Charles-Frédéric de Holstein-Gottorp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles, prince de Suède.
Charles Frédéric de Holstein-Gottorp
Charles Frédéric De Holstein Gottorp vers 1730-1739

Charles-Frédéric de Holstein-Gottorp (en allemand : Karl Friedrich von Holstein-Gottorp), né le à Stockholm et mort le à Rolfshagen (Basse-Saxe), est duc de Schleswig-Holstein-Gottorp de 1702 à 1713 et duc de Holstein-Gottorp de 1713 à 1739.

Famille[modifier | modifier le code]

Fils de Frédéric IV de Holstein-Gottorp et de Sophie-Hedwige de Suède.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Le 21 mai 1725 (1er juin 1725), Charles-Frédéric de Schleswig-Holstein-Gottorp épouse Anna Petrovna de Russie (1708-1728), fille de Pierre Ier de Russie et de Catherine Ire de Russie.

Un enfant naît de cette union :

Sa fille illégitime et reconnue, Frédérique-Caroline von Carols (1731-1804), épouse le baron David Reinhold von Sievers, frère du grand maréchal de la cour de Catherine II de Russie, le comte Karl von Sievers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait de Charles-Frédéric en 1700

À la mort de son père, le 19 juillet 1702, Charles-Frédéric de Holstein-Gottorp est placé, encore mineur, sous la tutelle de son oncle Christian Auguste de Holstein-Gottorp et de sa mère avec laquelle il réside à Stockholm. Le duché est confié à des administrateurs.

Lors de la Guerre du Nord, les troupes danoises causent d'énormes ravages dans sa principauté de Schleswig-Holstein-Gottorp. Elles s'emparent de la partie nord de son duché, ainsi que du siège patrimonial de la Maison, le château de Gottorp.

En 1718, son oncle maternel Charles XII de Suède meurt et Charles-Frédéric se présente comme son successeur, mais sa tante, Ulrique Éléonore de Suède, parvient à lui ravir le trône. Il quitte alors la Suède et s'installe en Russie où il commande les troupes de la Garde à Saint-Pétersbourg.

Le duc de Holstein-Gottorp continue, avec l'aide du prétendu parti du Holstein en Suède, à revendiquer le trône de ce pays. À la mort d'Ulrique Éléonore en 1741, il poursuit ses revendications pour le compte de son fils Charles-Pierre-Ulrich.

Charles-Frédéric en 1720 par David von Krafft

Le 3 juillet 1720, la Suède, le Danemark et la Norvège signent le traité de Frederiksborg qui met fin à la Guerre du Nord. La Suède s'engage à ne plus apporter son soutien au Holstein-Gottorp, le Danemark obtient une partie du duché de Schleswig occupé par ses troupes depuis 1713. Charles-Frédéric de Holstein-Gottorp s'oppose à ce traité signé par un gouvernement suédois qu'il considère comme rebelle à ses propres droits à la succession au trône de Suède, et qui l'empêche de reprendre les terres du nord situées dans son duché. Lorsqu'il monte sur le trône de Russie en 1762, son fils commence immédiatement les préparatifs afin de reconquérir les terres perdues par les troupes russes.

Après la mort de l'impératrice Catherine Ire de Russie, Charles-Frédéric de Holstein-Gottorp tente d'assurer la succession au trône impérial pour son épouse, mais c'est un échec.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Charles-Frédéric de Holstein-Gottorp appartient à la première branche de la Maison d'Oldenbourg-Russie (Maison d'Holstein-Gottorp-Romanov) issue de la première branche de la Maison d'Holstein-Gottorp, elle-même issue de la première branche de la Maison d'Oldenbourg. Il est l'ascendant de l'actuel chef de la Maison impériale de Russie, le grand-duc Nicolas Romanovitch de Russie.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes et sources[modifier | modifier le code]