Charles-Louis Didelot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Didelot.
Charles-Louis Didelot, portrait de Baranov (c. 1810).

Charles-Frédéric-Louis Didelot (en russe Карл-Людовик ou Шарль-Луи Дидло) est un danseur et maître de ballet français né à Stockholm le 27 mars 1767 et mort à Kiev le 7 novembre 1837.

Fils du maître de danse du roi de Suède, il étudie la danse avec son père Charles, avec Louis Frossard, puis à Paris avec Dauberval et Lany. Rappelé à Stockholm en 1786, il monte ses premières chorégraphies au Ballet royal suédois. À Paris l'année suivante, il suit des cours avec Gaëtan et Angiolo Vestris, puis va parfaire sa formation à Londres avec Noverre, sous la direction duquel il débute en 1788.

Malgré des débuts prometteurs à l'Opéra de Paris, il n'est pas engagé et poursuit sa vie itinérante à Bordeaux, où il retrouve Jean Dauberval, puis à Londres où il gagne en célébrité.

Lors la russie impériale ballet a exigé de nouveau chorégraphe en chef, l'ex-impérial chorégraphe Charles Le Picq a proposé d'inviter Charles Didelot.

Il arrive à Saint-Pétersbourg en 1801, à l'invitation de Charles Le Picq et du directeur des Théâtres impériaux, où il débute comme premier danseur. Quittant Saint-Pétersbourg pour Londres en 1811, il y donne plusieurs ballets, ainsi qu'à Paris, et retourne en Russie en 1816, où il restera jusqu'à la fin de sa vie.

Il est devenu le premier chorégraphe qui a introduit une pose ballerine sur la pointe - en 1815 dans le ballet Flore et Zéphire (1815, Paris), dans les principaux parties: Geneviève Gosselin - Flore, Albert (danseur) - Zéphire; ce n'été pas la danse sur la pointe, mais c'était la première sortie sur la pointe (Geneviève Gosselin).

Héritier de la tradition du ballet d'action, il remonte en Russie La Fille mal gardée de Dauberval, et son ballet Flore et Zéphire (Paris, 1815) lui vaut une renommée internationale. Il se lie à la vie intellectuelle russe autour de Pouchkine et préfigure, par les sujets de ses ballets, l'avènement du romantisme.

Pédagogue et maître de ballet irascible mais efficace, Didelot se consacrera ensuite principalement à l'enseignement de la danse, formant les meilleurs éléments du ballet, dont son assistant Auguste Poireau. C'est Alexis Blache qui lui succédera comme maître de ballet en 1832.

Didelot a hissé le ballet russe à une hauteur sans précédent, et c'est à partir de Didelot que le ballet russe a atteint une importance mondiale. Il a livré plus de 40 ballets, pas de comptage de la danse et des fragments d'autres représentations.

Principaux ballets[modifier | modifier le code]

  • 1786 : Pas de deux (Stockholm)
  • 1788 : Richard Cœur-de-Lion (Londres)
  • 1789 : L'Embarquement pour Cythère (Londres)
  • 1796 : L'Amour vengé (Londres)
  • 1797 : Acis et Galatée (Londres)
  • 1802 : Apollon et Daphné (Saint-Pétersbourg)
  • 1807 : Médée et Jason (Saint-Pétersbourg)
  • 1808 : Don Quichotte (Saint-Pétersbourg)
  • 1809 : Psyché et l'Amour (Saint-Pétersbourg)
  • 1812 : La Reine de Golconde (Londres)
  • 1813 : Un soir d'été (Londres)
  • 1814 : Le Bazar d'Alger (Londres)
  • 1815 : Flore et Zéphire (Paris)
  • 1817 : Apollon et les Muses (Saint-Pétersbourg)
  • 1818 : Le Calife de Badgad (Saint-Pétersbourg)
  • 1821 : Alceste (Saint-Pétersbourg)
  • 1821 : Le Retour des Indes (Saint-Pétersbourg)
  • 1823 : Le Prisonnier du Caucase (Saint-Pétersbourg)
  • 1824 : Cendrillon, d'après Louis Duport (Saint-Pétersbourg)
  • 1825 : Phèdre et Hippolyte (Saint-Pétersbourg)
  • 1827 : La Fête villageoise (Saint-Pétersbourg)