Charles-Jean de La Vallée Poussin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Vallée-Poussin.

Charles-Jean de La Vallée Poussin

Description de cette image, également commentée ci-après

Baron de La Vallée Poussin

Naissance
Louvain (Belgique)
Décès (à 95 ans)
Bruxelles (Belgique)
Nationalité Drapeau de Belgique Belge
Champs Mathématiques
Renommé pour Démonstration du théorème des nombres premiers

Charles-Jean Étienne Gustave Nicolas, Baron (depuis 1930) de La Vallée Poussin (1866 - 1962) est un mathématicien belge.

Il a été anobli le 6 septembre 1930 avec le titre de baron transmissible par ordre de primogéniture masculine par le roi Albert Ier de Belgique[1].

Il est connu pour avoir démontré (simultanément avec Hadamard mais indépendamment) le théorème des nombres premiers en utilisant les méthodes de l'analyse complexe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Louvain, le 14 août 1866. Son père, Charles-Louis de la Vallée Poussin (en) (1827-1903), fut pendant près de quarante ans professeur de minéralogie et de géologie à l'université catholique de Louvain. Il étudie chez les Joséphites, au collège de la Sainte-Trinité à Louvain, et puis comme interne au collège Saint-Stanislas, chez les Jésuites de Mons.

En 1883, il commence des études en faculté de philosophie à l'université catholique de Louvain. Il devient en 1890 ingénieur civil des mines et en 1890 docteur en sciences mathématiques et physiques.

À partir de 1891, il assure à l'université de Louvain les cours de calcul différentiel et intégral. Pendant le second semestre de l'année académique 1892-1893, il suit à Paris les cours de Camille Jordan, d'Henri Poincaré et d'Émile Picard, tandis qu'en 1893-1894 il suit à Berlin ceux de Hermann Schwarz, de Ferdinand Frobenius et de Lazarus Fuchs.

Pendant la Première Guerre mondiale, il donne des cours à l'université Harvard pendant un semestre en 1915, au Collège de France en 1916, à la Sorbonne en 1916-1917, à l'université de Genève en 1917-1918 et à la Sorbonne encore en 1918.

Il fut le premier à être élu président de l'Union mathématique internationale en 1920. Il fut anobli en 1930 par le roi Albert Ier.

En 1920, il dirigea le mémoire de licence du cosmologiste Georges Lemaître, sur l'approximation de fonctions de plusieurs variables.

Note et référence[modifier | modifier le code]

  1. Paul Janssens et Luc Duerloo, Armorial de la noblesse belge, du XVe siècle au XXe siècle, vol. N-Z, Bruxelles, 1992, p. 692-693

Liens externes[modifier | modifier le code]