Charles Jacquot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacquot.
Officier général francais 3 etoiles.svg Charles Jacquot
Image illustrative de l'article Charles Jacquot

Naissance 28 septembre 1862
La Bourgonce (Vosges)
Décès 22 juin 1922 (à 60 ans)
Bonn (Allemagne)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1882 – 1922
Conflits Première Guerre mondiale
Commandement 107e Régiment d'Infanterie
6e Division d'Infanterie
35eCorps d'Armée
21eCorps d'Armée
33eCorps d'Armée
Faits d'armes Bataille de la crête de Vimy
Verdun
Bataille de la Somme
Bataille du Chemin des Dames
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur[1]
Croix de Guerre 1914-1918

Charles Victor Jacquot (1862[2]-1922[3]) est un général de division français, originaire de Lorraine, dont le nom est associé à la Première Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Jacquot est né à La Bourgonce (Vosges) le 22 septembre 1862.

En 1882 il entre à Saint-Cyr. En 1884 il est sous-lieutenant au 2e Bataillon de Chasseurs à Pieds. En 1893 il est nommé capitaine au 138e Régiment d'Infanterie. En 1910, alors lieutenant-colonel il reçoit le commandement du Prytanée militaire de la Flèche.

Au moment de l'entrée en guerre il est colonel du 107e Régiment d'Infanterie et se distingue à plusieurs reprises, le 22 août 1914 à Harifontaine (Belgique), puis le 28 août lorsqu'il brise une attaque allemande. L'efficacité de Charles Jacquot est encore remarquée pendant la bataille de la Marne. Le 27 octobre 1914 il est alors promu général de brigade sur le champ de bataille et le 6 novembre 1914 il est placé à la tête de la 6e Division d'Infanterie qu'il conduit pendant la bataille de l'Artois et avec laquelle il enlèvera la crête de Vimy le 27 septembre 1915. Le 25 septembre 1915, dans un poste d'observation, il avait été blessé à l'épaule droite par la même balle qui venait de frapper son chef d'état-major, mais refusait néanmoins de quitter son poste, ce qui lui valut une deuxième citation à l'ordre de l'armée en novembre 1915.

En avril 1916 il commande un corps d'armée et le 22 juin de la même année il est promu général de division. À la tête du 35eCorps d'Armée, il participe à la bataille de la Somme de juillet à septembre. En 1917 il occupe le Chemin des Dames. Le 9 juin 1918 ses unités arrêtent l'offensive allemande de Courcelles-Ayancourt. Le 19 juillet 1918 il est nommé Commandeur de la Légion d'honneur. Le général Jacquot reprend le Chemin des Dames et entre à Rocroi le 11 novembre 1918.

On lui confie le commandement du 21eCorps d'Armée à Épinal, puis, en janvier 1922, le 33eCorps d'Armée du Rhin en occupation en Allemagne. Le 22 juin 1922 il meurt à Bonn, des suites des intoxications par les gaz subies à Verdun en 1916.

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le général Jacquot », in Le Pays de France, n° 189, 30 mai 1918, p. 3 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • J. J. Martin et Félix Chevrier (dir.), Nos Vosges. Livre d'or des Vosgiens, J.-J. Martin, Paris, 1947, p. 347
  • Albert Ronsin (dir.), Les Vosgiens célèbres. Dictionnaire biographique illustré, Éditions Gérard Louis, Vagney, 1990, p. 202 (ISBN 2-907016-09-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]