Charles Franklin Kettering

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Franklin Kettering (1876-1958), surnommé Boss Kettering, le deuxième père des CFC

Charles Franklin Kettering, né le 29 août 1876 à Loudonville et décédé le 25 novembre 1958 à Dayton dans l'Ohio, est un inventeur, ingénieur et homme d'affaires américain.

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Charles Kettering fait ses études supérieures à l’université de l'Ohio, qu'il finance lui-même en travaillant. Il est diplômé en 1904

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il épouse Olive Williams en 1922

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

  • En 1904 il cherche du travail et est embauché par la National Cash Register Company (NRC) où en tant qu’ingénieur il supervise notamment le développement de la caisse enregistreuse électrique.
  • En 1909, avec un homme d’affaires (Edouard A. Deeds), il fonde sa propre entreprise : la Dayton Engineering Laboratories Company (Delco) à Dayton, en vue de commercialiser son générateur motorisé (Générateur Kettering) qui fournira de l’électricité à des milliers de fermes isolées américaines.
    Il décide également de commercialiser un système d’allumage de moteur à explosion par batterie et bobine appelé Delco, en hommage à sa société.
  • En 1916, en pleine Première Guerre mondiale, Charles Kettering vend sa société à General Motors (GM) et il s'y voit offrir un poste de Directeur au laboratoire central de recherche. Il y encontre Thomas Midgley Jr. qui y travaille en tant que chercheur.
    Sous sa direction, le laboratoire développera de nombreuses technologies (améliorations de moteurs diesels, freins à quatre roues, verre de sûretés, etc.) et il invente notamment les [[Chlorofluorocarbure[CFC]] avec Thomas Midgley.
    Encouragé par General Motors, il s'intéresse aux carburant et développe deux additifs ; le plomb tétraéthyl (voir détails plus bas).

Kettering et les additifs de carburants[modifier | modifier le code]

Alors qu'après la première guerre mondiale la consommation de pétrole et d'essence explose aux États-Unis et dans le monde, Kettering est convaincu que le pétrole finira par se raréfier et qu'il faut mieux le consommer (avec plus d'efficience).

Il pense que des additifs pourraient rendre les moteurs plus puissants à consommation égale de carburant (grâce à une compression plus élevée).

Kettering a connaissance d'une première solution qu'il nomme “high percentage solution” consistant à mélanger de l'éthanol à l'essence.

Peu après jeune ingénieur chimiste Thomas Midgley informe son directeur (Kettering) le 9 décembre 1921 qu'il a découvert qu'un composé organométallique, le plomb tétraéthyl utilisé comme additif permet d'éliminer les cliquetis du moteur à explosion, à une dilution de un pour mille[1]. Kettering comprend immédiatement l'intérêt commercial de ce produit, bien plus élevé que celui de l'éthanol. En effet l'éthanol est un produit courant, connu de tous et très facile à fabriquer, ne pouvant donc pas être breveté, alors que l'utilisation du plomb tétraéthyl, additif inconnu et très difficile à fabriquer pouvait l'être. Kettering et Midgley protègent donc leur invention par un brevet, et à partir de ce moment ils défendent et promeuvent vigoureusement l'utilisation de ce produit - malgré sa grande toxicité - contre toute autre alternative[2].
Kettering présente cette autre méthode qu'il nomme “low percentage solution” en insistant sur le fait qu'à la différence de la solution-éthanol, elle ne nécessite qu'une faible quantité d'additifs, pour un même effet qui est d'augmenter ce qu'on nommera plus tard l'indice d'octane de l'essence[1]. Comme le plomb endommage les moteurs s'il s'y dépose, la formule est améliorée par deux autres produits chimiques

Kettering réussit à convaincre son employeur, de s'associer à Exxon et de fonder Ethyl Corporation dont les usines seront conçues et gérées par le géant de la chimie Dupont, une nouvelle entreprise dédié aux additifs des carburants, dont il devient le premier président.
L'entreprise commence à produire dès 1923 et c'est le début de sa fortune[3]. Kettering connait les dangers du plomb, et comprend le besoin de communiquer sur ce point ; un an plus tard, il embauche Robert A. Kehoe comme expert médical, lequel proclamera que l'essence au plomb est sans danger pour les humains. Cette assertion sera sans cesse démentie par les faits, et l'entreprise s'avèrera être l'un des plus gros pollueurs ayant jamais existé, source d'un « désastre écologique » à échelle planétaire[2]. Pourtant, servie par une stratégie agressive de communication et un lobbying efficace, la société existe toujours et continue à produire du tétraétyl de plomb qu'elle vend dans les pays pauvres après que ce produit ait été interdit aux États-Unis puis en Europe.

Kettering a ainsi en tant que président de son entreprise indirectement continué à travailler pour General Motors (GE) (propriétaire de la moitié des parts de d'Ethyl Corp.) jusqu’à sa retraite, tout en restant directeur de la recherche et du développement de GE.

Fin de carrière et de vie[modifier | modifier le code]

Charles Kettering prend sa retraite en 1947.

Il vit encore 13 ans et meurt à l’âge de 82 ans, le 25 novembre 1958.

Il laisse derrière sa femme et un fils (Eugène Kettering qui a fondé le Kettering Medical Center qui sera une des origines du Kettering Health Network).

Production[modifier | modifier le code]

Soucieux de valoriser financièrement ses découvertes, il a déposé 140 brevets Il a laissé plusieurs ouvrages, qui sont des écrits de type philosophiques

Honneurs[modifier | modifier le code]

On lui a décerné

Bilan sociétal[modifier | modifier le code]

Sa carrière d'abord considérée comme exemplaire et ponctuée de nombreuses promotions et médailles, puis a été controversée[4], l'Homme étant un inventeur, un businessman remarquable, mais étant aussi à l'origine de l'une des plus grandes pollutions planétaires causée par l'humanité (il est en quelque sorte responsable de 90 % de la pollution de l'air des États-Unis par le plomb, source de saturnisme, en raison de son soutien indéfectible à la promotion, la production et la vente du plomb tétraétyle[4]. Il est aussi à l'origine de l'utilisation d'un autre additif antidétonant toxique breveté le Méthylcyclopentadiényle tricarbonyle de manganèse ou MMT, Il a enfin aussi été le co-inventeur du fréon, responsable de la dégradation de la couche d'ozone.

Comme beaucoup de grands businessmen américains, Charles Franklin Kettering, a fondé (en 1927) une fondation (Kettering Foundation, dédiée à la recherche).

Devenu très riche, il fut aussi un donateur important pour le Memorial Sloan-Kettering Hospital à New York (spécialisé dans la lutte contre le cancer).

Une université porte également son nom à Flint dans le Michigan, l'université Kettering.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b "Fuels and Society: Charles Kettering, Thomas Midgley and Tetraethyllead". Kennesaw University. Consulté 2014-05-25.
  2. a et b Kovarik W (2006) "Ethyl-leaded Gasoline : How a Classic Occupational Disease Became an International Public Health Disaster" . Int J Occup Environ Health ; 11:384-397. Consulté 2014-05-25
  3. Peter Dauvergne (2008) The Shadows of Consumption MIT Press. p. 70. ISBN 978-0-262-04246-8.
  4. a et b Kitman JL (2000). http://web4.uwindsor.ca/users/w/winter/Film.nsf/6d8ffcfd02afe81e8525730600490ed8/44d81c66eb3cf2dd8525763300458ea5/$FILE/lead.Nation2.pdf The secret history of lead]. Article du journal Nation New-York date du 20 mars 2000, 270(11), 11-11.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]