Charmois-l'Orgueilleux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charmois.
Charmois-l'Orgueilleux
Le Centre autour de l'église Saint-Léger
Le Centre autour de l'église Saint-Léger
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Xertigny
Intercommunalité sans
Maire
Mandat
Christine Vauzelle
2014-2020
Code postal 88270
Code commune 88092
Démographie
Population
municipale
601 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 06′ 14″ N 6° 16′ 17″ E / 48.1038888889, 6.27138888889 ()48° 06′ 14″ Nord 6° 16′ 17″ Est / 48.1038888889, 6.27138888889 ()  
Altitude 340 m (min. : 297 m) (max. : 446 m)
Superficie 35,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charmois-l'Orgueilleux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charmois-l'Orgueilleux
Liens
Site web mairie-charmoislorgueilleux.fr

Charmois-l'Orgueilleux est une commune française située dans le département des Vosges en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Charmois-l'Orgueilleux est un village de la Vôge à 22 km au sud-ouest d'Épinal. L'habitat s'y déploie sur le versant sud des monts Faucilles d'où s'échappent de petits affluents droits du Coney, les ruisseaux de Reblangotte, des Auriers et de Francogney. De nombreux étangs parsèment le territoire.

Sur les 3650 hectares de cette vaste commune, 2086 ha sont occupés par la forêt, principalement dans la forêt domaniale du Ban d'Harol (1086 ha). Les forêts communales de Charmois (250 ha), Harol (70 ha) et Harsault (20 ha), et les forêts privées (660 ha) forment le complément. Les terres agricoles servent essentiellement aux cultures fourragères (830 ha). Les prés couvrent 517 ha, les étangs 33 ha ; les vergers, landes, jardins et l'eau couvrent 184 ha.

Écarts et lieux-dits 
  • Reblangotte
  • La Chalumelle
  • Nobaimont
  • La Croisette
  • La Bourde
  • Les Houzeys
  • Le Rond Chêne
  • La Neuve-Verrerie

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La dénomination de Charmois-l'Orgueilleux est attestée en 1504. Elle pourrait traduire la situation avantageuse d'un poste de guet des Templiers à La Chalumelle, hauteur dominant le village à l'ouest et protégée par un boqueteau de charmes.
  • Une verrerie, créée en 1559 à 5 km à l'ouest du centre, a cessé son activité au milieu du XIXe siècle. La population de la commune comptait encore 1270 habitants en 1876.
  • Charmois-l’Orgueilleux faisait autrefois partie du ban d’Harol, bailliage de Darney. Au spirituel, Charmois dépendait de Harol et fut érigée en paroisse en 1709.
  • De 1790 à l’an IX, Charmois fit partie du canton de Girancourt.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des derniers maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 en cours René Drouot DVD  
1989 mars 1995 Joël Maire    
1983 1989 Louis Bartholy    
1977 1983 Jean Barthélémy    
1953 1977 Jean Tachet (1919-2013)   Agriculteur
1945 1953 Gabriel Marulier    
1940 1945 Jules Didelot    
1938 1940 Louis Magnien    
1929 1938 Alfred Houillon    
1921 1929 Pierre Leroy    
1919 1921 Eugène Fombaron    
1908 1919 Eugène Pernot    
1888 1908 Eugène Didelot    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 601 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
1 025 1 040 1 013 1 137 1 158 1 213 1 215 1 248 1 290
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 275 1 343 1 267 1 206 1 225 1 098 1 060 991 951
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
983 874 800 699 726 641 668 605 534
1975 1982 1990 1999 2006 2011 - - -
532 521 557 618 591 601 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Léger, érigée en 1824, et son orgue construit en 1949 par Jacquot-lavergne[3].
  • Chapelle Notre-Dame-de-Miséricorde, datant de 1865, près de la Neuve-Verrerie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise,‎ 1991, 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 180 à 181