Chapinero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chapinero
Chapinero et les cerros Orientales
Chapinero et les cerros Orientales
Administration
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Ville Flag of Bogotá.svg Bogota D.C.
Démographie
Population 122 991 hab. (2005)
Densité 3 154 hab./km2
Géographie
Superficie 3 899 ha = 38,99 km2
Localisation
Localisation de Chapinero

Chapinero est le 2e district de Bogota D.C. (Bogota District Capital), la capitale de la Colombie. Il est situé au nord-est de Bogota. La superficie de Chapinero est de 38,99 km2 pour une population de 122 991 habitants[1].

Avec Santa Fe, La Candelaria et Teusaquillo, Chapinero est l'un des districts traditionnels de Bogota DC[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Les cerros Orientales (français : collines de l'est) de Bogota, dans le département de Cundinamarca, abritent une grande partie rurale du district de Chapinero.

  • Nord : Usaquén, le premier district de Bogota D.C. (limite de Chapinero : la « calle 100 »).
  • Est : les cerros Orientales.
  • Sud : Santa Fe, le troisième district de Bogota D.C. (limite de Chapinero : la « calle 39 »).
  • Ouest : Barrios Unidos et Teusaquillo, respectivement les 12e et 13e districts de Bogota D.C. (limite de Chapinero : l'« avenida Caracas »)[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Chapinero comprend trois grands secteurs urbains : Chapinero proprement dit, El Lago (en français : Le Lac) et Chicó[2].

Parmi les cours d'eau qui traversent le district de Chapinero, citons :

Histoire[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame de Lourdes à Chapinero
Musée de El Chicó

Durant l'époque coloniale, le territoire actuel de Chapinero n'était qu'une route entre la capitale, les municipalités et les provinces du nord.

Á partir de 1812, des artisans et des potiers s'installèrent dans ce secteur afin de participer au développement d'un projet consistant à le placer au rang de premier quartier satellite de la capitale. Il fut appelé « El Villorrio » (en français : le petit Village). La population y était encore rare. Peu à peu, des personnes fortunées de Bogota firent construire des résidences campagnardes sur ce territoire.

L'église de Notre-Dame de Lourdes (espagnol : Nuestra Señora de Lourdes) fut inaugurée en 1875, mais elle dut attendre le milieu du XXe siècle pour la construction de sa tour centrale.

À la fin du XIXe siècle, la « Carrera Séptima » remplaça l'ancienne route de Tunja. Dès 1876, des calèches commencèrent à circuler d'Usaquén à la Place Bolívar et la « Carrera Trece » fut construite.

El Villorrio, le 17 novembre 1885, prit le nom de Chapinero[2].

En 1890 fut tracée l'actuelle Avenida Caracas où passait la ligne nord du chemin de fer de Bogota conduisant à la gare de la savane de Bogota, puis à Boyacá et à Santander. La gare de Chapinero, aujourd'hui détruite, se trouvait Calle 63.

Lors de la première décennie du XXe siècle eut lieu la migration de familles rurales en provenance des secteurs environnants. Ces familles recherchaient de meilleures conditions de vie dans les zones proches de Bogota où elles avaient la possibilité de travailler dans les métiers du bâtiment. Dès 1945, un important centre commercial fut construit Avenida Chile y el Chicó.

Suite au Bogotazo, qui eut lieu le 9 avril 1948, et aux violences qui s'ensuivirent, plusieurs familles aisées de Bogota quittèrent le centre-ville et Chapinero devint un lieu de refuge. Sa position de quartier satellite de la capitale se renforça.

Le général Gustavo Rojas Pinilla, président de la Colombie de 1953 à 1957, ayant approuvé par le décret législatif du 17 décembre 1954 la création du District spécial de Bogota (en espagnol : « Distrito Especial de Bogotá »), ancienne entité juridique et territoriale colombienne, six municipalités furent annexées à Bogota : Usaquén, Bosa, Engativá, Fontibón, Suba et Usme[3]. La municipalité de Sumapaz fut annexée en 1955, mais le hameau de Chapinero était tellement dépendant de Bogota qu'il préféra s'intégrer totalement au périmètre de la capitale, constituant ainsi la première zone de la ville.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, Chapinero, municipalité qui était jusqu'alors résidentielle, développa de nombreuses activités commerciales : loisirs, restauration, lieux de vie nocturne. Le district souffrit de notables changements démographiques. Suite aux accords de 1970 et 1977, Chapinero s'intégra, ainsi que d'autres quartiers environnants, à Bogota D.C. Avec l'adoption de la Constitution de 1991, la municipalité de Chapinero reçut l'appellation de localité et devint le deuxième district de Bogota D C[2].

Transports[modifier | modifier le code]

En décembre 2000 fut créé le TransMilenio, système de transport en commun de Bogota. Les lignes A, Troncal Caracas, B et Autonorte sont fort utiles à la localité de Chapinero[2].

UPZ et quartiers[modifier | modifier le code]

Le district de Chapinero a une Unité de planification zonale (espagnol : Unidad de Planeamiento Zonal) ou UPZ qui groupe cinq quartiers : El Refugio, San Isidro-Patios, Chapinero, Pardo Rubio et Chico-Lago.

Chapinero comprend 50 quartiers (espagnol : barrios)[4].

Personnalités ayant vécu à Chapinero[modifier | modifier le code]

Des personnages illustres de la vie colombienne ont vécu à Chapinero, tels que[2] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Estructura de las Localidades, sur www.bogota.gov.co
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (es) Secretaria Distrital de Gobierno. Alcadía Mayor de Bogotá D.C., « Localidad de Chapinero », sur www.chapinero.gov.co/,‎ 2013 (consulté le 28 juillet 2013)
  3. (es) Marco E. Cortés Diaz, Anexión de los seis municipios vecinos a Bogotá en 1954, Université nationale de Colombie,‎ 2006 (lire en ligne). Consulté le 19 août 2013.
  4. (es) « Chapinero. Datos demográficos », sur portel.bogota.gov.co (consulté le 2 septembre 2013)
  5. (es) « Luis Gabriel Cano Isaza (1924-2010) », El Espectador,‎ 2010 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]