Charalampe de Magnésie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icone de St Charalampe, début du XVIIe siècle

Saint Charalampe de Magnésie (en grec: Άγιος Χαράλαμπος), était un prêtre chrétien en Asie Mineure, martyr au début du IIIe siècle.

Eléments biographiques[modifier | modifier le code]

Charalampe (on trouve les graphies Charalampos, Charalambos, Haralampus, Haralampos, Haralabos ou Haralambos) était prêtre au IIe siècle à Magnésie du Méandre, ville d'Asie mineure située près d'Éphèse.

Comme pour la plupart des nombreuses victimes de la politique anti-chrétienne dans l'Empire Romain, on ne sait rien de sa vie avant son arrestation.

Refusant de sacrifier aux idoles, il fut torturé et périt sous le règne de l'empereur Septime Sévère, le 10 février 202. Il fut martyr à l'âge de 107 ans.

L'étymologie grecque de son nom signifie « grâce lumineuse ».

Mémoire et vénération[modifier | modifier le code]

En Grèce[modifier | modifier le code]

Il est très vénéré en Grèce où de nombreux hommes portent son nom.

L'Église orthodoxe l'honore le 10 février.

Le crâne de St Charalampe est conservé au monastère St Étienne des Météores. Il est, dans l'iconographie byzantine, représenté en vêtements sacerdotaux, tenant l'Evangile à la main.

En France et Belgique[modifier | modifier le code]

Son culte semble avoir été ramené de Grèce au XVIe siècle ou XVIIe siècle, avec une implantation spécifique dans le Nord de la France (région picarde) et en Belgique. Toutefois, saint Charalampe n'est pas un des saints les plus célèbres de la région. Il y est fêté le 18 février.

Il est honoré dans la province de Hainaut à Neufmaison, dans l'église saint Martin et à Wadelincourt où se trouve une statue en bois polychrome du XVIIIe siècle. Les reliques du saint sont conservées dans un petit reliquaire.

Il est invoqué contre la peste, le choléra et contre les maladies du bétail, de sorte que, dans l'iconographie occidentale, St Charalampe est représenté portant des habits sacerdotaux et accompagné d'un bœuf.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vie de Saint Charalampe, 1869 Sur [1] (article téléchargeable en PDF)
  • Jean-Luc Dubart,Les saints guérisseurs de Picardie, traditions locales, tomes I, II, III, IV, V, Abeditions, Ath, 1996-2001.

Liens externes[modifier | modifier le code]