Charles Lindley Wood

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Charles Lindley Wood (7 janvier 183919 janvier 1934), 2e vicomte d'Halifax, est un homme politique anglais et homme de religion laïc anglo-catholique qui s'est consacré au dialogue entre l'anglicanisme et le catholicisme romain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Charles Wood (1800–1885), 1er vicomte d'Halifax et politicien whig qui fut ministre de la reine Victoria à plusieurs reprises, Charles Lindley Wood étudie au collège d'Eton puis à l' université d'Oxford et se prépare à embrasser la carrière publique quand il est saisi par le réveil religieux qui agite son université et l'Église d'Angleterre à l'époque.

Compagnon du futur Édouard VII, il consacrera sa vie à la promotion du réveil anglo-catholique dans l'Église d'Angleterre et à l'union des Églises et, dès 1867, il occupe la présidence du groupe de d'influence anglo-catholique de l'English Church Union à la tête duquel il restera longtemps.

Son troisième fils, Edward Frederick Lindley Wood, premier comte d'Halifax, fut Vice-roi des Indes et ministre des affaires étrangères de Neville Chamberlain. Charles Lindley Wood était par ailleurs un collecteur d'histoires de fantômes dont il publia deux recueils.

Dialogue avec les catholiques romains[modifier | modifier le code]

Charles Wood œuvrera à tenter d'établir un dialogue entre l'Église catholique romaine et l'Église d'Angleterre. Dès les années 1890, il s'engage dans une relation avec le lazariste français Fernand Portal, avec lequel il nouera une solide et durable amitié, pour tenter de résoudre la question des ordres anglicans à la validité desquels les ultramontains anglais s'opposent.

Mais, loin d'avaliser ce rapprochement, le pape Léon XIII bloque les discussions entre Lord Halifax et Fernand Portal en réaffirmant la nullité sacerdotale des ordinations anglicanes en 1895 par l'encyclique Apostolicae Curae à laquelle l'Église d'Angleterre répondra officiellement par Saepius officio.

Fort de son amitié avec Fernand Portal, Halifax poursuivra néanmoins ses efforts initiant avec celui-ci, par exemple, les conversations de Malines (1921-1926), tentatives de rapprochement de personnalités catholiques et les anglicanes sous la direction du cardinal belge Désiré-Joseph Mercier. L'expérience se terminera avec la mort du cardinal Mercier en 1926 suivie de peu par celle de Portal et, là encore, Rome y opposera l’encyclique Mortalium Animos de 1928 sur l'Unité véritable de l'Église, condamnant l'œcuménisme naissant. Néanmoins certains considèrent les conversations de Malines comme un jalon crucial de l'histoire de l'œcuménisme moderne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) R. Kollar, Lord Halifax and Monasticism in the Church of England, in Church History Chicago, III, 1984, vol. 53, no2, pp. 218-230
  • (en) E. Stuart, The Condemnation of Anglican Orders in the Light of the Roman Catholic Reaction to the Oxford Movement in Approaches to Newman, Heythrop journal, 1988, vol. 29, no1, pp. 86-98

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources partielles[modifier | modifier le code]