Charles Antoine Callamard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Charles Antoine Callamard

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jacques AugustinPortrait de Charles Antoine Callamard, miniature.

Naissance 1769
Paris
Décès 1815
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Sculpteur
Formation Académie royale
Maîtres Pajou
Mouvement artistique Néo-classicisme
Récompenses Prix de Rome

Charles Antoine Callamard (parfois écrit Callamare) est un sculpteur français né le 25 mars 1769 à Paris et mort dans la même ville en 1815[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce sculpteur reste peu connu car sa carrière fut courte.

Il a été l'élève de Pajou après être entré à l'école des Beaux-Arts dans sa quinzième année. Il avait obtenu la troisième médaille en 1790, la deuxièmeen 1791, le second prix en 1792. Il réalise un buste d'Antoine Fabre d'Olivet en 1799[2].

Il obtient le Grand prix de sculpture 1797 mais il ne séjourne effectivement à Rome qu'entre 1800 et 1806, une fois l'Académie de France réinstallée[3],[4].

Callamard s'inscrit dans le renouveau classique et le goût pour l'antique qui marquent la période. Il réalise notamment des groupes sculptés présentant des figures allégoriques habillées à l'antique, prônant les nouvelles idées politiques nées de la Révolution.

Pendant son séjour en Italie il a commencé à réaliser une statue en marbre de Napoléon, représenté nu tenant un sabre d'une main et une branche d'olivier de l'autre, une tête plus grande que nature de Laetitia Bonaparte, une tête de Minerve.

Il est de retour en France en 1807. Il réalise pour l'arc de triomphe du Carrousel un bas-relief représentant les arts. Il fut ensuite chargé de sculpter deux bas-reliefs pour les côtés de la tribune de Jean Goujon au palais du Louvre, deux grands bas-reliefs demi-circulaires pour un escalier de l'aile de la Colonnade du côté sud et plusieurs bas-reliefs pour la colonne Vendôme. Il a exécuté deux bas-reliefs pour une manufacture de MM. Péchard et Lenoir.

Il a exécuté une statue représentant Oreste à la demande du gouvernement, exposée au Salon de 1812, ainsi qu'une statue de 12 pieds de haut du Général d'Espagne, Jean-Louis-Brigitte Espagne, comte d'Empire (1769-1809).

Sa dernière grande œuvre est une statue en marbre d'une jeune fille représentant l' Adolescence. En 1813 il détruisit une statue de Vénus victorieuse qu'il ne trouvait pas réussie.

En 1814, au moment de l'invasion de la France par les armées Alliées, il se trouvait malade. Ne supportant pas cette occupation, il s'est tué en 1815 après avoir rédigé une note sur l'organisation de son enterrement.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Une liste de ses œuvres est donnée sur la base Joconde du ministère de la Culture[5].

  • La Liberté terrassant l'hydre du despotisme (sculpture en terre cuite), 1794, Musée des Beaux-Arts de Rouen (Inv. 988.5.1.)
  • Buste d'une bacchante (sculpture en terre cuite), Musée des Beaux-Arts de Rouen (Inv. 997.1.1.)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Branet, "La statue du général Espagne à Auche", Bulletin de la Société archéologique du Gers, 3e trimestre 1913, p. 212-213.
  • R.-G. et C. Ledoux-Lebard, "Les portraits sculptés de Charles et Laetizia Bonaparte. Essai d'iconographie napoléonienne", Bulletin de la Société de l'histoire de l'art français, 1947-1948, p. 123-124.
  • J.-R. Gaborit, "Esquisses en terre cuite d'époque révolutionnaire", Revue du Louvre et des Musées de France, 1979, n° 3, p. 213-214.
  • A. Imbellone, ""Travaux d'émulation" degli scultori dell'Accademia di Francia a Roma nel primo decennio del XIX secolo", Neoclassico, n° 22 (2002), p. 6-30.
  • T. Préaud, "Les "grands hommes" en sculpture à Sèvres au XIXe siècle", French Porcelain Society journal, vol. 2 (2005), p. 121-132.
  • David d'Angers, Considérations sur la sculpture. Notice sur le sculpteur Callamare, p. 450-459, Revue du progrés politique, social et littéraire, tome second, 1er partie, Paris, 1839 ( lire en ligne )

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'autres dates de naissance et de décès (1776 - 1821) sont données sur certains sites. Celles données correspondent à ce qu'a écrit David d'Angers dans sa notice sur la vie du sculpteur dont il avait réalisé un médaillon le représentant. Les mêmes dates sont données dans le livre sur Antoine Fabre d'Olivet et la base Joconde du ministère de la Culture pour le médaillon de Charles Antoine Callamare par David d'Angers.
  2. Léon Cellier, Fabre d'Olivet: contribution à l'étude des aspects religieux du romantisme, note p. X, Michel-E. Slatkine, Réimpression de l'édition de 1953, Paris (ISBN 978-2051016391) [1]
  3. Un carnet de croquis réalisés entre 1803 et 1806, offert par lui à "son meilleur ami" Delafontaine, est passé en vente chez Audap-Mirabaud, le 15/11/2013 (lot n° 12)
  4. Liste des pensionnaires de l'Académie de France à Rome (1800-1890)
  5. Ministère de la Culture, base Joconde : CALLAMARD Charles Antoine

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :