Charles Eugène Gabriel de Virot de Sombreuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Charles Eugène Gabriel de Virot de Sombreuil, né le 11 juillet 1770, mort le 28 juillet 1795, fusillé à Vannes (Morbihan) pour sa participation a l'expédition de Quiberon, tentative de débarquement des Émigrés en Bretagne; fils de Charles François de Virot de Sombreuil.

Biographie[modifier | modifier le code]

Troisième enfant de Charles François de Virot, marquis de Sombreuil, maréchal de camp puis gouverneur des Invalides, et de Marie-Madeleine des Flottes de l'Eychoisier, il est né le 11 juillet 1770 au château de Leychoisier à Bonnac-la-Côte, (Haute-Vienne).

Il reçoit un certificat de noblesse pour les écoles militaires par d’Hozier le 19 février 1779.

Militaire en France et à l'émigration[modifier | modifier le code]

Capitaine de remplacement au régiment de La Marche cavalerie en 1788. Capitaine au régiment de hussards Esterhazy en 1789, au service de la Prusse en 1790, major commandant russe le 17 juin 1791, et courrier diplomatique du Roi de France entre Paris et Saint-Pétersbourg, envoyé en Finlande par l’impératrice Catherine II de Russie, capitaine de la cavalerie impériale russe et aide de camp de l’amiral prince de Nassau-Siegen en juin 1792, participe à la prise de Longwy sous les ordres du duc de Brunswick, mène les dragons et les hussards prussiens du régiment de Kohler, fait campagne contre Custine, combat à Arnhem et à Valmy (20 septembre 1792) dans les rangs prussiens.

Il reçoit le brevet de colonel de cavalerie à la suite de la cavalerie française en émigration le 17 septembre 1792, et l’ordre du mérite prussien en 1793. Promu capitaine au régiment de Salm hussards en février 1793, signalé devant Mayence à la suite du prince Louis Ferdinand de Prusse le 17 juillet 1793, colonel commandant les hussards du prince de Salm au service de la Grande-Bretagne par brevet du duc d’York le 31 mai 1794, il sert les armées étrangères sur le Rhin et en Hollande avant de passer en Angleterre.

L'expédition de Quiberon[modifier | modifier le code]

Obtient comme brigadier général le commandement de la deuxième division de l’expédition dirigée sur Quiberon. Il reçoit le brevet de Lieutenant Général britannique qui lui est remis le 17 juillet 1795 par le commodore Warren. À Quiberon, sur place devant la défection des autres généraux, il est nommé général d’armée par Monseigneur de Hercé, évêque de Dol, le 20 juillet 1795. Il y débarqua au moment où le général Lazare Hoche attaquait le fort Penthièvre (juillet 1795).

"Héros de Quiberon" dernier défenseur des "blancs" devant les " bleus" il capitule devant Hoche, sur la plage de Porigo à Port Haliguen en Quiberon d'où les émigrés devaient rembarquer, à condition que ces soldats soient épargnés et traités en prisonniers de guerre, lui seul devra subir les conséquences de la tragédie.

Emmené à Auray, il est présenté, le 9 thermidor an III, devant une commission militaire désignée par le général Lemoine ainsi que 17 autres prisonniers (dont 3 nobles et 11 prêtres), dont Urbain-René de Hercé, évêque de Dol. Condamnés à être fusillés, ils sont emmenés à Vannes pour y subir le jugement dans les 24 heures. Le 10 thermidor an III (28 juillet 1795) à 10h, les condamnés sont emmenés au lieu de l'exécution au plateau de la Garenne. Il repose dans la chapelle du champ des martyrs à Brech près de Auray, dont le fronton est orné du buste de Charles de Sombreuil.

Il s’était fiancé à Londres avec Jeanne Marie Thérèse Falcoz de La Blache, fille d’Alexandre Falcoz comte de La Blache et de Charlotte Gaillard de Beaumanoir, qui par la suite a épousé le comte de Cléron d’Haussonville.