Charles Coppieters-Stochove

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coppieters.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Coppieters.
Charles Coppieters-Stochove
Image illustrative de l'article Charles Coppieters-Stochove
Fonctions
Vice-président de la Chambre des Représentants de Belgique
18331834
Membre de la Chambre des Représentants de Belgique
29 août 183113 juin 1848
Membre du Congrès national
11 novembre 1830août 1831
Membre de la seconde Chambre
18231830
Biographie
Date de naissance 20 mai 1774
Lieu de naissance Bruges
Date de décès 12 juin 1864
Lieu de décès Bruges
Nationalité Drapeau de la Belgique belge
Diplômé de Université de Louvain

Charles-Bernardin-Ghislain Coppieters Stochove (Bruges, 20 mai 1774 - 12 juin 1864) était un magistrat, homme politique belge et membre du Congrès national.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille noble flamande, fils de Jean-Baptiste Coppieters 't Wallant, conseiller de Bruges et échevin du Franc de Bruges, et d'Isabelle van Zuylen van Nyevelt (sœur du baron Jean-Jacques van Zuylen van Nyevelt), il descent du ministre Jean-Baptiste Coppieters. Marié à Thérèse Stochove (descendante de Vincent Stochove), il est le grand-père d'Ernest Coppieters-Stochove, l'oncle et beau-père de Jean-Baptiste Coppieters 't Wallant (fils de son frère Jean-Baptiste Coppieters 't Wallant), ainsi que l'ancêtre de la reine Mathilde de Belgique.

Il étudia à l'Université de Louvain où il obtint le grade de licencié en philosophie et docteur en droit. En 1804, il devint adjoint au maire à Bruges et renonça à cette fonction pour y devenir juge au tribunal de première instance en 1807.

Quand les provinces méridionales furent réunies aux Pays-Bas en 1815, Coppieters ne voulut pas prêter serment au prince Guillaume Ier des Pays-Bas pour des motifs religieux qui ne s'accordaient pas avec la nouvelle Constitution. Pour cette raison, il ne fut pas renommé juge et reprit ses activités d'avocat.

Le 12 juillet 1823, il fut choisi par les États provinciaux de la Flandre-Occidentale à la seconde Chambre des États généraux des Pays-Bas. Ses scrupules s’étant alors dissipés, il prêta serment et put y siéger jusqu’au moment de la Révolution belge. Au cours de ces sept années, sauf comme rapporteur, il ne prit jamais la parole.

Portrait par Ingres.

Le 17 octobre 1830, le district électoral de Bruges l’envoya au Congrès national[1]. Lors de l'élection du Roi, il vota pour le prince de Saxe-Cobourg, et son nom figure sur la médaille d'inauguration de la colonne du Congrès.

Puis le 29 août 1831, le même district l’élit à la Chambre des représentants. Le 4 octobre 1832, il devint président du tribunal de première instance de Bruges. Ses collègues le choisirent au cours de la session 1833-1834 comme vice-président de la Chambre des représentants.

En 1848, une loi fut adoptée qui décréta l’incompatibilité entre le mandat parlementaire et les fonctions judiciaires. Son choix se portant sur ces dernières, il présenta sa démission de la Chambre. Le 5 juin 1850, frappé de cécité, il renonça définitivement à la présidence du tribunal de première instance.

Il fut également membre de l'ordre équestre de la Flandre-Occidentale en 1816 et prévôt de la Confrérie noble du Saint-Sang en 1835.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il fut élu au premier tour du scrutin avec le plus grand nombre de voix : 560 sur 599 votants, alors que la majorité absolue était de 300.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Coppieters & Charles van Renynghe de Voxvrie, Histoire professionnelle et sociale de la Famille Coppieters, 1550-1965, Second Volume, Bruges, 1968.
  • (nl) Nieuw Nationaal Biographisch Woordenboek, Leiden, 1933