Char lourd M103

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Char lourd M103
M103 en 2008 dans un musée.
M103 en 2008 dans un musée.
Caractéristiques de service
Service 1957-1974
Production
Concepteur Chrysler Corp
Constructeur Detroit Arsenal Tank Plant & Red River Army Depot
Production 300
Caractéristiques générales
Équipage 5 (pilote, tireur, chef de char et 2 chargeurs)
Longueur 11,32 m (6,99 m sans le canon)
Largeur 3,76 m
Hauteur 2,88 m (3,55 m avec la coupole du chef de char)
Masse au combat 58 t
Blindage et armement
Blindage 12 - 178 mm
Armement principal 1 canon rayé M58 de 120 mm, L/60
Armement secondaire 1 mitrailleuse M-2HB de 12,7 mm, 1 mitrailleuse M57 ou M1919A4E1 de 7,62 mm
Mobilité
Moteur Continental AV-1790-5B, 7 ou 7C Diesel (refroidi par air)
Puissance 810 ch (595 kW) à 2800 tr/min
Transmission General Motors CD-850-6 (2 rapports avants/1 arrière)
Suspension Barre de torsion
Vitesse sur route M103 : 34 km/h sur route

M103A2 : 37 km/h sur route

Puissance massique ~12 ch/tonne
Réservoir M103 : 710 ℓ

M103A2 : 1670 ℓ

Autonomie M103 : 130 km

M103A2 : 480 km

Le M103 (ou Tank, Combat, Full Tracked, 120-mm, M103 ) était un char lourd américain développé à la suite du blocus de Berlin en 1948, afin d'appuyer les M48 Patton en cas de conflit armé avec l'Union des républiques socialistes soviétiques. Le M103 fut déployé en 1954 et fut retiré du service actif en 1974.

Historique[modifier | modifier le code]

Déchargement d'un M103 dans une base américaine en Allemagne de l’Ouest en 1960 ou 1961.

Les M48 Patton et leur canon de 90 mm commençaient à marquer le pas en termes de puissance de feu face aux blindés de l'armée rouge. Dans l'optique d'une éventuelle guerre entre les deux blocs, les Américains lancent en 1948 l'étude d'un char lourd équipé d'une pièce M58 de 120 mm destiné à contrer les chars lourds soviétiques tels que les char JS 3M et leur puissant canon de 122mm.

De cette étude nait le T43E1, qui est distribué à 80 exemplaires à un bataillon de l'armée de terre des États-Unis stationné en Allemagne de l’Ouest à partir de janvier 1958, à l'origine le 899e bataillon de tank qui devient dès décembre 1958 le 2e bataillon de tanks lourds du 33e régiment blindé, ainsi que dans trois bataillons de chars lourds du Corps des Marines en 1954 à raison de 220 exemplaires, soit un total de 300 unités construites par Chrysler dans son usine de Newark (Delaware). Le 26 avril 1956, après quelques modifications, ces chars prennent le nom de M103 heavy tank.

Le nouveau char lourd ne fut pas bien reçu par les tankistes américains. En effet, le M103 s'avéra rempli de défauts, comme un ensemble moteur/transmission dont la fiabilité ne dépassait pas les 800 kilomètres, ou encore une dotation en munitions insuffisante de 38 coups. De plus, son bloc Continental AV1790 de 810 chevaux peinait pour mouvoir ses 58 tonnes, dont l'autonomie fut limitée à 130 kilomètres et la vitesse à 38 km/h. Par la suite, les Américains greffèrent un moteur diesel sur 153 M103A2, ce qui améliora un peu la situation. Cependant, les M103 furent retirés du service de l'US Army en 1963, le 2nd Heavy Tank Battion étant renommé le 10 décembre 1962 2nd Medium Tank Battalion et converti sur char M60 Patton tandis que l'USMC qui les utilisa en support d'infanterie les retira en 1974 malgré plusieurs modifications, les Américains préférant se concentrer sur le char M60, bien plus fiable.

Certains diplomates du Département d'État envisagèrent de les vendre au Koweït en 1975 mais cela resta sans suite[1].

Armement[modifier | modifier le code]

Un M103 en démonstration en 2009.

Le char lourd M103 était armé d'un canon M58 de 120 mm à âme rayée monté sur un affût M89A1 offrant un débattement de +15° à -8°. Sur les premiers M103 fabriqué en 1953, le dispositif de frein de tir était assuré par un dispositif à ressort concentrique, mais en 1957, ce dispositif fut remplacé sur le M103A1 par un système comprenant quatre cylindres récupérateurs à fonctionnement hydraulique.
L'ouverture du bloc de culasse se faisait de manière semi-automatique, la fermeture quant à elle se faisait par l'intermédiaire d'un levier monté à gauche de la chambre. La portée maximale du canon était de 23 125 mètres avec l'obus perforant M358.

Le canon britannique Royal Ordnance L11 installé sur le char Chieftain est extrapolé de celui-ci.

Munitions[modifier | modifier le code]

Une des particularité du M58, c'est qu'il utilisait des munitions à charge et projectile séparés, comme sur les canons d'artillerie. Par contre, les charges n'étaient pas ensachées, mais dans une cartouche en laiton, ce qui était plus sûr en cas d'incendie.
Il y avait deux chargeurs dans la tourelle, l'un placé à droite du canon s'occupait des projectiles et l'autre à gauche des cartouches propulsive. Les charges étaient rangées individuellement dans des tubes à double paroi tandis que les projectiles étaient placés dans des tube simples équipé d'un système d'expulsion à ressort.

Les premiers M103 de présérie produit en 1953 embarquaient un total de 33 obus de 120 mm, ce nombre fut porté à 38 sur les M103A1 et M103A2.


  • M358 AP-T : Un obus perforant traçant en acier à tête renforcée recouvert d'une coiffe en aluminium. Ce projectile de 23,06 kilos possède deux ceintures de rotation et est propulsé par une douille en laiton M109 utilisant la poudre M17. Il était capable de perforer une plaque d'acier de 255 mm d'épaisseur à une distance de 914 mètres. Cette capacité de perforation était réduite à 226 mm d'acier à une distance de 1828 mètres.
  • M356 HE-T : Une munitions explosive traçante à fragmentation à usage antipersonnel. Tout comme le M338, il possède lui aussi deux ceintures de rotation et utilise douille M109, remplie cette fois avec de la poudre M31. L'obus de 22,8 kg chargé de composition B explose à l'impact à l'aide d'une fusée à percussion M557 ou M572.
  • M357 WP-T : Un projectile au phosphore blanc, il est très similaire à l'obus à fragmentation M356 (même poids, même douille, même fusée et ogive identique).
  • M359E2 : Projectile d'entraînement en acier doux ayant la même balistique que le M338.
  • M469 HEAT-T : Un obus à charge creuse traçant pourvu d'un empennage. Il utilise la douille en laiton Mill utilisant l'agent propulsif M6. Ce projectile de 14,1 kg est stabilisé durant son vol par des ailettes afin d'éviter partiellement les effets néfastes de l'auto-rotation qui réduit fortement la capacité de perforation des charges creuses à l'impact. La tête du projectile est équipée d'un rostre doté d'une pastille piézoélectrique reliée à une fusée PIBD-M509A1. Le M469 est capable de perforer une plaque d'acier d'une épaisseur de 381 mm et cela à n'importe quelle distance.


Les munitions entreposées au niveau de la caisse étaient placées de chaque côtés du siège du conducteur.
À sa gauche, le conducteur avaient deux râteliers disposés côte à côte; le premier d'une capacité de 10 projectiles, le second abritant 4 charges propulsives (douilles en laiton) glissées individuellement dans des tubes métalliques à double paroi, enfin un autre projectile était sanglé contre la paroi du flanc gauche de la caisse.
À droite du siège se trouvait 9 charges propulsives rangées de la même manière que les précédentes, toujours de ce côté, il y avait aussi un projectile sanglé à la paroi et un dernier était placé au-dessus des charges propulsives.

À droite du canon se trouvait le tireur avec juste derrière-lui le poste du premier chargeur qui s'asseyait sur un strapontin. Entre les deux sièges se trouvaient 3 tubes abritant chacun un projectile de 120 mm, un autre projectile était sanglé contre la paroi, derrière le strapontin du premier chargeur.
Dans le panier de la tourelle, à gauche du canon, plus précisément à la hauteur de l'anneau de rotation, se trouvaient 12 charges propulsives rangées verticalement sur un socle et maintenue entre-elles par des sangles. Deux charges supplémentaires étaient glissées à l'horizontal sous ce socle. À gauche de la culasse du canon de 120 mm se trouvait le strapontin du second chargeur, il était fixé à l'anneau de rotation la tourelle et juste derrière lui était sanglé une énième charge propulsive.
Enfin, dans la nuque de la tourelle, étaient installé 21 projectiles et 10 charges propulsives dans deux râteliers disposés de part et d'autre de l'espace réservé au jambes du chef de char.

Armement secondaire[modifier | modifier le code]

Blindage[modifier | modifier le code]

Ce tableau répertorie l'épaisseur réelle du blindage ainsi que l'augmentation de l'épaisseur horizontale offerte par le blindage incliné.

Zone concernée épaisseur réelle angle d'inclinaison par rapport à l'horizontale épaisseur obtenue à l'horizontale
Manteau du canon de 102 à 254 mm 45° de 144 à 359 mm
Face avant de la tourelle 127 mm 40° 197 mm
Flancs de la tourelle 70 mm 60° 80 mm
Arrière de la tourelle 70 mm
Toit de la tourelle (Avant) 51 mm 585 mm
Toit de la tourelle (Arrière) 51 mm
Anneau de rotation 137 mm 80° 140 mm
Plaque supérieure avant de caisse de 70 à 160 mm de 23 à 30° de 179 à 320 mm
Plaque inférieure avant de caisse de 65 à 125 mm 50° de 84 à 163 mm
Côtés de la caisse (à la hauteur des galets de roulement) 51 mm 50° 66 mm
Côtés de la caisse (au niveau des suspensions) 44 mm 60° 50 mm
Arrière de la caisse (partie sup.) 38 mm 60° 43 mm
Arrière de la caisse (partie inf.) 25 mm 30° 50 mm
Plage arrière au niveau de la transmission 44 mm 1260 mm
Toit de caisse (compartiment de conduite) 75 mm
Plancher (compartiment de conduite) 38 mm
Plancher (compartiment de combat) 32 mm

Véhicule dédié[modifier | modifier le code]

Un M51 ARV en 1951.

Ce char à nécessité la conception d'un véhicule de dépannage spécifique. Le M51 Armoured Recovery Vehicle de 54,4 t à était fabriqué par Chrysler en série à environ 180 exemplaires entre 1954 et 1955 après des essais démarré en 1951. Il sera retiré en même temps que le M103.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ambassade des États-Unis au Koweit, « PAGE 01 KUWAIT 01329 260718Z », sur National Archives and Records Administration,‎ Mars 1975 (consulté le 24 octobre 2012)

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • F.M. von Senger und Etterlin: Tanks of the World 1983. Arms and Armor Press, London 1983, ISBN 0-85368-585-1. (en)
  • Panzer und andere Kampffahrzeuge 1916 bis heute. Buch und Zeit Verlagsgesellschaft, Köln 1977. (de)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Kenneth Estes, "M103 Heavy Tank 1950-74" 1983, Osprey Publishing, 48 p. (ISBN 978-1849089814.[à vérifier : isbn invalide])
  • (en) R. P. Hunnicutt, "Firepower: A History of the American Heavy Tank" 1988, Presidio Press, 450 p. (ISBN 0-89141-304-9.[à vérifier : isbn invalide])
  • (en) R. P. Hunnicutt, "Patton: A History of the American Main Battle Tank" 1984, Presidio Press, 464 p. (ISBN 0-89141-230-1.[à vérifier : isbn invalide])