Charles-Alexandre de Saxe-Weimar-Eisenach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles-Alexandre de Saxe-Weimar-Eisenach.

Charles-Alexandre (24 juin 1818, Weimar5 janvier 1901, Weimar) est grand-duc de Saxe-Weimar-Eisenach de 1853 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles-Alexandre est le fils du grand-duc Charles-Frédéric de Saxe-Weimar-Eisenach et de Maria Pavlovna de Russie. Il succède à son père à sa mort, le 8 juillet 1853.

Une solide amitié le lie à Fanny Lewald et Hans Christian Andersen. Ce lien amical cesse en 1849 lors de la première guerre prusso-danoise : en tant que grand-duc héritier et apparenté aux Hohenzollern, il ne put faire autrement que de soutenir le Schleswig-Holstein contre le Danemark.

Charles-Alexandre est l'un des protecteurs de Richard Wagner et de Franz Liszt. Il restaure le château de Wartbourg. En 1860, il crée l'École d'art de Weimar (avec Arnold Böcklin, Franz Lenbach et Reinhold Begas).

Beau-frère du roi de Prusse Guillaume Ier et du prince Frédéric-Charles, il soutient naturellement ses beau-frères dans la guerre qui oppose la Prusse à l'Autriche et ses alliés de la Confédération germanique en 1866, mais sans s'engager militairement. Il fait entrer le grand-duché dans la Confédération d'Allemagne du Nord créée par la Prusse à l'initiative du chancelier Bismarck. En revanche, lors de la guerre franco-prussienne de 1870 et 1871, le grand-duc offre ses services uniquement en « samaritain ».

À sa mort, son fils l'ayant précédé dans la tombe sept ans plus tôt, c'est son petit-fils Guillaume-Ernest, âgé de 25 ans, qui lui succède.

Descendance[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Le 8 octobre 1842, Charles-Alexandre épouse sa cousine utérine Sophie d'Orange-Nassau (1824-1897), fille du roi Guillaume II des Pays-Bas et d'Anna Pavlovna de Russie. Quatre enfants sont nés de cette union :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean-Charles Volkmann, Généalogie des rois et des princes, Éd. Jean-Paul Gisserot, 1998