Charte-partie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans le cadre du transport maritime, une charte-partie (charter-party en anglais) est un acte constituant un contrat conclu de gré à gré entre un fréteur et un affréteur, dans lequel le fréteur met à disposition de l'affréteur un navire. Les conditions du contrat d'affrètement portent soit sur le parcours (« au voyage »), sur la durée (« à temps »), soit sur le navire seul (« coque nue »).

Présentation[modifier | modifier le code]

En transport maritime, un affrètement est un contrat de location d'un navire. Les navires étant considérés comme des biens mobiliers nécessitant des fonds importants pour leur construction ou leur achat, ils sont gérés comme des biens immobiliers, dans lequel de multiples acteurs interviennent. Les chargeurs ayant besoin de transporter des biens ou des passagers ne possèdent quasiment jamais de navire en leur nom propre et font donc appel à des sociétés de transport maritime (opérateurs de navires). Ces opérateurs mettent à la disposition du chargeur un navire en état de navigabilité, moyennant une rémunération appelée fret.

La charte-partie concerne principalement le tramping, c'est-à-dire les navires qui ne sont pas affectés à des lignes régulières. La loi française de 1966 définit le contrat d’affrètement comme étant celui par lequel un fréteur s’engage à mettre un navire à disposition d’un affréteur, moyennant rémunération.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le terme « charte-partie » provient de l'expression latine per medium charta incidebatur, et sic fiebat partita (« la carte était coupée par le milieu et devenait ainsi partagée »)[1]. En effet, dans le passé, chacun des deux exemplaires du contrat était rédigé sur la moitié d'un support unique coupé en deux. Chaque moitié était ensuite remise à l'une des deux parties contractantes. Pour vérifier l'authenticité des exemplaires, il suffisait de vérifier qu'ils s'assemblaient parfaitement.

Deux types de gestion[modifier | modifier le code]

Gestion nautique[modifier | modifier le code]

La gestion nautique d'un navire consiste à rendre opérationnel le navire pour qu'il puisse naviguer en toute sécurité. L'entreprise ou la personne chargée de la gestion nautique doit donc assurer l'armement du navire (c'est-à-dire son équipement adéquat en moyen de propulsion, moyens de sécurité, de communications, équipage, assurance, etc).

Gestion commerciale[modifier | modifier le code]

La gestion commerciale consiste en la recherche de clients étant prêts à transporter de la marchandise ou des passagers sur le navire. L'entreprise ou la personne chargée de la gestion commerciale assure la recherche de contrats de transport, prend en charge les coûts nécessaires à l'exploitation commerciale du navire (carburant, frais portuaires, éventuellement opérations de manutention, autres).

Types de chartes-partie[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs types de charte-partie, en fonction des besoins de de l'affréteur.

Coque nue[modifier | modifier le code]

Un affrètement coque nue (bare boat en anglais) est un contrat au travers duquel un fréteur (généralement le propriétaire du navire) met à la disposition de l'affréteur (généralement un opérateur) un navire "nu" (la coque) pour que ce dernier puisse l'exploiter commercialement. La "coque nue" est généralement équipée de moteurs (bien qu'un affrètement coque nue puisse consister en la location d'une coque vide). Le contrat est conclu pour une durée déterminée, et le taux de fret (le prix auquel est affrété le navire) est basé sur la durée (généralement payable à la quinzaine ou au mois). Les affrètement coque nue sont en réalité des affrètements à temps (cf. infra) conclus pour des durées pouvant aller jusqu'à 20 ans ou plus. L'avantage de l'affréteur est d'obtenir un navire qu'il peut exploiter commercialement, sans en être propriétaire et éviter ainsi d'avoir à sortir une trésorerie très importante pour l'achat du navire, de même que d'éviter d'assumer les risques liés à la propriété du navire.

Affrètement à temps[modifier | modifier le code]

Une fois le navire affrété en coque nue, il convient de l'armer, à savoir :
- l'équiper de moteurs le cas échéant
- lui fournir un équipage
- le faire certifier par une société de classification
- l'enregistrer auprès d'un registre maritime (pavillon)

Affrètement au voyage[modifier | modifier le code]

La dernière étape de l'affrètement consiste à louer les services du navire pour le transport d'une marchandise ou de passagers.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Pratic Export, le fret maritime pratique, éditions SMECI
  • Les auxiliaires du transport maritime, CIFP de Nantes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre de Miltitz, Manuel des consuls, Londres & Berlin, Asher 1837, tome 1, p. 266, consultable en ligne sur Google Books