Charles II Le Moyne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Moyne.
Charles II Le Moyne
Image illustrative de l'article Charles II Le Moyne
Fonctions
1er administrateur général de la Nouvelle-France
10 octobre 172511 janvier 1726
Monarque Louis XV
Prédécesseur Philippe de Rigaud de Vaudreuil
Successeur Charles de La Boische
Biographie
Date de naissance 10 décembre 1656 (baptême)
Lieu de naissance Montréal
Date de décès 7 juin 1729
Lieu de décès Montréal
Nationalité Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Religion Catholicisme
Gouverneurs généraux de la Nouvelle-France

Charles II Le Moyne ou Charles Le Moyne de Longueuil (Montréal, 10 décembre 1656 - Montréal, 7 juin 1729) [1] était un militaire et politicien de la Nouvelle-France[2]. Il serait le fondateur de Mobile, première ville de la Louisiane française, vers 1700. Il fut le tout premier baron de Longueuil, en Nouvelle-France lorsqu'en 1700, Louis XIV éleva la seigneurie de Longueuil en baronnie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles II Le Moyne est le fils de Charles Le Moyne. Lieutenant du régiment de Saint-Laurent depuis 1680, Charles II est seigneur de Longueuil depuis le 9 janvier 1684.

Une plaque commémorant ses différents voyages à travers le Nouveau-Monde (île Saint-Christophe, Hudson, ...) est visible dans le musée de l'histoire cubaine à La Havane (Ancienne place d'arme). Il y est indiqué qu'il a fondé la ville de Mobile, première ville de la Louisiane française, vers 1700.

Charles II Le Moyne est un important administrateur de la colonie. Il est nommé chevalier de l'ordre militaire de Saint-Louis en 1703, major de Montréal en 1706, lieutenant du roi à Montréal en 1710, gouverneur de Trois-Rivières en 1720, gouverneur de Montréal en 1724 — il succède à Claude de Ramezay — et finalement, en 1725, administrateur général de la Nouvelle-France. Il a fondé une brasserie sur son domaine.

Il est une des très rares personnes au Québec à posséder des esclaves noirs.

En 1681, il épouse Élisabeth Souart d'Adoncourt, puis épouse Marguerite Le Gardeur de Tilly en secondes noces, en 1727.

Descendance actuelle de Charles Le Moyne[modifier | modifier le code]

Le château fort de Longueuil

De la nombreuse descendance de Charles Le Moyne, premier seigneur de Longueuil, subsistent aujourd’hui deux branches, « Longueuil » et « Sérigny » :

  • La branche aînée, « Longueuil », représentée par la famille Grant dont les membres sont parents et sujets de sa Majesté la reine d’Angleterre et par la famille de Germain.
  • La branche « Sérigny » représentée par la famille Le Moyne de Sérigny, branche dont les couleurs des armoiries ont été modifiées du fait qu’elle ne soit pas l’aînée.

Lorsqu'en 1700 Louis XIV éleva Charles Le Moyne, deuxième seigneur de Longueuil, au rang de baron, il prit soin de préciser que ce titre se transmettrait à ses descendants « sujets de la couronne de France ». Sage précaution étant donnée la situation précaire que connaissait alors la Nouvelle-France.

Par ailleurs, en raison du lourd tribut en vies humaines qu’eut à payer la famille Le Moyne de Longueuil, engagée dans le conflit armé qui opposait la France à l'Angleterre, au point que la descendance mâle ne fut plus assurée, le titre de baron de Longueuil devint « transmissible par les femmes », ce qui lui permit de ne pas s'éteindre.

Ainsi, Agnès Le Moyne de Longueuil, fille cadette du second baron de Longueuil, épousa le chevalier Joseph de Germain (héros de Fort Carillon) le 11 décembre 1755 et Marie-Charles-Joseph Le Moyne de Longueuil, enfant unique du troisième baron de Longueuil, épousa David Alexander Grant, le 7 mai 1781.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. NosOrigines « Biographie Lemoine Charles »
  2. Céline Dupré, « LE MOYNE DE LONGUEUIL, CHARLES, baron de Longueuil », dans Dictionnaire biographique du Canada en ligne, University of Toronto et Université Laval, 2000, consulté le 16 février, 2010

Bibliographie[modifier | modifier le code]