Charles Humbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Humbert
Charles Humbert en 1913.
Charles Humbert en 1913.
Fonctions
Parlementaire français
Député
1906 - 1908
Sénateur
1908 - 1920
Gouvernement IIIe République
Biographie
Date de naissance 28 mai 1866
Date de décès 1er novembre 1927
Résidence Meuse

Charles Humbert, né le 28 mai 1866 à Loison (Meuse) et mort le 1er novembre 1927 à Paris, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Percepteur de profession, il est titulaire de la Légion d'honneur et député de la Meuse du 6 mai 1906 au 30 janvier 1908. Sénateur de la IIIe République de 19 janvier 1908 au 10 janvier 1920, il est vice-président de la commission sénatoriale des armées très actif pendant la Première Guerre mondiale. Il a écrit plusieurs ouvrages traitant de thèmes militaires : Sommes-nous défendus ? (1907), La flotte fantôme : ni bateaux, ni canons, ni obus (1909), Les vœux de l'armée[réf. nécessaire].

Son testament politique est Chacun son tour (1925), livre relatant ses déboires avec Raymond Poincaré notamment et racontant sa version de l'affaire Le Journal (Bolo Pacha et Pierre Lenoir). En effet, le 18 février 1918, Charles Humbert est arrêté dans son château de Mesnil-Guillaume près de Lisieux pour intelligence avec l'ennemi. Il aurait racheté Le Journal avec de l'argent allemand. Il sera acquitté, les coaccusés seront condamnés à mort et exécutés.

En garnison à Dieppe, comme sous-lieutenant au 119e régiment d'infanterie, il épousa l'écrivaine anglaise Mabel Wells Annie Rooke[1]. Il eut un garçon, Charles William et une fille Agnès qui s'illustrera pendant la seconde guerre mondiale dans la Résistance.

Charles Humbert est enterré au cimetière des Batignolles à Paris.

Les précieuses découvertes archéologiques faites à Senon par les Allemands en 1914-1918 emportées en Allemagne seront rapatriées en France grâce à son intervention[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communication de Michel Maigret, Mémoires de l'Academie de Stanislas, Tome XVIII, 2004, p. 443 et suiv.
  2. Maigret (2004), op.cit.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean El Gammal (dir.), Dictionnaire des parlementaires lorrains de la Troisième République, Éd. Serpenoise, Metz, 2006, 422 p. (ISBN 2-87692-620-2)
  • Jean André Faucher et Noël Jacquemart, Le Quatrième pouvoir, la presse française de 1830 à 1960, L'Écho de la presse et de la publicité, Saint-Germain l'Auxerrois, 1969, p. 69-70
  • Lucien Graux, Les fausses nouvelles de la grande guerre, t. 1, L'Édition française illustrée, 1919
  • Marie Roux, Le défaitisme et les manœuvres pro-allemandes 1914-1917, Nouvelle librairie nationale, 1918, 128 p.
  • Léon Schirmann, Les manipulations judiciaires de la Grande Guerre : comment on fabrique des coupables, Éditions Italiques, Triel-sur-Seine, 2006, 292 p. (ISBN 2-910536-65-3)
  • Jacques Chabannes, Les Scandales de la Troisième, de Panama à Stavisky, Perrin, 1972, 347 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]