Charlo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Charlot.
Charlo
L'église Saint-François-Xavier.
L'église Saint-François-Xavier.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Restigouche
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Denis McIntyre
2013-2016
Fondateur
Date de fondation
Charles Bernard
1756
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 1 324 hab. (2011 en diminution)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 05″ N 66° 19′ 38″ O / 48.001409, -66.327209 ()48° 00′ 05″ Nord 66° 19′ 38″ Ouest / 48.001409, -66.327209 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. ~80 m
Superficie 3 124 ha = 31,24 km2
Divers
Langue(s) Français et anglais (officielles)
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1314004
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Charlo

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Charlo
Liens
Site web http://www.villagecharlo.com/home.asp

Charlo est un village du comté de Restigouche, situé au nord du Nouveau-Brunswick (Canada).

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Charlo est probablement nommé ainsi en l'honneur de son fondateur, Charles Bernard, surnommé Charlo. Le bureau de poste porta le nom de Charlo Station entre 1885 et 1968 puis Charlo à partir de 1968, tandis que la municipalité fut constituée en 1966 sous le nom de Colborne, d'après le nom de la paroisse de Colborne. Le village ne prit sa dénomination actuelle qu'en 1969[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Charlo est situé sur la rive sud de la baie des Chaleurs, à proximité de Dalhousie, à une trentaine de kilomètres à l'Est de Campbellton.

Charlo est généralement considérée comme faisant partie de l'Acadie[2].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de Charlo est composé de plusieurs types de roches. À l'ouest de la rivière Charlo se trouvent des roches détritiques du groupe de Mabou, datant du Carbonifère inférieur (311 à 355 millions d'années)[3]. À l'est de la rivière se trouvent des roches mafiques du groupe de Chaleur, datant du Silurien supérieur (418 à 424 millions d'années)[3]. Vers l'est de la rue Hamilton se trouvent finalement des carbonates et des évaporites du groupe de Chaleur, datant du Silurien inférieur (424 à 441 millions d'années)[3].

Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 739 logements privés en 2006, dont 605 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 87,6 % sont individuels, 2,5 % sont jumelés, 2,5 % sont des appartements ou duplex et 3,3 % sont des immeubles de moins de cinq étages. Enfin, 3,3 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que les maisons-mobiles. 90,1 % des logements sont habités par leurs propriétairs alors que 9,9 % sont loués. 79,3 % ont été construits avant 1986 et 6,6 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 6,6 pièces. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 90 253 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Charlo est situé dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Gespegeoag, qui comprend le littoral de la baie des Chaleurs[5]. Ce territoire était revendiqué d'abord par les Iroquois et ensuite seulement par les Mohawks[5].

Charlo est fondé en 1756 par Charles Bernard et ses compagnons, fuyant la Déportation des Acadiens[6]. Charles Bernard était âgé de seize ans seulement; ses descendants se retrouvent tout autour de la baie des Chaleurs.

La première paroisse catholique est fondée en 1853.

Une gare et un bureau de poste sont construits durant les années 1880, faisant de Charlo le centre d'une communauté agricole. Un deuxième bureau de poste est fondé à Haut-Charlo en 1887 mais ferme en 1968[7]. En 1898, Charlo compte deux magasins, deux hôtels, un congélateur pour saumons et une usine d'emballage[7]. La population reste toutefois petite jusqu'à la construction de la fonderie de Belledune, en 1966. C'est d'ailleurs le 9 novembre 1966 que Charlo est constitué en municipalité[8].

Charlo accueillit la XXVe finale des Jeux de l'Acadie en 2004, conjointement avec Balmoral et Eel River Crossing.

En 2009, la Caisse populaire de Charlo fusionne avec les caisses de Campbellton, Balmoral, Atholville, Val-d'Amours, Eel River Crossing et Kedgwick pour former la Caisse populaire Restigouche[9]. La succursale de Charlo ferme finalement ses portes en janvier 2012[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Le village comptait 1376 habitants en 2006, soit une baisse de 5,0 % en 5 ans[11]. Il y avait alors en tout 605 ménages dont 465 familles[4]. Les ménages comptaient en moyenne 2,3 personnes tandis que les familles comptaient en moyenne 2,6 personnes[4]. Les ménages étaient composés de couples avec enfants dans 19,0 % des cas, de couples sans enfants dans 45,4 % des cas et de personnes seules dans 25,6 % des cas alors que 10,7 % des ménages entraient dans la catégorie autres (familles monoparentales, colocataires, etc.)[4]. 73,1 % des familles comptaient un couple marié, 16,1 % comptaient un couple en union libre et 10,8 % étaient monoparentale[4]. L'âge médian était de 48,0 ans, comparativement à 41,5 ans pour la province[11]. 87,3 % de la population était âgée de plus de 15 ans, comparativement à 83,8 % pour la province[11]. Les femmes représentaient 51,0 % de la population, comparativement à 51,3 % pour la province[11]. Chez les plus de 15 ans, 27,2 % étaient célibataires, 54,8 % étaient mariés, 5,0 % étaient séparés, 6,3 % étaient divorcés et 6,7 % étaient veufs[11]. De plus, 10,2 % vivaient en union libre[11].

Évolution démographique de Charlo depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
1 603 1 602 1 597 1 610 1 449 1 376 1 324
(Sources : [12],[13],[11])


Évolution des langues maternelles (en %) Légende
  •      Français
  •      Anglais
  •      Anglais et français
  •      Autre(s) langue(s)
Sources[14],[15],[16]:

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

L'édifice municipal.

Le conseil municipal est formé d'un maire et de cinq conseillers généraux[8].

Le conseil précédent est formé lors de l'élection du 12 mai 2008[17]. Un dépouillement doit avoir lieu le 26 mai suivant, reconnaissant la victoire de Edith M. Morris[17]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[8]. Le maire Jason Carter démissionne en décembre 2012. Une élection partielle a donc lieu le 13 mai 2013 et le conseiller Denis McIntyre est élu par acclamation[8]. Il n'y a toutefois pas de candidat à son poste de conseiller laissé vacant[18].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Denis McIntyre
Conseillers Albert Gauvin, Roger Joseph Leclair, Joanne M. Mercier et Floyd Vincent.

Anciens conseils municipaux

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire André J.C. Carrier
Conseillers Roger Joseph Leclair, Denis McIntyre, Edith M. Morris, Eric Perry, Douglas (Doug) W. Petersen.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1969 197? Hugh Morris[19],

[20],[21]

   
1989   Jacques J. Allard

[22]

   
  1998 Jimmy Lévesque    
1998 2001 Marc Landry    
2001 2004 Jacques J. Allard    
2004 2008 Sonia Ann Roy    
2008 2012 André J.C. Carrier    
2012 2012 Jason Carter    
2013 en cours Denis McIntyre    
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Charlo fait partie de la Région 2[23], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[24]. Charlo est représenté au conseil par son maire[25]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[26].

Représentation[modifier | modifier le code]

Charlo est membre de l'Union des municipalités du Nouveau-Brunswick[27] et de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick[28].

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Charlo fait partie de la circonscription de Dalhousie—Restigouche-Est, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Donald Arseneault, du parti libéral. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Charlo fait partie de la circonscription fédérale de Madawaska—Restigouche, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Jean-Claude D'Amours, du Parti libéral. Il fut élu lors de la 38e élection générale, en 2004, puis réélu en 2006 et en 2008.

Économie[modifier | modifier le code]

La caisse populaire.

Charlo ne compte aucune industrie importante. Une écloserie est toutefois exploitée depuis 1938[6].

Entreprise Restigouche a la responsabilité du développement économique[29].

Évolution du taux de chômage à Charlo
Sources[30],[31],[32]:

Vivre à Charlo[modifier | modifier le code]

Images externes
Photo de l'église Saint-François-Xavier par rebapep / Léola, sur Flickr.
Photo d'une autre église, par la même auteures.

Transport[modifier | modifier le code]

Après plusieurs tentatives infructueuses afin de trouver une compagnie aérienne disposée à y offrir un service régulier, l'aéroport qui desservait la région a été fermé en 2000. Il a été rouvert par la suite, mais plusieurs entreprises, dont Air Creebec et Pascan Aviation ont renoncé, en raison du manque d'affluence. En 2006, les autorités régionales gardaient toujours espoir de garder l'aéroport ouvert.

La gare de Charlo est desservie par le train L'Océan de VIA Rail, six fois par semaine.

Autres services[modifier | modifier le code]

Charlo fait partie du sous-district 2 du district scolaire Francophone Nord-Est[33]. Les écoles les plus proches sont à Balmoral et Dalhousie.

Charlo possède une caserne de pompiers et un bureau de poste. Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est à Dalhousie. Cette ville dispose du Centre de santé communautaire Saint-Joseph et d'un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick.

La plage chaleur, longue d'un kilomètre et demi, est non surveillée mais dispose de vestiaires, toilettes, stationnement, casse-croûte, terrain de camping et aire de pique-nique[34].

L'église Saint-François-Xavier est une église catholique romaine faisant partie du diocèse de Bathurst.

La collecte des déchets et matières recyclables est effectuée par la Commission de gestion des déchets solides de Restigouche[29]. L'aménagement du territoire est de la responsabilité de la Commission d'urbanisme du district de Restigouche[29].

Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi qu'à l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe. Ils ont aussi accès à l'hebdomadaire L'Aviron, publié à Campbellton. Les anglophones bénéficient des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean ainsi que de l'hebdomadaire Campbellton Tribune, de Campbellton.

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Charlo est officiellement bilingue[35] puisque l'anglais et le français sont tous deux parlés par plus de 20 % de la population.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cuisine acadienne.

La cabane à sucre Gabi et frères est située à Charlo.

Sport et parcs[modifier | modifier le code]

La rivière Charlo dispose de chutes d'eau. Le village possède deux plage, soit la plage de Charlo est une partagée sur le territoire d'Eel River Bar. Des plages sont situées De nombreux sentiers permettent de pratiquer le ski et la motoneige.

Localités adjacentes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Eel River 3
rivière à l'Anguille
Nouvelle Drapeau : Québec Québec
Dalhousie
baie des Chaleurs
Carleton-sur-Mer
baie des Chaleurs
Rose des vents
Eel River Crossing
Balmoral, (Paroisse de Balmoral)
N baie des Chaleurs, île aux Hérons
O    Charlo    E
S
Paroisse de Balmoral Colborne Colborne

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Énergie, Mines et Ressources Canada, Ottawa, 1975, p. 76.
  2. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  3. a, b et c (en)« Bedrock Geology of New Brunswick », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 19 août 2012)
  4. a, b, c, d et e « Profils des communautés de 2006 - Charlo - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 20 octobre 2009).
  5. a et b (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office,‎ 1978, 777 p., p. 109-110
  6. a et b Burton Glenndenning, « Charlo », sur L'encyclopédie canadienne.
  7. a et b « Noms de lieux du Nouveau-Brunswick - Charlo », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le 1er novembre 2011).
  8. a, b, c et d « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  9. « Caisse populaire Restigouche », sur Caisses populaires acadiennes (consulté le 30 décembre 2010).
  10. Mathieu-Roy Comeau, « La Caisse populaire Sud-Est fermera trois centres de services », L'Acadie Nouvelle,‎ 24 avril 2012, p. 4
  11. a, b, c, d, e, f et g « Profils des communautés de 2006 - Charlo - Population », sur Statistique Canada (consulté le 2 novembre 2011).
  12. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 2 novembre 2011).
  13. « Profils des communautés de 1996 - Charlo - Population », sur Statistique Canada (consulté le 2 novembre 2011).
  14. « Profils des communautés de 1996 - Charlo - Population page 1 », sur Statistique Canada (consulté le 9 novembre 2011).
  15. « Profils des communautés de 2001 - Charlo - Population », sur Statistique Canada (consulté le 8 novembre 2011).
  16. « Profils des communautés de 2006 - Charlo - Langue », sur Statistique Canada (consulté le 8 novembre 2011).
  17. a et b « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le 15 octobre 2011)
  18. « Événements électoraux locaux de 2013, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 28 mai 2014)
  19. « Les résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 juin 1969, p. 2 (lire en ligne)
  20. « Résultats des élections municipales et scolaires dans les régions francophones », L'Évangéline,‎ 11 juin 1974, p. 3 (lire en ligne)
  21. « Résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 mai 1977, p. 16 (lire en ligne)
  22. « Rapport du directeur des élections municipales sur les élections triennales municipales et des conseils scolaires le 8 mai 1989 », sur Élections N.-B. (consulté le 2 juin 2014)
  23. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  24. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  25. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  26. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  27. « Liste des zones », sur Union des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 16 novembre 2011).
  28. « Liste des municipalités membres », sur Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 17 novembre 2011).
  29. a, b et c « District de services régionaux 2 », sur Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables (Rapport Finn), sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 25 juillet 2011).
  30. « Profils des communautés de 1996 - Charlo - Revenu et travail », sur Statistique Canada (consulté le 25 mars 2012).
  31. « Profils des communautés de 2001 - Charlo - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 25 mars 2012).
  32. « Profils des communautés de 2006 - Charlo - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 25 mars 2012).
  33. [PDF] « Francophone Nord-Est », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 3 novembre 2012)
  34. http://www.tourismenouveaubrunswick.ca/Produit.aspx?pid=48
  35. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975
  • (Antoine Bernard)-(Le Drame Acadien depuis 1604)-(Clerc de Saint-Viateur)Montréal 1936

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site web officiel de la municipalité