Charles Antoine Manhès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manhès.
Charles Antoine Manhès
Portrait du général Manhès, aide-de-camp de Joachim Murat, par Andrea Appiani
Portrait du général Manhès, aide-de-camp de Joachim Murat, par Andrea Appiani

Naissance 4 novembre 1777
Aurillac (Cantal)
Décès 26 août 1854 (à 77 ans)
Naples (Drapeau de l'Italie Italie)
Origine Drapeau de la France France
Arme artillerie
gendarmerie
Grade général de division
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur
Commandeur de l'ordre royal des Deux-Siciles

Charles Antoine Manhès, né en 4 novembre 1777[1] à Aurillac, mort du choléra le 26 août 1854 à Naples, est un général français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fit un commencement d'études au collège d'Aurillac, où son père est procureur. Envoyé à l'École de Mars avant l'âge de quinze ans, sa première arme fut l'artillerie. Nommé sous-lieutenant en avril 1795, au 3e bataillon du Cantal, devenu 26e de ligne, il fit les campagnes de l'an III et de l'an IV à l'armée de Rhin-et-Moselle, sous Pichegru et Hardy, et celle des ans V, VI et VII, sous Kellermann, Schérer, Bonaparte et Joubert. Il assista au siège de Luxembourg et se conduisit bravement à la bataille de Novi, où il fut grièvement blessé.

Nommé lieutenant le 24 décembre 1799, il fit en Italie les campagnes de l'an VIII et de l'an IX, sous Championnet, Moreau, Masséna et Berthier. Le 2 janvier 1802 (an X), le général Milhaud, son oncle, le prit comme aide de camp ; il le suivit pendant les campagnes de 1802 à 1806. Il se trouva à la bataille d'Austerlitz, et y eut un cheval tué sous lui. Napoléon Ier l'avait décoré en janvier 1805. Nommé capitaine en juin 1806 et chef d'escadron en avril 1807, il devint aide-de-camp du grand duc de Berg (Joachim Murat) et le suivit en Espagne en 1808. Manhès fut chargé de conduire le prince de la Paix en France, à travers mille périls, mais sous bonne escorte.

La période italienne[modifier | modifier le code]

Lorsque Murat fut désigné par Napoléon pour occuper le trône de Naples, Manhès le suivit dans son royaume et ne tarda pas à en recevoir des marques d'une faveur peu commune. Chevalier de l'ordre des Deux-Siciles, il fut nommé colonel et maintenu dans ses fonctions d'aide-de-camp du roi. Le 4 septembre 1809 il reçut sa nomination de général de brigade, et celle de commandeur de l'ordre royal des Deux-Siciles le 19 août 1810. Le roi Joachim ayant résolu de détruire le brigandage dans la Basilicate et la Calabre, le général Manhès reçut une mission spéciale à cet effet et débuta par des mesures tellement terribles qu'au premier abord on les crut seulement dictées pour jeter l'épouvante, mais les faits ne tardèrent pas à parler, et de grandes cruautés furent commises, qui ramenèrent la sécurité de ce pays en étouffant le brigandage, mais qui donnèrent à Manhès une réputation de violence et de dureté.

Il reçut de nouvelles récompenses à la suite de sa mission qui dura six mois ; Joachim le fit général de division le (25 mars 1811), lui donna une dotation dans la Calabre avec le titre de comte, puis lui confia le commandement des 2e et 5e divisions territoriales avec pleins pouvoirs de haute police, puis enfin premier inspecteur général de gendarmerie (février 1812). En 1813, Joachim voulut se défaire des Carbonari et chargea encore Manhès de cette mission de colère, et ce général s'en acquitta avec la même inflexibilité. Pour prix de ce service, il fut nommé grand dignitaire de l'ordre des Deux-Siciles. Lorsque Joachim eut signé un traité avec l'Autriche, un décret du grand juge renvoyait dans leur patrie tous les Français au service du roi de Naples. Le général Manhès refusa d'obéir. Joachim déclara la guerre à l'Autriche, et Manhès fut chargé d'un commandement. Après l'affaire de Tolentino (3 mai 1815), qui coûta la couronne à Murat, la reine fit partir de Naples sa sœur Pauline Bonaparte, le cardinal Joseph Fesch et sa mère madame Maria Letizia Ramolino.

Le retour en France[modifier | modifier le code]

Manhès n'attendit pas l'issue des événements ; il fit fréter un bâtiment et s'embarqua le 19 mai, avec papiers et pavillon anglais. Il arriva à Marseille où commandait Brune ; le 14 octobre il se rendit à Paris d'où on le renvoya à Aurillac. Ses offres de service aux Bourbons furent agréés et il fut nommé en 1827 inspecteur général de gendarmerie. Il était à Paris pendant les trois journées de 1830. Conservé sur les cadres de disponibilité, il espéra longtemps un emploi qu'on lui refusa toujours. Au mois de mai 1837, il fit un voyage à Naples et reçut de la cour un accueil chaleureux. Il revint chargé des cadeaux du roi Ferdinand Ier des Deux-Siciles pour la reine Marie-Amélie. Le général Manhès fut laissé à la retraite ; il avait été nommé précédemment commandeur de la Légion d'honneur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Garrigoux (préf. SAR le prince Murat), Manhès, vice-roi des Calabres, Jean Garrigoux,‎ 2000, 222 p. (ISBN 9782855790152).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les sources divergent sur sa date de naissance, ne parvenant pas à s'accorder sur le 14 octobre, le 19 octobre ou le 4 novembre 1777.