Char à voile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Char (homonymie).
Chars à voile sur la plage de Quend, en baie de Somme.
Il existe un équivalent du char à voile qui se pratique sur les lacs ou cours d'eau gelés (ici en Allemagne, sur le Müggelsee gelé, en 1928)
Le char à voile de Simon Stevin, au début du XVIIe siècle
L'aviateur Louis Blériot sur son aéroplage, ancêtre du char a voile, Hardelot plage

Le char à voile est un sport de vitesse qui se pratique en général sur de grandes plages de sable.
On le pratique par exemple en France sur les plages de la Côte d'Opale, de la côte picarde, en Normandie, en Bretagne, en Loire Atlantique ou en Vendée.

La force de traction du véhicule est le vent, capté par une voile.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première utilisation connue du char à voile est attestée en Égypte antique, où il est apparemment construit pour transporter des matériaux et se déplacer rapidement. Les Chinois ont des chariots poussés par le vent depuis le VIe siècle sous la dynastie Liang, puis ont monté des mâts et des voiles sur de grandes brouettes.
L'ingénieur Simon Stevin, réinvente le concept en Hollande à la fin du XVIe siècle en construisant un navire sur roue qui transporta Vingt-huit personnes sur 75 km à une vitesse moyenne de 37 km/h entre Scheveningen et Petten sur les plages de la mer du Nord.
Par la suite cette invention sera utilisé à des fins utilitaires de transport de matériaux et pour se déplacer rapidement.
La pratique ludique remonte à 1898. On la doit aux frères André et François Dumont, en Belgique, à Coxyde, qui fabriquent les premiers char à voile destiné spécifiquement à une utilisation ludique et sportive. Dès 1905 le char à voile sort des frontières de la Belgique et s'invite sur les plages du nord de la France, Hardelot-Plage, Le Touquet, Berck. La première compétition officielle s'est déroulée en Belgique en 1909 à La Panne.

Louis Blériot qui possède une villa à Hardelot, s’intéresse à cet engin et construit son propre modèle, il atteint par grand vent les 100 km/h. Devant l'engouement suscité par son engin, il le fait fabriquer en série dans ses usines et le nomme « Aéroport ». La Première Guerre mondiale voit l’arrêt brutal, presque fatal de la pratique de l’Aéroplage. Il faut attendre la fin de la deuxième guerre mondiale pour que l’on ressorte les vieux engins et qu’on les remette au goût du jour. Ainsi, entre 1947 et 1950 avec Henry Demoury, dit « Pépé Demoury », meunier à Fère-en-Tardenois, le char à voile connaît une évolution importante lui faisant prendre un tour plus compétitif (toujours sous le nom d'aéroplage....)[1].

Les premiers clubs apparaissent sur les plages du nord de la France dans les années 1950. La Fédération française de char à voile apparait en 1964. Elle reconnaît en 1979 une discipline proche, le speed sail. Chaque année une rencontre internationale se déroule dans chacune des régions près de la mer ou autres emplacements convenables pour faire du mini-char à voile.

Structure[modifier | modifier le code]

Le char à voile se compose de deux éléments :

  • le châssis, composé d'une coque où l'on s'installe (assis ou allongé), d'un palonnier pour faire pivoter la roue avant avec les pieds, de deux roues arrières avec essieux, d'une roue avant.
  • le gréement, composé d'un mât qui se pose sur l'avant du châssis, une voile composée de lattes en résine et fibre de verre pour maintenir la voile horizontalement, d'une écoute (un cordage épais qui permet d'orienter la voile) et d'une bôme en métal pour faire la liaison entre l'écoute et la voile.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le vent ne fait pas que pousser la voile. Le vent passe des deux côtés de la voile, pour pousser d'un côté (intrados) et aspirer de l'autre (extrados). L'aspiration est deux fois plus importante que la pression. Ceci met en évidence l'importance de l'orientation de la voile par rapport au vent.

Un angle trop important entre la voile et le vent engendre un décrochage des filets de pêche. La succion sur l'extrados est alors quasi inexistante, la poussée vélique est beaucoup plus faible, le char roule lentement ou s'arrête.

L'angle idéal permet aux filets d'air de coller à la voile des deux côtés (couche limite accrochée à la voile), générant ainsi une force de pression plus une force de succion.

Repères : deux repères visuels sont utilisables :

  • Une girouette qui vous permettra d'estimer l'angle qu'elle forme avec la voile.
  • Des pennons, placés de chaque côté de la voile sur une surface transparente :
    • Pennon vertical = couche limite décrochée (pas ou peu de poussée vélique)
    • Pennon horizontal = écoulement accroché (bon réglage, poussée vélique maximale)

Pour maintenir une propulsion maximale, il faut que la poussée vélique soit la plus forte possible, l'écoulement doit être accroché à la voile (pennons horizontaux) aussi bien sur l'extrados que sur l'intrados. Le réglage de voile est donc primordial (voir notamment la page Effort sur une voile et Théorie simple du déplacement d'un mobile à voile contre le vent pour des approches théoriques tant de la poussée vélique maximale que de la composante propulsive maximale).

Manœuvres et règles de sécurité[modifier | modifier le code]

Le char à voile permet d'atteindre des vitesses élevées. Le port d'un casque est de ce fait recommandé, surtout pour les débutants car le char pourrais etre emporté par le vent et l'on peut se blesser.

. Il faut aussi apprendre les règles de croisement et d'évitement :

  • lorsque les chars à voile sont face à face, il faut se déporter vers la droite chacun de son côté
  • un char à voile qui arrive de notre droite est toujours prioritaire, il faut ralentir pour le laisser passer ou changer de direction
  • lors d'un dépassement, le char dépassé ne doit pas être gêné. Par contre le char dépasseur doit gérer le dépassement, il doit laisser au minimum 1,5m entre les deux chars.

Les classes[modifier | modifier le code]

Pour les compétitions, les chars à voile sont classés en fonction de leurs caractéristiques techniques.

Liste des classes et de leurs principales caractéristiques (pour plus de précisions, des liens en bas de cet article permettent d'accéder aux sites internet des fédérations sportives concernées) :

  • mini4 :largeur environ 170cm il n'y a pas de coque
  • Classe 2 : largeur supérieure à 3,65 m, longueur de la coque supérieure à 4,15 m, surface propulsive comprise entre 8 et 11,3 m².
  • Classe 3 : largeur inférieure à 3,50 m, empattement maximum de 3,80 m, longueur maximale du mât de 6,10 m, surface propulsive maximale de 7,35 m², poids minimum de 100 kg.
  • Classe 3 Restreinte : largeur inférieure à 3,50 m, empattement maximum de 3,80 m, longueur maximale du mât de 5 mètres, surface propulsive maximale de 7,35 m², poids minimum de 110 kg.
  • Classe Standart : largeur inférieure à 2,64 m, longueur totale de 4,12 m, longueur du mât : 5,45 m, surface propulsive maximale de 5,80 m², poids minimum de 70 kg.
  • Classe 5 : largeur inférieure à 2 m, empattement maximum de 2,50 m, sommet du mât à moins de 5,50 m de hauteur, surface propulsive maximale de 5,50 m², poids minimum de 50 kg.
  • Classe Promo : largeur inférieure à 2 m, empattement maximum de 2,50 m, sommet du mât à moins de 5,50 m de hauteur, surface propulsive maximale de 5,50 m², poids minimum de 50 kg. La différence par rapport à la classe 5 se faisant sur des détails.
  • Classe 7 : elle comprend toutes les machines se pilotant debout et sur lesquelles le gréement est tenu par le pilote.
  • Classe 8 : elle correspond à des chars à cerf-volants. Le cerf-volant ne pouvant pas être fixé au char.

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Les championnats du monde sont répartis en 6 catégories : classes 2, 3, 5, 8, Standard et Promo.

  • Georges Ameele, Belgique : 3 fois champion du monde Classe 2 entre 1981 et 1997
  • Vivian Ellis, Angleterre : 1 fois championne du monde entre 1981 et 1986, 10 fois championne d'Europe (1978 à 1982, 1987 à 1991)
  • Jean-Philippe Krischer, Belgique : 11 fois champion du monde entre 1984 et 1988, entre 1990 et 1993 et entre 1996 et 1998, 14 fois champion d'Europe classe 3 entre 1976 et 1983, entre 1985 et 1989 et entre 1992 et 1995 (fondateur de Seagull char à voile)
  • Paula Leah, Angleterre : 6 fois championne du monde entre 1994 et 1999, 5 fois championne d'Europe (1995 à 1999)
  • Paul Ganier, France, catégorie Standard :
    • 1995 : Champion d'Europe,
    • 1996 : Vice-champion d'Europe,
    • 1998 : Champion du monde,
    • 1999 : Médaille de bronze aux championnats du monde.

François Garnavault, France, catégorie Standart 2006-2008 Médaille de Bronze au championnat du Monde 2007 Champion d'Europe 2010 Vice Champion du Monde 2011 Vice Champion d'Europe 2012 Champion du Monde

Thierry Kaisin Belgique catégorie Standart :

2013 vice-champion d'Europe 
2014 Champion du monde 
  • Morgane Floc'h : vice championne d'Europe en 2009 en promo, championne du Monde en 2012 et 2014 en classe Standart
  • les frères Henri et Pascal Demuysere, Belgique : champions du monde et Europe 16 fois entre 1980 et 2003
  • Olivier Imbert, France, champion d'Europe 2009 et du monde 2010 en classe 3
  • Les frères Aurélien et Alban Morandière,France, respectivement en 2006 et 2010, en classe 5
  • Hugo Perron , France, champion d'Europe 2011 et du monde 2012 en individuel et en équipe en classe 2

Records[modifier | modifier le code]

  • Vitesse:
    • 1989, Jean-Christophe Villedieu établit le record mondial de vitesse sur l'autoroute A13 à 85,55 km/h.
    • 1991, Bertrand Lambert bat le record à Berck (Pas-de-Calais) en atteignant 151,55 km/h.
    • 2000, Tadeg Normand bat le record du monde (151,9 km/h, 16-6-2000).
    • 2009, le 26 mars, sur le Lac d'Ivanpah au USA, Le Greenbird - conduit par l'ingénieur britannique Richard Jenkins écrase le record de vitesse terrestre pour les véhicules propulsés par le vent. Le Greenbird est enregistré à 126,1 mph (202,9 km/h), éclipsant l'ancien record de 116 mi/h, établi par Bob Schumacher en mars 1999 au même endroit.
  • Distance:

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hommage à Arnaud Demoury : le Char à Voile à perdu un de ses petits-fils…

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Site de la maison de ventes Christie's [1] pour le tableau de 1608.