Charles John Andersson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andersson.
Portrait

Charles John Andersson (Värmland, 4 mars 1827-Angola, 9 juillet 1867) est un explorateur et un chasseur suédois, également naturaliste et ornithologue. Ses voyages le menèrent tout particulièrement en Afrique australe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils naturel d'un chasseur anglais et d'une de ses domestiques, il est élevé en Suède où il accompagne souvent son père dans des expéditions cynégétiques. Il commence alors une collection de spécimens naturels.

Après des études à l'université de Lund (1847), il part en 1849 à Londres pour y vendre sa collection afin de financer un voyage autour du monde. Il fait alors la connaissance de Francis Galton et effectue son premier périple avec lui en Namibie (1850). Il découvre ensuite seul le lac Ngami.

Directeur de mines en Afrique, il découvre en 1859 le cours de l'Okavango.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1855 : « Explorations in South Africa, with the Route from Walfisch Bay to Lake Ngami », in Journal of the Royal Geographical Society, 25 (25), p. 79–107
  • 1856 : Lake Ngami, or Explorations and Discoveries in the Wilds of Southern Africa, New York.
  • 1861 : The Okavango River, a Narrative of Travel, Exploration and Adventure, London.
  • 1873 : The Lion and The Elephant, London.
  • 1875 : Notes of Travel in South-Western Africa, New York.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (sv) Bo Bjelfvenstam, Charles John Andersson: Upptäckare, jägare, krigare Explorer 1827-1867, Carlsson, Stockholm, 1994 (ISBN 91-7798-898-1)
  • (en) Christer L. Pettersson, In the footsteps of Mr Andersson – milestones in Swedish-Namibia relations, David Krut Publishing, Johannesburg, 2008 (ISBN 9780981404295).
  • (en) John Peter Richard Wallis, Fortune my foe: the story of Charles John Andersson, African explorer (1827-1867), J. Cape, Londres, 1936, 412 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :