Charles Paul Landon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Landon.

Charles Paul Landon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Charles Paul Landon, gravure d’Antoine-Raymond-Joseph Bruny d’Entrecasteaux, d’après un dessin d’Edme Quenedey (1791).

Naissance 12 octobre 1761
Nonant-le-Pin
Décès 5 mars 1826 (à 64 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Conservateur, libraire

Charles Paul Landon, né le 12 octobre 1761 à Nonant-le-Pin et mort le 5 mars 1826 (à 64 ans) à Paris, est un peintre et historien de l’art français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Descendant, par sa mère, du sculpteur Jean Goujon, Landon est destiné par ses parents à l’état ecclésiastique et reçoit une très bonne éducation. Entraîné, cependant, par son goût pour les arts, il part, en 1785, à Paris étudier la peinture sous François-André Vincent, puis sous Jean-Baptiste Regnault. Sans interrompre le cours de ses études artistiques, le comte d’Artois, le charge, dans le même temps, de donner des leçons de dessin au duc d’Angoulême et au duc de Berry.

Bien qu'ayant remporté le prix de Rome en 1792 avec le sujet : « Eléazar préfère la mort au crime de violer la loi en mangeant des viandes défendues », il ne peut séjourner cinq ans à Rome aux frais du gouvernement, à cause des événements de la Révolution, mais expose aux Salons de 1791 à 1812. À son retour d’émigration, le duc de Berry le nomme peintre de son cabinet. La parfaite connaissance qu’il a acquise des chefs-d’œuvre du musée du Louvre, par l’analyse qu’il a faite de chacun d’eux dans son ouvrage les Annales du Musée, lui vaut d’être nommé, en 1816, conservateur des tableaux de la couronne, en remplacement de Dufourny. Il devient secrétaire adjoint de l’Académie de peinture, correspondant de l’Institut de France, et membre de plusieurs sociétés savantes.

Landon a peu exercé la peinture et s’est surtout fait connaitre par ses nombreuses publications sur les musées et les salons de son temps. Il fait publier des recueils de gravures au trait reproduisant les tableaux exposés aux différents salons, comme le tableau de Gioacchino Serangeli Priam et Pyrrhus[1], exposé au Salon de 1812.

Lorsqu’il expose sa composition Dédale et Icare au salon de 1799, celle-ci est louée pour « sa composition plaisante et la suavité de ses couleurs[2]. Ce tableau, qui obtient un prix de seconde classe au concours de 1800, est placé dans la galerie du Luxembourg, avant d’être transféré, avec Le Bain de Virginie, au musée des beaux-arts et de la dentelle à Alençon.

Landon meurt dans ses fonctions de conservateur du musée du Louvre en 1826. Sa fille Marie-Pauline, épouse Soyer, était graveur.

Collections publiques[modifier | modifier le code]


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Publications[modifier | modifier le code]

  • Annales du Musée et de l’École Moderne des Beaux-Arts. Recueil de gravures au trait, Paris chez C. P. Landon de l’Imprimerie Royale, An 9 (1801) à 1835, 44 volumes, in-8. Ces Annales se composent de 2 collections successives divisées ainsi :
  1. Annales du Musée et de l’École Moderne des Beaux-Arts, 1801-1809, 17 volumes et un supplément, 1275 planches.
  2. Annales du Musée, Paysage et tableaux de Genre, 1805-1808, 4 volumes, 288 planches.
  3. Seconde collection (partie ancienne) 1810-1821, 4 volumes, 276 planches.
  4. Galerie Giustiani, 1812, 1 volume, 73 planches.
  5. Galerie de M. Massias, Ancien résident de France à Carlsruhe, 1815, 1 volume, 72 planches.
  6. Seconde collection, Salons de 1808 à 1835, 17 volumes, 1778 planches.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. latribunedelart.com
  2. (en) Jacob E. Nyenhuis, Myth and the creative process : Michael Ayrton and the myth of Daedalus, the maze maker, Detroit, Wayne State University Press,‎ 2003, 345 p. (ISBN 978-0-81433-002-9, lire en ligne)
  3. latribunedelart.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. M. Jardin, « Charles-Paul Landon, peintre et critique d’art, 1760-1826 », dans Art de Basse-Normandie, no 8, hiver 1957-1958.
  • (en) George D. Mckee, Charles-Paul Landon’s advocacy of modern French art, 1800-1825 : the Annales du Musée, Binghamton, State University of New-York, 1990.

Source primaire[modifier | modifier le code]

  • Katell de Kerhévé a consacré un travail de maîtrise à cet artiste normand[réf. nécessaire]

Liens externes[modifier | modifier le code]