Chartreuse (construction)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chartreuse.
La chartreuse de la Borie-Basse à Baneuil, en Dordogne.

Une chartreuse est une petite maison de campagne isolée et solitaire. Le terme n'est plus guère utilisé depuis le début du XXe siècle. Étymologiquement il vient du nom de la montagne où les Chartreux avaient leur premier monastère[1]. Au XIXe siècle on aimait se retirer dans des chartreuses pour méditer “Elle voulut méditer là sur les événements de la vie, comme dans une chartreuse privée.” (Balzac)[2]

Dans le Sud-Ouest de la France, le terme « chartreuse », toujours usité, correspond à différents types de bâtiments : longue maison basse, maison de maître d'architecture particulière, ou petite maison isolée à la campagne.

Types de chartreuses[modifier | modifier le code]

La chartreuse de la Folie Beaujon à Paris, vers 1830

La Folie Beaujon à Paris avait une dépendance appelée Chartreuse, que Honoré de Balzac acheta en 1846[3].

Selon la définition d'un dictionnaire, une chartreuse est, dans le Sud-Ouest de la France, une « maison de campagne, souvent longue et basse »[4].

En Périgord, c'est, selon Jean-Marie Bélingard, « une maison de maître, bâtie entre 1650 et 1850 environ, à simple rez-de-chaussée, fortement barlongue, comportant des éléments architecturaux extérieurs et une finition intérieure tranchant sur l'ordinaire, et manifestant un certain art de vivre »[5].

À Toulouse, on parle parfois de chartreuses pour des maisonnettes au fond des jardins de maisons bourgeoises qui veulent créer une illusion de vie à la campagne. Les premières datent du XVIIIe siècle[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de la langue française…. Tome 1 / par É. Littré, Éditeur : L. Hachette (Paris), 1873-1874 p. 570
  2. cité d'après Paul Guérin: Dictionnaire des dictionnaires. Lettres, sciences, arts, encyclopédie universelle. T. 2, p. 1122
  3. André Maurois, Prométhée ou la vie de Balzac, Paris Hachette, 1965, p. 515
  4. Petit Larousse illustré 2008, p. 186
  5. Bélingard, Audrerie et du Chazaud 2000, p. 8
  6. Le dictionnaire de Toulouse. Sous la direction de Gérard Santier, Loubatières, 2004 - article Toulousaine

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie et Emmanuel du Chazaud (préf. André Chastel), Le Périgord des chartreuses, Périgueux, Pilote 24 édition,‎ mai 2000, 341 p. (ISBN 2-912347-11-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]