Chapeau (typographie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapeau (homonymie).

Le chapeau (souvent écrit « chapô » dans le milieu de la presse) est un texte généralement court, précédant le corps d'un article de presse, et dont le but est d'en encourager la lecture, par exemple, en résumant le propos qui va être développé. Placé a priori au-dessus de l'article, sa justification (sa largeur) « coiffe » généralement les différentes colonnes utilisées pour le contenu de l'article (d'où le terme « chapeau »). Pour les journalistes, le chapeau constitue avec la titraille et une éventuelle illustration les éléments essentiels de l'accroche, censée donner envie au lecteur de lire l'article.

Objectifs et caractéristiques du chapeau[modifier | modifier le code]

En presse écrite, une accroche bien constituée donne au lecteur une information immédiate quant au contenu de l'article. Elle est déterminante dans le choix du lecteur d'aborder ou non une lecture approfondie de l'article. Si le sujet de l'article le permet et que le lignage est suffisamment important, l'article est précédé d'un chapeau qui vise dans l'idéal à répondre aux cinq questions : « Quoi ? Qui ? Où ? Quand ? Comment ? » auxquelles peut être parfois ajoutée « Pourquoi ? » (voir la méthode QQOQCCP).

Dans un journal quotidien, où la typographie est la plus sobre possible, le chapeau est généralement donné en gras. Les autres périodiques peuvent adopter une plus grande fantaisie, notamment avec l'utilisation de fontes différentes, d'une lettrine, le jeu avec les diverses règles typographiques, voire en insérant un élément graphique ou une photo détourée (image dont on dégage tout ce qui peut distraire l'œil du sujet que l'on veut souligner, ou pour laquelle une forme arrondie est choisie), ou encore une photo dont les bords se fondent plus ou moins avec le texte. Les éditions en ligne répondent globalement aux même impératifs typographiques et recourent également au chapeau.

Le chapeau existe en version sonore : en radio et en télévision, les sujets importants ou ceux que la rédaction veut particulièrement souligner pour diverses raisons éditoriales, sont « lancés » par une accroche, dont la forme est différente en apparence, mais dont le but et le principe sont les mêmes.

Supervision et finalisation du chapeau[modifier | modifier le code]

Le travail de rédaction du chapeau et de la titraille est soigneusement revu lors du bouclage par les journalistes, le secrétaire de rédaction, le rédacteur en chef et, parfois d'autres intervenants de la rédaction du journal. Dans un quotidien, les pages les plus soignées sont la « une » et la « dernière », car ce sont celles que le lecteur regarde en premier. Mais chaque double-page intérieure (internationale, nationale, locale, spécialisée, page(s) des obsèques, locales, magazine, météo, courrier des lecteurs, etc.) est étudiée en fonction de ses spécificités, car le lecteur de la page économique n'a pas la même attente que celui qui cherche d'abord le contenu de la page d'informations locales, etc. La maquette est tout aussi déterminante, avec notamment le volume et l'emplacement des encarts publicitaires définis par les commerciaux de la régie publicitaire liée à la publication.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]