Charles Henri Frédéric Dumont de Sainte-Croix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dumont.
Charles Dumont de Sainte-Croix, gravure d'Ambroise Tardieu(1817)

Charles Henri Frédéric Dumont de Sainte-Croix est un ornithologue français, né le 27 avril 1758 à Oisemont dans la Somme et mort le 8 janvier 1830.

Il est le fils du jurisconsulte Jean Charles Nicoles Dumont de Sainte-Croix (mort en 1798). Il fait des études de droit et exerce comme avocat à la cour royale de Paris avant de devenir secrétaire de l'Intendance de Paris (1785), chef de division au ministère de la justice sous Gohier, puis directeur de l'envoi des Lois. Ce métier ne lui plaisant guère, il mène en parallele une activité de naturaliste plus conforme à ses gouts. Ainsi contribue-t-il à l’ornithologie pour le Dictionnaire des sciences naturelles (1804-1830) édité par Frédéric Cuvier (1773-1838) et fait paraître une Histoire naturelle des martinets en 1824.

A la Révolution il est arrêté et incarcéré pour avoir pris la défense du général Custine (guillotiné le 28 août 1793) en faisant afficher un placard où il rappelait, avec beaucoup de courage, aux principes de la justice, un peuple qu’on cherchait à égarer. Il relatera sa détention dans ses Mémoires d’un détenu, suivis de divers fragments de littérature et d’Histoire naturelle (1795) que citeront avec intérêt Madame de Staël. Ce récit contient notamment une curieuse évocation des insectes rencontrés en prison et divers mémoires sur l'histoire naturelle et la chimie.

Quoique libéral et agent du ministère à l’imprimerie des lois, il avait, par l’entremise de son frère André, membre du Comité de salut public, président de la Convention en 1794, et sous-préfet d'Abbeville, fait rendre la liberté à des nobles qui payèrent leur bienfaiteur d’ingratitude.

Il était membre de plusieurs sociétés savantes.

Il est le beau-père du naturaliste René Primevère Lesson (1794-1849), du conseiller de préfecture Charles Lamouroux (1798-1877) (frère du biologiste Jean Vincent Félix Lamouroux) et du général Émile Perrodon (1794-1872).

Liste partielle des publications[modifier | modifier le code]

  • 1803 : Dictionnaire forestier (deux volumes, Garnery, Paris)
  • 1811 : Code des contributions directes
  • 1820 : 7e édition, entièrement refondue, du Nouveau style des huissiers
  • sans date : Manuel des émigrés et déportés
  • 1831 : Manuel complet des maires, des conseils municipaux et des commissaires de police

Source[modifier | modifier le code]

  • Biographie universelle, ancienne et moderne, volume 63, chez Louis-Gabriel Michaud, éditeur, 1837.
  • Traduction de l'article de langue anglaise de Wikipédia (version du 5 avril 2007).
  • Note de Y. Destianges (1970) dans le Dictionnaire de biographie français, douzième tome (R. D’Amat dir.), Librairie Letouzey et Ané : 230-231.