Chapelle des Pénitents blancs d'Aigues-Mortes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chapelle des Pénitents Blancs
d'Aigues-Mortes
Chapelle des Pénitents Blancs d'Aigues-Mortes
Chapelle des Pénitents Blancs d'Aigues-Mortes
Présentation
Culte catholique
Rattachement archevêché de Nîmes
Début de la construction XVIIe siècle
Fin des travaux XVIIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (2007)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Commune Aigues-Mortes
Coordonnées 43° 34′ 00″ N 4° 11′ 31″ E / 43.566667, 4.19194443° 34′ 00″ Nord 4° 11′ 31″ Est / 43.566667, 4.191944  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Chapelle des Pénitents Blancsd'Aigues-Mortes

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Chapelle des Pénitents Blancsd'Aigues-Mortes

La chapelle des Pénitents Blancs, à Aigues-Mortes, est l'une des plus anciennes chapelles de Camargue et du département du Gard. C'est une propriété privée[1].

Situation, Accès[modifier | modifier le code]

La chapelle des Pénitents Blancs est située dans la vieille ville d'Aigues-Mortes, à l'angle des rues de la République et Louis-Blanc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sa construction date de 1668, à la demande de la confrérie des Pénitents Blancs d'Aigues-Mortes[2] qui l'ont financée sur leurs propres deniers. Cette confrérie a été fondée en 1625 à partir de la confrérie des Pénitents Gris. Dès sa création, elle est placée sous le vocable de la Vierge et du Saint Esprit, qui a pour symbole la colombe. Elle fit, un temps office de paroisse, durant les travaux de rénovation de l'église Notre-Dame des Sablons, suite à l'effondrement du clocher[3].

Elle contient une copie du retable de Jérusalem, ainsi qu'une statue représentant Saint Félix (saint des captifs) et Saint Jacques le Mineur, qui fut le premier évêque de Jérusalem.

La chapelle, qui dispose également d'un musée et de différentes reliques[4], est classé au titre des monuments historiques, depuis le 6 août 2007[5].

À la Révolution, cette chapelle était le siège du club des "sans Culottes", qui avait dispersé ses objets. Elle a dû être rachetée à l’État en 1796 où elle sert d'église paroissiale jusqu'à ce que les Pénitents Blancs en reprennent possession et procédèrent alors à un certain nombre de travaux comme la construction du chœur, semi-circulaire, et en 1818 l'agrandissement de la Chapelle[6].

Architecture[modifier | modifier le code]

Elle a été réalisée en calcaire et pierre de taille et comprend notamment un escalier tournant à retours avec jour et un escalier en vis sans jour. Elle a été inscrite aux Monuments Historiques en 1911. Le cœur est relié à la chapelle par un arc en forme de serlienne. Un bas relief, sur la façade, montre des pénitents encagoulés et agenouillés. Un oiseau est également représenté, commémorant l'Esprit Saint. La lumière divine est également présente. Les cagoules ont la particularité d'être représentées sous la forme de têtes de lièvre qui évoqueraient à la fois une chanson des Pénitents Blancs et la volonté d'utiliser la lumière qui serait présente dans la nuit[7].

Mobiliers[modifier | modifier le code]

Inventaire Palissy[modifier | modifier le code]

  • Cette fresque de Xavier Sigalon (peintre romantique français né à Uzès en 1788) date de 1817 et évoque la descente du Saint-Esprit lors de la Pentecôte. On remarque notamment l'apôtre Jean qui écrit sur ses tablettes et paraît regarder les observateurs quel que soit l'angle. Ses dimensions sont de 4 mètres sur 12,20 mètres.

Inventaire Patrimonial[modifier | modifier le code]

Les tableaux sur la vie de la Vierge d'Auguste Glaize[modifier | modifier le code]

Ces tableaux datent de 1846 et 1847. Ils sont l’œuvre du peintre Auguste Glaize, originaire de Montpellier. Ils représentent le mariage de la Vierge, l'adoration des Mages devant l'enfant Jésus, la déploration du Christ par la Vierge et Marie Madeleine et la dormition de la Vierge[13].

Autres objets de culte[modifier | modifier le code]

La Chapelle compte aussi dans son patrimoine différents objets de culte qui servaient autrefois lors des processions, comme des lanternes, des dais et des ostensoirs[14].

Visite de la Chapelle des Pénitents Blancs[modifier | modifier le code]

  • En 2012, la visite pourra être effectuée le troisième week-end de septembre lors des journées du patrimoine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Symbolisme et cycles cosmiques", 1995, aux éditions Joigny l'Arbre de Jessé[15].
  • Anna E. Brooke. Frommer's France Day by Day, éditions John Wiley & Sons, 2011, ISBN 978-0470876329.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]