Charles III de Croÿ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Croÿ.

Le duc Charles III de Croÿ Ærschot est né le 1er juillet 1560 au château de Beaumont (Hainaut). Il est mort le 12 janvier 1612 au château de Beaumont.

Blason du Duc de Croÿ dessiné pour lui très probablement par Adrien de Montigny, figurant dans les albums de Croÿ. Armoiries d'argent à trois fasces de geules, écu sommé d'une couronne d'or. Il est ici entouré de motifs décoratifs inspiré des cartouches pré-baroques, dans le style des cartouches des albums de Croÿ

Charles de Croÿ était aussi prince de Chimay, comte de Beaumont, de Seninghem, de Porcéan, seigneur d'Halluin et de Comines, vicomte de Nieuport.

Il est aujourd'hui surtout connu par les Albums de Croÿ, dispersés à travers le monde, mais dont les gouaches, représentant les villes et propriétés ducales de l'époque, offrent une source unique d'information sur les paysages et l'architecture de la Renaissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles est fils du duc Philippe d'Aarschot et de Jeanne dame de Comines et d'Halluin. On connaît peu de choses de son adolescence.
Le 3 septembre 1580, à l'âge de 20 ans, il épouse Marie de Brimeu (1550 † 1605), veuve de Lancelot de Berlaymont. À l'occasion de ce mariage, il reçoit la Principauté de Chimay. Sa femme, picarde, calviniste convaincue, exerce une influence décisive sur son second mari ; elle lui a fait abandonner la foi catholique et abandonner son soutien au roi d'Espagne.
En 1581, sa mère meurt et lui lègue le patrimoine de la maison de Comines-Halluin
En 1584, il se sépare de sa femme (mais il administrera ses biens jusqu'en 1599). Peu après s'être séparé, il abjure sa conversion et sa foi protestantes et revient dans le giron de l'Église catholique romaine.
En 1593, il devint grand bailli du Hainaut (lettres patentes du 25 mars), fonction qu'il exerça jusqu'à sa mort.
En 1595, après la mort de son père, Charles hérite de tous les domaines de la maison de Croÿ dont le duché d'Arschot, la principauté de Château-Porcien, les comtés de Beaumont et de Seninghem, les seigneuries d'Avesnes, Lillers, Quiévrain, Esclaibes, Beveren, les franches-terres de Fumay et Revin et bien d'autres petites propriétés.
Charle règne sur ce vaste domaine comme un prince sur les siens, les administrant via un conseil et une chambre des comptes.
En décembre 1605, après avoir participé à de nombreuses expéditions militaires, et assumé plusieurs fonctions importantes, qui lui vaudront d'être reçu chevalier de la Toison d'or en 1599. Huit mois après le décès de son ex-épouse Marie de Brimeu, il épousa sa cousine germaine, Dorothée de Croÿ (fille aînée du marquis d'Havré et quitte les affaires publiques afin de se consacrer essentiellement à la gestion de ses domaines et de ses collections. Il meurt à l'âge de 52 ans, en 1612, laissant son patrimoine à sa veuve qui vivra encore cinquante ans. Faute de postérité légitime, ses biens furent légués à la famille d'Arenberg.

Collections[modifier | modifier le code]

Charles de Croÿ dépense une partie de sa fortune pour acheter de nombreux tableaux, ouvrage manuscrits, pièces de monnaies et médailles qu'il dispose dans ses résidences préférées (châteaux de Beaumont (Hainaut) et d'Heverlee). Il disperse ainsi beaucoup d'argent, mais veille à la gestion de son patrimoine, ce qu'on sait par les nombreuses annotations autographes qu'il a laissé sur plusieurs dizaines de milliers de pièces d'archives familiales. Il décide de faire illustrer des albums décrivant ses propriétés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]