Charbel Makhlouf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charbel et Makhlouf.
Saint Charbel
Image illustrative de l'article Charbel Makhlouf
Saint Charbel
Ermite et thaumaturge
Naissance 8 mai 1828
à Bekaa Kafra (Liban Nord)
Décès 24 décembre 1898  (70 ans)
Nom de naissance Youssef Antoun Makhlouf
Nationalité Flag of Lebanon.svg Libanaise
Vénéré à Annaya
Béatification 5 décembre 1965
par Paul VI
Canonisation 9 octobre 1977
par Paul VI
Vénéré par Église catholique romaine
Églises catholiques orientales
Fête 3ème dimanche de juillet

Saint Charbel Makhlouf, né Youssef Antoun Makhlouf à Bekaa Kafra (Liban Nord) le 8 mai 1828, et décédé le 24 décembre 1898, est un moine-ermite libanais maronite. Considéré comme thaumaturge son tombeau attire de nombreux pèlwerinss. Il est le saint patron du Liban. Canonisé en 1977 par Paul VI il est liturgiquement commémoré (dans l'Église latine) le 24 juillet.

Après sa mort plusieurs personnes disent avoir vu des lumières mystérieuses au-dessus de sa tombe, et depuis l'endroit est devenu un très important lieu de pèlerinages. Saint Charbel, surtout depuis sa mort, est un thaumaturge célèbre dont on ne compte plus les miracles, dont beaucoup ont fait l'objet d'études médicales sérieuses. En une année, il a pu faire 98 miracles.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Charbel reçoit une éducation très pieuse, qui lui donne un goût prononcé pour la prière. A la suite de ses deux oncles ermites il entre au monastère de Saint Antoine Kozhaya où sa vie se tourne de plus en plus vers l'érémitisme.

En 1851, il quitte le village familial et se rend au monastère de Notre-Dame de Maifouk où il passe sa première année monastique, puis va au monastère Saint Maron à Annaya (Mont-Liban), où il rejoint 'l'Ordre libanais maronite' sous le nom de Charbel, un des martyrs de l'Église d' Antioche du IIe siècle. Le 1er novembre 1853, il prononce ses vœux au Monastère de Saint Maron à Annaya. Il complète ses études théologiques au monastère de Saint Kobrianous et Justine à Kfifan, Batroun.

Il est ordonné prêtre à Bkerké, au patriarcat maronite, le 23 juillet 1859. Il vit pendant 16 ans au monastère de Saint Maron à Annaya. Le 15 février 1875, il rejoint l'ermitage de St Paul et Pierre qui fait partie du monastère. Il était un ermite typique, consacrant son temps à la prière et l'adoration, quittant rarement son ermitage et évitant les contacts avec le monde extérieur., Il vécut ainsi durant 23 ans.

Sa mort[modifier | modifier le code]

Le 16 décembre 1898, Charbel est atteint de paralysie alors qu'il célèbre la messe. Il agonise durant huit jours et meurt le 24 décembre.

Après la mort de Charbel, on remarque que du sang suinte de son corps. Lorsqu'il est enterré, c'est le tombeau qui se met à suinter. Bientôt, une foule de plus en plus nombreuse visite son tombeau y conduisant des malades pour lui demander des grâces.

Vénération et souvenir[modifier | modifier le code]

  • Il est béatifié le 5 décembre 1965, et canonisé par le pape Paul VI le 9 octobre 1977. Liturgiquement l'Église le commémore le troisième dimanche de juillet. Dans sa région il est fêté le 24 décembre.
  • Les moines maronites auxquels fut confiée l'Abbaye de Bois-Seigneur-Isaac en Belgique, y ont introduit des reliques de Saint Charbel. On peut aussi trouver des reliques à Ennaya,à Baak Kafra,à l'église Saint Charbel Fanar et à plusieurs autres églises au Liban.
  • Aujourd'hui encore, saint Charbel Maklouf, humble moine et prêtre, attire des foules où se côtoient chrétiens et non-chrétiens.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis de Beaumont, Saint Charbel Maklhouf, 16 p.
  • Paul Daher, Charbel, un homme ivre de Dieu, Beyrouth,‎ 1965, 166 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]