Charles III Philippe du Palatinat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles III Philippe

Charles III Philippe (né le 4 novembre 1661 à Neubourg, décédé le 31 décembre 1742 à Mannheim) est électeur du Palatinat, comte palatin de Neubourg, duc de Juliers et duc de Berg de 1716 à 1742, et comte de Megen de 1716 à 1728.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il appartient à la maison de Wittelsbach. Né à Neubourg-sur-le-Danube, Charles Philippe est le septième des dix-sept enfants de Philippe-Guillaume de Wittelsbach-Neubourg et d'Élisabeth-Amalie de Hesse-Darmstadt, il est un oncle maternel de l'empereur Charles VI du Saint-Empire.

Carrière d'un cadet[modifier | modifier le code]

Bien que Charles Philippe soit clerc à Cologne à l'âge de 14 ans, puis en 1677 à Salzbourg et en 1679 à Mayence, il n'est pas ordonné, mais entame une carrière militaire en 1684. Il participe à la guerre des Habsbourg contre les Turcs de 1691 à 1694, et est nommé maréchal impérial. En 1712, il devint gouverneur de l'Autriche antérieure à Innsbruck.

Electeur Palatin[modifier | modifier le code]

Son frère Jean-Guillaume de Neubourg-Wittelsbach étant mort en 1716, il lui succède sous le nom de Charles III Philippe

Heidelberg n'ayant jamais retrouvé son éclat après les exactions de l'armée Française en 1680, il dépalce sa capitale à la nouvelle ville de Mannheim en 1720.

Pour renforcer l'union entre les branches de sa dynastie, il unit le 17 janvier 1742 sa petite-fille Élisabeth-Auguste à son neveu et héritier Charles Théodore de Bavière, et sa sœur Marie-Anne au prince Clément de Bavière.

Membre de la Maison de Wittelsbach, il vote, au détriment de François-Etienne de Lorraine, pour son cousin, le duc-électeur de Bavière Charles-Albert lors de l'élection impériale qui suit la mort de l'empereur Charles VI.

Tandis que l'Europe s'embrase une fois de plus, il meurt en décembre 1742.

La branche de Palatinat-Neubourg s'éteint, et le Palatinat revient à Charles Théodore, de la branche de Palatinat-Soulzbach. Une autre petite-fille de Charles Philippe, la comtesse palatine Françoise de Soulzbach, épouse par la suite Frédéric de Deux-Ponts-Birkenfeld. Leur fils Maximilien devient l'héritier de la branche de Palatinat-Soulzbach.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Ludovica Carolina Radivilia.
Teresa Lubomirska.

Charles Philippe se marie trois fois :

  1. Léopoldine Éléonore Joséphine (née à Brieg le 27 décembre 1689 - décédée le 8 mars 1693).
  2. Marie-Anne (7 décembre 1690-1692)
  3. Élisabeth Auguste Sophie (née à Brieg le 17 mars 1693, décédée à Mannheim le 30 janvier 1728), qui épouse en 1717 un cousin, le comte palatin Joseph Charles de Soulzbach.
  4. Un fils (né et décédé le 22 mars 1695)
  1. Théophila Élisabeth Françoise Félicité (née le 13 novembre 1703 et morte le 31 janvier 1705)
  2. Anne Élisabeth Théophila (née à Innsbruck le 9 juin 1709 et décédée à Innsbruck le 10 février 1712)
  • en 1728, il épousa en troisième noces la comtesse Violante Thérésia (1683-1734), fille du comte Philippe-Guillaume de Thurn et Taxis, et de son épouse la comtesse Marie-Adélaïde von Aham zu Wildenau. Cette union sans descendance est morganatique, car la branche Augsbourg de la riche famille Thurn und Taxis n'a été élevée au rang de baron qu'en 1657, et faite comte d'Empire en [1701]. Mais Violante reçoit le titre honoraire de princesse de la part de Charles VI du Saint-Empire en 1733.

Sources[modifier | modifier le code]