Chaos League

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chaos League
Éditeur Focus Home Interactive (France)
Digital Jesters (GB)
Développeur Cyanide

Date de sortie 2004
Genre Sport, stratégie au tour par tour
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme PC
Média CD-ROM
Contrôle clavier, souris

Chaos League est un jeu vidéo sorti sur PC en France le 25 juin 2004. C'est un mélange de football américain et de jeu de stratégie très bien dosé et à l'humour décapant. Il reprend le thème du jeu Blood Bowl un jeu de figurines dans l'univers de Warhammer Fantasy Battle.

Son extension Mort subite, qui apporte notamment trois nouvelles races, est sortie en stand-alone en août 2005. Elle relance le jeu avec de nouveaux modes de tournois, de nouveaux bonus, le cousin du cochon ... porteur de balle.

Description[modifier | modifier le code]

Pour de plus amples détails, ce jeu représente deux équipes, de neuf joueurs chacune, qui doivent récupérer un ballon et le déposer dans les buts de l'équipe adverse.

Jusque là c'est classique, seulement il y a une toute autre dimension.

En effet, si dans les jeux traditionnels on pouvait faire appel au fair-play et aux règles de bienséances du parfait sportif ... il n'en est rien ici ! Tout est permis, des grosses torgnoles aux coups dans les lattes en passant par des poings bien serrés.

D'ailleurs les différentes équipes sortent de l'ordinaire, qui sont en fait plus des races qu'autre chose: elfes, nains, trolls, loups-garous, etc. et tous les participants ont tous l'air de fiers combattants plutôt que de joueurs de football américain.

Et l'engagement se fait par un cochon porteur, qui ne manquera pas de se faire botter les fesses par la première équipe qui viendra lui prendre le ballon.

Le jeu s'avère cependant bien plus complexe qu'il n'y parait. Il faut user de tactique, de magie (? eh oui!), jouer avec le public et ses interactions directes sur le jeu (hooligan, pom-pom girls etc.), et également prendre conscience des forces et faiblesses des différentes équipes de jeu.

Comme c'est à la mode depuis Warcraft, il existe un système de replay qui permet de revivre les matchs et/ou de les faire partager à quiconque le souhaite. Ce qui permet bien évidemment d'apprendre beaucoup des personnes ayant un très bon niveau de jeu.

Les différentes équipes[modifier | modifier le code]

Chaque équipe est composée de différents types de joueurs, ainsi, toutes les races possèdent deux (trois dans Mort Subite) héros (souvent avec des noms très évocateurs : Goldorick, ...), et des joueurs dits, à tort, basiques: les linemen (lineman au singulier mais quitte à parler anglais... bien le faire). Ensuite chaque race possède ses propres joueurs mais les Big foot (grosses bestioles pas très belles qui servent principalement à marcher sur les adversaires au sol), les quarterbacks, les receveurs et les linebackers sont des joueurs que l'on retrouve beaucoup dans le jeu.

Les gnomes[modifier | modifier le code]

Les gnomes sont peut-être de petits êtres mais ils sont réputés pour leur technologie mécanique avancée. L'unité spéciale est un petit gnome (quel pléonasme !) à l'intérieur d'une énorme armure.

Spécificité de la race : La maintenance des machines, alcoolémie et pluie de dinde.

Les cigues[modifier | modifier le code]

Les cigues sont une race à part, des espèces de gros poissons à forme humanoïde dégageant une forte odeur. Ils font un peu penser aux piranhas.

Spécificité de la race : Les morsures, venins, crachats et sifflements.

Les damnés[modifier | modifier le code]

Cette race de démons issus du plus profond de l'enfer au look ravageur. Souvent mutilés, souvent affublés de métal leur sortant du corps et d'une couleur rouge feu, leur sadisme n'a pas d'égal en pleine partie. Ce ne seront pas les derniers à attaquer les concurrents tombés au sol.

Spécificité de la race : La compétence Bêtes de l'enfer et Damnation.

Les barbares[modifier | modifier le code]

Cette équipe regroupe de féroces barbares aux muscles redoutables. Leur force est peut-être sans égale mais leur origine et leur mode de vie en font des personnages fragiles ?. Non loin de là mais ils rechignent à porter une armure ce qui peut être gênant dans un tel sport! Cependant c'est une des équipe les plus polyvalentes.

Spécificité de la race : Les compétences spéciales : Pression, Ultra pression et le pouvoir des dieux Soins maison

Les elfes noirs[modifier | modifier le code]

Les fameux elfes noirs, vivant sous terre sont sortis de leur tanière afin de vivre cette nouvelle épopée et bien évidemment de fracasser quelques crânes. Ce sont de redoutables magiciens et de très bons passeurs et receveurs, en contrepartie leur physique ne fera pas le poids face à un match très ... musclé.

Spécificité de la race : Les compétences Sagesse, Grand sage et les pouvoirs des dieux Transfert, Transfert total

Les elfes sylvains[modifier | modifier le code]

Les frères des elfes noirs, du côté bon, ils sont plus ou moins équivalent différents dans leur style de jeu où ils préfèrent les jeux aériens aux longues passes répétitives et aux courses effrénées.

Les gobelins[modifier | modifier le code]

Les gobelins, petits verts, fragiles ... mais rapides! Même s’ils sont très fragiles ils leur sont possibles d'engager par exemple un troll qui leur servira de bélier le cas échéant. À savoir que leur capacité de persuasion et leur nombre font que les arbitres sont rarement sans le sous après un match avec des gobelins et ce au plus grand désarroi des mutilés cloués au sol.

Spécificité de la race : La compétence Ange et le pouvoir des dieux Arbitrage maison.

Les humains[modifier | modifier le code]

Que dire des humains ? Ils sont polyvalents et s'adaptent très bien à tout type de jeu.

Spécificité de la race : La compétence Leadership et les pouvoirs des dieux Dissipation, Dissipation sup.

Les mercenaires[modifier | modifier le code]

Les mercenaires sont composés de joueurs qui ont été exclus de leurs équipes pour diverses raisons ... comme des meurtres sur les terrains. Il n'existe que des Linemen, l'explication serait que les autres préfèrent abandonner totalement le jeu. Ils sont donc très disparates.

Les nains[modifier | modifier le code]

Un bon nain est un nain gras, bourru et saoul d'une bonne bière! Le jeu des nains, vu leur taille, n'est pas le jeu de balle mais plutôt le bulldozer estropiant le plus possible les adversaires. Effectivement, les matchs mettant en scène des nains ressemblent plus en premier lieu a un match de boxe voir à une boucherie et lorsque tous les adversaires sont à terre à la chevauchée des Walkiries.

Spécificité de la race : La compétence Vieux briscard et les pouvoirs des dieux Abattoir, Boucherie.

Les orques[modifier | modifier le code]

Classiques les orques sont lents mais solides. Ils sont dotés d'une très bonne force mais leurs déplacements souvent pénibles et lents font qu'il est nécessaire d'avoir une bonne tactique de jeu. Néanmoins la magie est là également pour les aider.

Spécificité de la race : Les compétences Absorption, Crâne solide et le pouvoir des dieux Courant d'air.

Les prétoriens[modifier | modifier le code]

Derrière ce nom barbare se cache en fait une équipe composée d'homme loups. Ils sont dotés d'une réactivité et d'une vitesse sans pareille mais leur résistance physique peut les gêner en fin de match face à des orcs par exemple.

Spécificité de la race : Les compétences Souplesse, Invertébré et les pouvoirs des dieux Aura de vitesse, Aura de mouvement.

Les morts vivants[modifier | modifier le code]

Ils sont très polyvalents, comme les humains mais bien plus encore suivant la composition de l'équipe sur le terrain. En règle générale, ils avancent lentement mais sûrement.

Spécificité de la race : Les compétences Récupération, Récupération rapide et les pouvoirs des dieux Peste, Peste noire.

Magie et compétences[modifier | modifier le code]

La magie est une composante primordiale du jeu. Il y a de la magie défensive, destinée à protéger vos joueurs. Alors que d'autres sont destinées exclusivement pour l'attaque et peuvent être utilisées pour détruire les joueurs de l'équipe adverse.

Par exemple: boule de feu, bénédiction de l'équipe, dextérité accrue, immunité aux blessures sont des pouvoirs parmi tant d'autres.

Pour ce qui est de la magie issue du public (ou vos supporters), il y a 3 pouvoirs possible: révélation du terrain (brouillard possible des ennemis), poser une mine qui fera sauter l'équipe adversaire avec joie, et enfin le maxi-pouvoir différent suivant le clan des supporters que vous aurez choisi.

Pour résumer, il existe près de 170 sorts et compétences différentes disponibles. En effet, il n'y a pas que la magie pour vaincre l'adversaire, il y a aussi l'expérience qui permet d'acquérir de nouvelles compétences. Les compétences sont multiples et diverses: augmenter la résistance physique, sprinter, se dissimuler derrière un nuage de brume ou encore par exemple le coup bas dangereux.

Cependant on peut distinguer deux types de compétences les passives et actives. Les passives étant déclenchées automatiquement sans l'aide du joueur (le joueur du jeu Chaos League, vous) l'exemple serait de coup bas durant un combat tandis que les actives nécessitent que vous les exécutiez vous-même, exemple: faire sprinter le quarterback.

Dans tous les cas il faut apprendre à les gérer car toutes les compétences actives nécessitent du souffle. Le souffle est une jauge, à l'égal de la jauge/barre de vie, c'est-à-dire une réserve de points permettant de déclencher des compétences. Exemple: sprint nécessite 15 points de souffle.

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Chaos League
Média Pays Notes
Canard PC FR 7/10[1]
Gamekult FR 7/10[2]
Gen4 FR 79 %[3]
Jeuxvideo.com FR 17/20[4]
Joystick FR 6/10 [5]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Ackboo, « Chaos League : Des orcs, des gnons et un ballon », Canard PC, no 29,‎ 16 juin 2004, p. 48.
  2. (fr) Aurélien Jolly, « Test : Chaos League », sur Gamekult.com,‎ 28 juin 2004.
  3. (fr) Jérôme, « Chaos League: John Madden, un troll ? », Gen4, no 179,‎ juillet-août 2004, p. 72-73.
  4. (fr) Superpanda, « Test : Chaos League », sur Jeuxvideo.com,‎ 24 juin 2004.
  5. (fr) « Chaos League », Joystick, no 161,‎ juillet-août 2004.