de la Grande Armée, avec celui des grenadiers à pieds de la Garde, des hussards, des lanciers rouges… La grande tenue ne tenait pas des chasseurs à cheval de la ligne mais des hussards. Il s'agissait donc d'un uniforme « à la hongroise » :

  • Colback noir en peau d'ours, avec un plumet vert au sommet rouge et une flamme écarlate. Colback blanc à plumet bleu au sommet rouge pour les trompettes.
  • Dolman vert. Bleu pour les trompettes.
  • Pelisse écarlate bordée de mouton noir (doublure rousse pour les sous-officiers et blanche pour les officiers)
  • Ceinture écharpe en laine
  • Culotte de daim
  • Bottes « à la Souvarov »

L'armement est constitué :

  • D'un sabre de cavalerie légère
  • D'un mousqueton de cavalerie
  • D'une baïonnette
  • D'un pistolet

Comme les hussards, ils portent une sabretache, verte bordée d'or et ornée des armes impériales. Pour l'équipement du cheval, la schabraque est verte pour les soldats et sous-officiers, et en peau de panthère pour les officiers.

Emblématique de l'iconographie du régiment et parfois portée au combat, la grande tenue laissait la place en campagne à la tenue de campagne, assez variable selon l'époque et la saison : pelisse ôtée ou non, dolman pouvant être remplacé par un habit « à la chasseur », colback sans plumet ni flamme, pantalon de cheval vert à la place de la culotte de daim, housse de sabretache…

Personnages célèbres ayant servi dans le régiment[modifier | modifier le code]

Anecdote[modifier | modifier le code]

Tué lors de la première charge des chasseurs à Austerlitz, le colonel Morland fut momifié par le chirurgien Larrey et sa dépouille fut rapatriée dans un tonneau de rhum. Lors de l'ouverture du tonneau, on se rendit compte que l'alcool lui avait fait pousser d'énormes moustaches[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. JOUINEAU, Jean-Marie MONGIN : « C'est pour toutes ces raisons, […], que Napoléon les aime, les choie et les préfères à tous les autres »
  2. Albert Benhamou L'Habit de Napoléon à Sainte-Hélène
  3. Unité aimée de Napoléon, elle en assurait généralement la sécurité et le sauva à plusieurs reprises. Cela et les charges décisives assurées pendant plusieurs batailles font qu'ils sont souvent représentés sur les illustrations et tableaux de cette époque
  4. Olivier LAPRAY, "Le capitaine PARQUIN et le 2e régiment de chasseurs à cheval de la Garde Impériale" in revue Soldats napoléoniens, mars 2004
  5. Olivier LAPRAY, "les guides à cheval de l'armée d'Italie sous Bonaparte" in Revue Soldats Napoléoniens, septembre 2008
  6. Pawly et Courcelle 2008, p. 3
  7. À la bataille d'Iéna, le régiment était absent et c'est le 7e régiment de hussards qui fournit l'escadron de service auprès de l'empereur durant la bataille
  8. Prache 1983, p. 19
  9. Prache 1983, p. 15
  10. Marbot 1905, p. 67

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Capitaine Descaves, Historique du 13e régiment de chasseurs à cheval et des chasseurs à cheval de la Garde, Bouineau & Cie,‎ 1891. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marcel Dupont, Guides de Bonaparte et chasseurs à cheval de la Garde, LCV,‎ 2002. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • François-Guy Hourtoulle et André Jouineau, La Moskowa, Borodino : La Bataille des Redoutes, Histoire & Collections,‎ 2003, 120 p. (ISBN 2-908182-95-5)
  • François-Guy Hourtoulle et André Jouineau, Austerlitz, 1805 : Le soleil de l'Aigle, Histoire & Collections,‎ 2003, 128 p. (ISBN 2-913903-70-3)
  • François-Guy Hourtoulle et André Jouineau, 1807, d'Eylau à Friedland : 1807, la campagne de Pologne, Histoire & Collections,‎ 2007, 144 p. (ISBN 978-2-35250-020-9)
  • André Jouineau et Jean-Marie Mongin, Officiers et soldats de la Garde impériale : 2. Les troupes à cheval, 1804-1815, Histoire & Collections,‎ 2007, 82 p. (ISBN 978-2-35250-032-2)*
  • Olivier Lapray, Le capitaine Parquin et le 2e régiment de chasseurs à cheval de la Garde Impériale, revue Soldats Napoléoniens,‎ mars 2004. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Olivier Lapray, Les guides à cheval de l'armée d'Italie sous Bonaparte, revue Soldats Napoléoniens,‎ septembre 2008. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Olivier Lapray, Charles Henry Delacroix, capitaine des chasseurs à cheval de la Garde des Consuls, revue Soldats Napoléoniens,‎ juin 2011. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Olivier Lapray, Les chasseurs à cheval de la Garde impériale, revue Soldats Napoléoniens,‎ janvier 2014. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Ronald Pawly et Patrice Courcelle, Napoleon's Mounted Chasseurs of the Imperial Guard, Osprey Publishing,‎ 2008, 48 p. (ISBN 9781846032578). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Denys Prache, Les soldats de Napoléon, Hatier,‎ 1983, 59 p. (ISBN 2-218-06647-5). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Baptiste Antoine Marcellin de Marbot, Austerlitz !, L. Carteret,‎ 1905, 83 p..
  • Richard Morel, La danse des Seigneurs,‎ 2013 (ISBN 978-2-35593-265-6).