Charondas (législateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charondas.

Charondas (en grec ancien Χαρώνδας) est un législateur semi-légendaire de Catane, souvent comparé à Lycurgue et Solon[1]. Il vécut entre le milieu du VIIe siècle av. J.-C. et la fin du VIe siècle av. J.-C.[2].

Il fut avec Zaleukos un des grands législateurs de la Grande-Grèce, et ses lois, presque inconnues mais décrites comme très juste par Aristote[3], furent appliquées, outre Catane, à Rhêgion et dans de nombreuses autres cités chalcidiennes de l’Italie méridionale et de la Sicile[4]. Aristote ne mentionne cependant qu’une seule loi sur les procès intentés pour faux témoignage.

Il se donna la mort parce qu'il avait violé l'une des lois qu'il avait promulguées : pour éviter les violences lors des débats publics, il avait fait proclamer que quiconque porterait une arme sur l'agora serait puni de mort. S'y présentant armé par inadvertance, il s'appliqua à lui-même la sanction prévue[5]. La véracité de cet événement est toutefois suspecte du fait qu’il a également été attribué à Dioclès[6] et à Zaleukos[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Max Mühl, « Die Gesetze des Zaleukos und Charondas » dans Klio. vol. 22, Leipzig, 1929, p. 105–124 et 432–463

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Platon, La République, 599d-e. ; Cicéron, De legibus, I, 57.
  2. (de) K.-J. H., « Charondas », dans Der Neue Pauly, t. 2 : Ark – Ci, Stuttgart – Weimar, J. B. Metzler,‎ 1999, p. 1110.
  3. Aristote, La Politique, 1274b 6-8 ; Héraclide de Lembos, fragment 55, in Mervin R. Dilts (éd.), Heraclidis Lembi; excerpta politiarum, 1971.
  4. Aristote, La Politique, 1274a.
  5. David Alliot, Philippe Charlier, Olivier Chaumelle, Frédéric Chef, Bruno Fuligni et Bruno Léandri, La tortue d'Eschyle et autres morts stupides de l'histoire, Les Arènes,‎ 2012, 200 p. (ISBN 978-2352042211) : chapitre VI « Trop exposés ».
  6. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XII, 19, 1-2.
  7. Eustathe de Thessalonique, Commentarii ad Homeri Iliadem, 83, l. 18 [62, l. 43] (commentaire au chant I).