Charles-Auguste Levassor de La Touche-Tréville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles-Auguste Levassor de La Touche
Comte de Tréville
Naissance 13 décembre 1712
Décès 22 novembre 1788 (à 75 ans)
Paris
Origine Français
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Grade Chef d'escadre (1776)
Lieutenant-général des armées navales (1779)
Années de service 17301788
Conflits Guerre de Sept Ans
Guerre d'indépendance des États-Unis
Commandement Escadre légère des flottes combinées de France et d'Espagne (1779)
Autres fonctions Commandant de la marine à Rochefort
Famille Louis-Charles Le Vassor de La Touche(son frère)
Louis-René-Madeleine de Latouche-Tréville (son neveu)

Charles-Auguste Levassor de La Touche, comte de Tréville, né le 13 décembre 1712 et mort le 22 novembre 1788 à Paris, est un officier de marine français du XVIIIe siècle. Lieutenant-général des armées navales, il est l'oncle paternel de Louis-René-Madeleine de Latouche-Tréville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

La famille La Touche-Tréville est originaire de Paris, de son vrai nom était Vassor ou Le Vassor. Elle embarque pour La Martinique et à la Guadeloupe en 1640, et prend une part importante à la fondation de ces colonies française des Antilles françaises[Note 1],[1]. La branche cadette de cette famille, qui prend le nom de Le Vassor de La Touche, rentre en France, et fournira de nombreux et braves marins. Louis XIV récompense les « Le Vassor de La Touche » en leur octroyant, en 1706, des lettres de noblesse. Un peu plus tard cette branche se divisa elle-même en « Le Vassor de la Touche » et en « Le Vassor de La Touche-Tréville ».

Son père, Charles-Lambert Le Vassor de La Touche est né le 11 novembre 1676 au Lamentin. Le 17 août 1700, à l'âge de 24 ans, il épouse à Fort-Royal la fille de Louis Mallerand de la Varenne, « commandant pour le roi au Fort-Royal »[2].

Carrière dans la Marine royale[modifier | modifier le code]

Débute sa carrière militaire dans la Marine royale en 1730. Il connaît alors une succession de promotions rapides. Enseigne de vaisseau en 1734, et lieutenant de vaisseau en 1748, avant sa campagne dans l'océan Atlantique de 1756.

Le 11 mars 1756, alors qu'il commande la frégate Le Zéphyr, de 30 canons, et qu'il navigue en compagnie du vaisseau Le Prudent, de 74 canons, aux ordres du chevalier d'Aubigny, et la frégate L'Atalante, de 34 canons, commandée par le comte du Chaffaut, il rencontre le vaisseau anglais HMS Warwick, 64 canons, commandé par Molyneux Shuldham, et participe à la chasse qui lui est donnée et au combat qui est livré près de la Martinique. Le Warwick finit par amener son pavillon et est conduit sur l'île.

D'autres captures moins importantes sont faites par les trois bâtiments français. Alors que l'escadre rentre en France, en convoyant vingt-deux navires marchands, La Touche-Tréville s'empare de trois nouveaux bâtiments anglais, dont un navire corsaire, et délivre un des navires marchands que celui-ci avait fait prisonnier[réf. nécessaire], et revient mouiller avec ses prises à la Martinique.

Latouche-Tréville est promu au grade de capitaine de vaisseau en 1757.

La bataille des Cardinaux, et l'expédition de soutien à la Martinique[modifier | modifier le code]

Devenu capitaine de vaisseau en 1757, il commande le vaisseau Le Dragon, 64 canons, qui faisait partie de la flotte du vice-amiral et maréchal de Conflans, lorsque celle-ci est battue par la flotte anglaise, commandés par l'amiral Hawke, à la hauteur de Belle-Isle, le 20 novembre 1759. Le Dragon est l'un des navires rescapés de la bataille. Les Anglais ne tardèrent pas à bloquer tous les ports de France.

Monté sur la prame La Louise, La Touche-Tréville, accompagné de son neveu Louis-René, il bombarde les vaisseaux anglais qui attaquaient l'île d'Aix, à l'embouchure de la Charente, au mois d'octobre 1760. En 1761 et 1762, il commande le vaisseau L'Intrépide, 74 canons, contre les vaisseaux anglais pour les forcer à laisser libre la sortie et l'entrée de la Charente. Il avait lui-même soumis un plan au gouvernement pour obtenir ce résultat. Il proposait de s'ouvrir un passage avec des prames à travers la flotte ennemie, et de conduire l'escadre débloquée de Rochefort à la Martinique qui était alors en danger, et dont son frère Louis-Charles Le Vassor de La Touche était gouverneur. L'escadre arriva trop tard. Le Vassor de La Touche, après s'être longtemps défendu, sans nouvelles de la métropole, avait fini par signer sa capitulation le 14 février 1762.

Une fois le Traité de Paris de 1763 signé et la paix revenue, il est l'un de ceux sur qui le ministère des Choiseul confia la tâche de relever la marine française.

Guerre d'indépendance des États-Unis[modifier | modifier le code]

Élevé en 1776 au grade de chef d'escadre, La Touche-Tréville se fait remarquer, pendant la paix, par ses campagnes d'évolutions. La guerre d'indépendance des États-Unis lui donne l'occasion de s'illustrer à nouveau. Monté sur Le Neptune, il s'empare, en compagnie du capitaine de Beausset, qui commandait Le Glorieux, d'une frégate-corsaire anglaise nommée Hercule.

Promu au grade de lieutenant-général des armées navales, il reçoit, en 1779, le commandement de l'escadre légère des flottes combinées de France et d'Espagne, aux ordres de d'Orvilliers et de Cordova. Alors que son escadre allait en avant de l'armée, elle prend le vaisseau ennemi HMS Junon, 64 canons[réf. nécessaire] et plusieurs autres bâtiments moins considérables. En 1780, il déjoue les patrouilles des escadres anglaises, et réussi à déposer 6 000 hommes à Rhode Island que les Anglais avaient été obligés d'évacuer.

Il est appelé au commandement de la marine à Rochefort, à la place de son frère Le Vassor de La Touche qui venait de mourir. Il se retire du service le 6 novembre 1786, titulaire d'une pension de 5 000 livres sur le Trésor royal et d'une autre de 1 000 livres sur le budget des Invalides.

Il décède en 1788.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elle fournit notamment un gouverneur de la Martinique, Louis Le Vassor de La Touche de Tréville entre 1761 à 1762.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source et bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]