Charles Alston (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles Alston et Alston.
Charles Alston en 1939

Charles Alston (28 novembre 1907 - 27 avril 1977) est un peintre, muraliste et enseignant afro-américain, l'un des premiers « hommes de couleur » reconnu comme artiste contemporain aux États-Unis dans les années 1950.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Alston est né le 28 novembre 1907 à Charlotte en Caroline du Nord. Ses deux parents avaient une bonne éducation. Son père, né esclave, était ministre épiscopalien[1].

Très jeune, il montre un grand intérêt pour l'art et entre en 1925 à l'université Columbia de New York pour y étudier l'art et l'histoire de l'art. Primé du Arthur Wesley Dow Fellowship, il est admis à passer sa maîtrise de beaux-arts au Columbia's Teachers College.

Vers 1930, pendant la Grande Dépression, il commence sa carrière en produisant des illustrations pour des couvertures de livres ou de disques et des magazines renommés (Fortune, Collier's, Mademoiselle et Men's Wear). Mais conscient qu'il dévalorise son talent dans ces activités, il se consacre aussi à sa propre production artistique. À cette époque également, il dirige le Harlem Art Workshop et y forme différents artistes dont Jacob Lawrence.

Bande dessinée de Charles Alston sur la vie du Dr. Drew (source : National U.S. Archives).

Alston a subi l'influence des muralistes mexicains José Clemente Orozco, Diego Rivera, et David Alfaro Siqueiros, qui se servaient des murales comme outil d'éveil social. Quand Rivera était à peindre sa murale du Rockefeller Center (qui sera détruite en raison de son contenu politique), Alston va discuter avec lui — en français, leur langue commune[2].

Durant la guerre, Alston est employé au Bureau de la propagande de guerre[3] ; il y crée des dessins utilisés dans plus de 200 journaux afro-américains pour encourager les Noirs à aller combattre[4],[5].

En 1950, lors de la première exposition d'art contemporain organisée par le Metropolitan Museum of Art, il est l'un des rares, parmi les 4 000 exposants, à réussir à vendre des tableaux ; cette année-là, il devient aussi le premier Afro-Américain nommé enseignant à l'"Art Students League".

Au milieu des années 1950, le Metropolitan Museum, le Whitney Museum of American Art, le Butler Institute of Art et la société IBM accueillent certains de ses travaux dans leurs expositions permanentes. Il réalise également des décorations murales pour l'American Museum of Natural History et l'Abraham Lincoln High School de Brooklyn. En 1969, il est nommé « membre peintre » de la "New York City Art Commission" qui approuve les travaux d'arts commandés par la ville ainsi que le style des constructions nouvelles. Là encore, il fut le premier Afro-Américain à exercer cette fonction.

Il meurt d'un cancer le 27 avril 1977. Ce qu'on a écrit sur lui depuis retient généralement sa place dans l'art du XXe siècle, son rôle de pionnier et l'importance qu'il donnait à la place de l'artiste dans la société. Il avait résumé cela lui-même : « L'art est la poursuite de la vérité telle qu'un artiste la perçoit. Il peut également être une arme puissante et efficace dans la lutte pour la dignité humaine »[6].

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Affiche d'Alston pour la propagande de guerre montrant Félix Éboué

Charles Alston a peint des thèmes tirés de l'expérience de sa vie personnelle.

Il a eu des styles variés dénotant des influences tant des arts océaniques et de l'art de l'Égypte antique que de l'expressionnisme[7], du cubisme, ou de l'expressionnisme abstrait.

Mais, dans toute sa production, la représentation des personnes reflète surtout l'influence primordiale qu'a eue sur lui la sculpture africaine qu'il avait étudiée avec intérêt dès sa jeunesse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans Encyclopedia of the Harlem Renaissance
  2. http://www.columbia.edu/cu/iraas/wpa/artists/calston.html
  3. Office of War Information and Public Relations
  4. (en) Paul Finkelman, Encyclopedia of the Harlem Renaissance, Routledge,‎ 2004 (ISBN 978-1-57958-457-3)
  5. (en) « Charles H. Alston », Images, AAGE (consulté le 9 April 2010)
  6. « Art is the pursuit of truth as an artist perceives it. It can also be a powerful and effective weapon in the struggle for human decency. » [1]
  7. L'intensité de son tableau Girl in a Red Dress (1934) dénote par exemple comme une résurgence du fauvisme.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Consulter l'article de Wikipédia en espagnol, entre autres pour la bibliographie.

Liens externes[modifier | modifier le code]