Charny (Lévis)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charny.
Charny
Image illustrative de l'article Charny (Lévis)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Municipalité Lévis
Statut Secteur
Arrondissement Les Chutes-de-la-Chaudière-Est
Date de fondation 1903
Maire
Mandat
Gilles Lehouillier
2013 - 2017
Démographie
Gentilé Charnycois(e)
Population 10 367 hab.
Langue(s) parlée(s) Français
Géographie
Divers
Site(s) touristique(s) Église de Charny
Liens
Site web http://www.ville.levis.qc.ca/Fr/Index.asp

Charny est l'un des dix quartiers de la ville de Lévis et l'un des quatre situés dans l'arrondissement Les Chutes-de-la-Chaudière-Est, dans la région de la Chaudière-Appalaches au Québec. Cette ancienne municipalité créée en 1903 fusionna à Lévis le 1er janvier 2002. On y dénombre 10 367 habitants.

Historique[modifier | modifier le code]

Le territoire de Charny occupe une portion de la seigneurie de Lauzon connue aux XVIIIe et XIXe siècles comme la concession de l'Hêtrière. Cette portion du territoire, derrière le premier rang, est considérée peu propice au peuplement en raison de sa forêt dense et par la qualité moyenne des terres. Les premières terres dans ce secteur sont attribuées entre 1790 et 1830[1].

Bien que concédées par l'autorité seigneuriale, les terres de la concession de l'Hêtrière, qui font partie à l'époque de la paroisse de Saint-Jean-Chrysostome, ne sont pas dénombrées lors des recensements du Bas-Canada de 1831 et de 1842. Cette absence de peuplement dans l'Hêtrière s'explique du fait que plusieurs censitaires ont aussi des terres ailleurs dans la seigneurie et qu'ils sont recensés ailleurs[2]. Le seigneur John Caldwell aurait concédé des terres afin de favoriser l'exploitation des forêts près de la rivière Chaudière, en dispensant les censitaires du critère habituel de résidence obligatoire[3].

Timidement, les censitaires commencent l'exploitation de leurs terres à compter du milieu du XIXe siècle. Mais sitôt installés, leurs terres seront coupées par le passage du chemin de fer Quebec & Richmond Railway (ce chemin de fer sera acquis peu après par le Grand Tronc), qui relie l'Estrie à la Pointe-Lévy. Le premier convoi sur cette ligne de chemin de fer circulera le 13 novembre 1854[4].

Un chasse-neige servant à l'entretien de la voie du Grand Tronc, à Chaudière Junction en février 1869.

Une première gare est vraisemblablement construite à Charny en 1855. Il s'agit d'une modeste cabane de bois qui servait principalement à distribuer les ordres de marche pour les trains qui empruntent la courbe en direction de Hadlow Cove, Lévis, Montmagny et de Rivière-du-Loup. L'endroit est connu sous le nom de Chaudiere Curve[5]. Au cours des 25 années suivantes, le développement de l'industrie du chemin de fer et les fusions d'entreprise favorisent l'émergence de deux réseaux principaux desservant l'est du Québec et des Maritimes, le Grand Tronc et l'Intercolonial. Le 17 juillet 1879, l'Intercolonial se porte acquéreur de la section du chemin de fer du Grand-Tronc entre Hadlow et Rivière-du-Loup, ce qui consolide la position de l'endroit, maintenant connu sous le nom Chaudiere Junction, comme centre de réparation, de ravitaillement et de transbordement[6].

La présence d'une source d'eau à proximité et la topographie de l'endroit facilite la construction des installation de ravitaillement et de triage, auxquelles s'ajoutent un centre de réparation de wagons et de locomotives et un entrepôt. Les investissements des deux compagnies ferroviaires font en sorte que Chaudiere Junction devient rapidement un nœud ferroviaire important; en quelques mois le trafic à la gare la place en huitième place de tout le réseau nord-américain du Grand-Tronc[7].

Des habitants s'installent à cet endroit, alors appelé Chaudière Junction ou West Junction. En 1903, la paroisse de Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours de Charny est fondée, détachée de Saint-Jean-Chrysostome. Charny acquiert le statut de ville en 1965, avec 4564 habitants.

Elle est fusionnée à la grande ville de Lévis dans le cadre de la réorganisation des municipalités du Québec en 2002. Le dernier Conseil municipal, avant la fusion, était constitué du maire Alain Lemaire et de ses conseillères et conseillers: Sylvie Collet, Lise Robitaille, Josette St-Pierre, Jacques Bélanger, Richard Ledoux et Michel Turner.

Services[modifier | modifier le code]

Commerçants, entreprises et artisans[modifier | modifier le code]

  • Club de Golf de Charny
  • Usine d'équarrissage Alex Couture
  • Scie BGR
  • Maxipaysage
  • Jet sable Lemieux
  • Merrill Allard
  • Brique Concept
  • Usine Matelas Dauphin
  • Centre Esthetique Autos GSP (PROTECT PRO )
  • MO Prêt à Porter pour dames

Parcs et centres sportifs[modifier | modifier le code]

Ces chutes alimentent le réseau électrique d'Hydro-Québec. Le nom chaudière vient de la forme spécifique de la base des chutes qui forment une chaudière.

  • Parc Maréchal-Joffre

Le parc Joffre est le plus gros parc de la ville de Charny. Il est composé d'un terrain de soccer, d'un terrain de baseball, une patinoire l'hiver et d'un court de tennis. Il accueillait précédemment et localement la fête de la Fête nationale du Québec jusqu'en 2002.

  • Parc de la Rivière

Le deuxième parc en termes de grosseur de la ville de Charny. Il y a la seule piscine publique de Charny, un terrain de soccer, un terrain de pétanque, un terrain de baseball, une patinoire l'hiver et des échiquiers.

  • Le complexe de soccer stade Honco de Lévis est un stade intérieur de soccer (football) sur gazon artificiel. Adjacent à l'École secondaire les Etchemins, c'est le premier stade de ce type sur la rive-sud de Québec.
  • L'Aquaréna est un complexe multisportif, comprenant une piscine et une patinoire.
  • Dekhockey Lévis

Situé près du club de Golf de Charny, la ligue de Dekhockey de Charny est la plus grosse de toute la région de Québec. En plus de présenter le Complexe Sleeman comme surface intérieure, elle offre trois surfaces extérieures à sa clientèle. L'entreprise a célébré son 20e anniversaire à l'été 2013.

Transports[modifier | modifier le code]

Gare de Charny.

Le secteur Charny est desservi par les parcours 35R, 35E, et 19 de la Société de transport de Lévis.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église catholique Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours (1903)[8].
  • Église évangélique baptiste des Etchemins
  • Ancienne église presbytérienne construite en 1921, maintenant une demeure privée.

Salles, théâtres et lieux d'expositions[modifier | modifier le code]

  • Théâtre l'Actuel (fermé)
  • Salle Paul-Bouillé

Santé[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier Paul-Gilbert a ouvert ses portes en 1987.

Un premier hôpital est construit à Charny en 1932 sous l'impulsion du Dr Paul Gilbert, un chirurgien originaire de Rivière-du-Loup. L'hôpital Notre-Dame-de-Charny compte 12 lits et quatre berceaux. Il est agrandi à trois reprises au cours des 15 années suivantes avant d'être cédé en 1948 aux religieuses de Saint-Paul de Chartres. Le Dr Gilbert continue d'y pratiquer la chirurgie et l'obstétrique jusqu'aux années 1970. Au cours de sa carrière qui s'étend sur plus de 40 ans, le médecin a notamment pratiqué 3 000 accouchements[9].

Après le décès du Dr Gilbert, le sort de l'hôpital est incertain. On envisage la fermeture de l'établissement et sa conversion en Centre local de services communautaires (CLSC). L'intervention de Jean Garon, à l'époque député de Lévis et ministre dans le gouvernement de René Lévesque, convainc les autorités de construire un nouveau centre hospitalier pour desservir la population de la région. Le nouveau centre hospitalier Paul-Gilbert ouvre ses portes en 1987[10].

Éducation[modifier | modifier le code]

  • Écoles primaires Les petits Cheminots (Notre-Dame - La Passerelle)
  • École primaire Saint-Louis-de-France
  • École secondaire les Etchemins (ESLE)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lachance 1997, p. 26-27.
  2. Lachance 1997, p. 30.
  3. Lachance 1997, p. 31.
  4. Lachance 1997, p. 51.
  5. Lachance 1997, p. 52.
  6. Lachance 1997, p. 53.
  7. Lachance 1997, p. 56-57.
  8. Descripion et photo sur GrandQuébec.com
  9. Michel L'Hébreux, « Hôpital de Charny: Qui était Paul Gilbert? », Le Peuple, Lévis,‎ 23 octobre 2013 (lire en ligne)
  10. Pierre Duquet, « L’ancêtre du Centre Paul-Gilbert a ouvert ses portes en 1932 », Le Peuple, Lévis,‎ 4 décembre 2013 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cédrik Lachance, Charny: Histoire d'une collectivité ferroviaire, Sainte-Foy, Québec, Éditions La Liberté,‎ 1997, 258 p. (ISBN 2-89084-091-3)
  • Roch Samson (dir.), Histoire de Lévis-Lotbinière, Sainte-Foy (Québec), Institut québécois de recherche sur la culture, coll. « Les Régions du Québec » (no 8),‎ 1996, 812 p. (ISBN 2-89224-258-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]