Chasse au miel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Récolte de miel sauvage au Cameroun en 2007.

La chasse au miel est la cueillette de miel et autres produits de la ruche à partir des colonies d'abeilles sauvages. C'est l'une des activités les plus anciennes de l'homme. Elle est encore pratiquée par les sociétés autochtones de certaines parties d'Afrique, d'Asie, d'Australie et d'Amérique du Sud. La cueillette du miel des colonies d'abeilles sauvages s'effectue généralement en enfumant les abeilles et en brisant l'arbre ou les rochers abritant la colonie, ce qui entraine souvent la destruction physique de la colonie.

Historique[modifier | modifier le code]

Récolte de miel, reproduction d’une peinture rupestre (datée entre 8000 et 6000 AD) des grottes de la Araña « de l’Araignée », proches de Bicorp (Espagne).

L'homme exploite les produits de la ruche depuis le néolithique, le miel alors seul sucre alimentaire et la cire dans l'artisanat (la cire d'abeille servait de plastifiant dans les colles utilisées pour fabriquer les outils et d’imperméabilisant des récipients de céramique[1]. Les travaux de l'équipe dirigée par Martine Regeart du Centre de Recherche et de restauration des musées de France démontrent les multiples utilisations du miel au néolithique. « Sur les sites néolithiques comme celui de Chalain dans le Jura, de Bercy, ou encore de Dikili Tash en Grèce, des dizaines de céramiques ont été retrouvées. Chaque fois, dans au moins deux ou trois d'entre elles, nous avons identifié de la cire d'abeille » déclare Martine Regeart[2].

Un des plus anciens témoignages de cueillette du miel des colonies sauvages est une peinture rupestre préhistorique de la grotte de l’Araignée en Espagne près de Bicorp dans la région de Valence et datée suivant les diverses sources de 6000 ans avant J.-C. à 10 000 ans avant J.-C.

En Afrique-du-Sud et dans les collines de Matopo en Rhodésie des dessins montrent des cueilleurs de miel[3].

Chasse au miel dans le Monde[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Dans de nombreuses régions en Afrique, la chasse au miel fait partie de la culture indigène.

Tanzanie[modifier | modifier le code]

Les hadzabes récoltent le miel des abeilles sauvages installées dans les baobabs après les avoir enfumées[4].

Asie[modifier | modifier le code]

Népal[modifier | modifier le code]

Deux fois par an, dans les contreforts himalayens du Népal central, des équipes d'hommes se rassemblent autour des falaises qui abritent la plus grande abeille, Apis laboriosa. Les hommes viennent récolter le miel des abeilles des falaises du Népal escaladées sur des échelles de bambou[5].

Inde et Bangladesh[modifier | modifier le code]

Dans la forêt de Sunderbans, partagée par le Bengale occidental et le Bangladesh, les forêts estuariennes sont le domaine d'exploitation des chasseurs de miel sont connus sous le nom de « mawals ». Cette activité n'est pas sans danger pour les chasseurs de miel qui sont victimes des attaques de tigres communes dans cette région. Le rituel de la récolte, qui varie légèrement d'une communauté à l'autre, commence par une prière et le sacrifice de fleurs, de fruits et de riz[réf. nécessaire]. Ensuite, un feu est allumé à la base de la falaise pour enfumer les abeilles dans leurs rayons.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Parides », sur futura-sciences.com (consulté le 24 septembre 2012)
  2. « Des chasseurs de miel au néolithique », sur cnrs.fr (consulté le 24 septembre 2012)
  3. Rock painting in sounth Africa showing bees and honey huting, in Bee world vol 54 n°2, 1973
  4. « Cueillette du miel par les hadzabe », sur dailymotion.com (consulté le 24 septembre 2012)
  5. « Népal, récolte du miel des abeilles géantes par Eric Tourneret », sur youtube.com (consulté le 24 septembre 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]