Craterellus tubaeformis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chanterelle en tube)
Aller à : navigation, rechercher

Chanterelle en tube

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chanterelle (homonymie).

Craterellus tubaeformis, auparavant[1] Cantharellus tubaeformis, de son nom vernaculaire la Chanterelle en tube, parfois appelée Chanterelle grise ou encore Craterelle, est une espèce de champignons basidiomycètes comestibles de l'hémisphère nord du genre Craterellus dans la famille des Cantharellaceae[2].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Craterellus tubaeformis (Schaeff. 1763) Quél.. 1888[réf. nécessaire][3][réf. incomplète]

Cantharellus tubaeformis Fr. 1821

Description du sporophore[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Craterellus tubaeformis, sous-bois de l'hémisphère nord
Plis grisés lamelliformes ramifiés et interveinés de l'hyménium, décurrents sur le pied

Petit champignon (3-12 cm) poussant en groupe (souvent en lignes, parfois en cercles) dans les bois feuillus ou mixtes, la chanterelle en tube est saprophyte et pousse en fin d'automne sur la mousse et la litière, souvent à proximité du bois très pourri.

Le chapeau (3-7 cm) est convexe sur les sujets jeunes, mais il devient rapidement déprimé, puis en entonnoir. Il est souvent percé en son centre d’un trou communiquant avec l’intérieur du pied. Sa couleur varie du brun au fauve avec des nuances grisâtres. La marge du chapeau est enroulée chez les sujets jeunes, sinueuse sur les plus âgés. Le pied, de couleur jaune vif est relativement long et mince, flexueux et surtout creux. Le dessous du chapeau ne comporte pas de lamelles, mais des plis de couleur jaune ou gris argenté, fourchus près des bords, plus ou moins décurrents le long du pied.

Utilisation culinaire[modifier | modifier le code]

Utilisable à l'état frais ou après dessiccation, la chanterelle en tube est un comestible recherché. Elle est vendue fraîche jusqu'au début de l'hiver sous l'appellation « chanterelle » ou « chanterelle grise ». Elle peut être surgelée.

Espèces proches et confusions possibles[modifier | modifier le code]

Hygrocybe nitida, parfois confondu avec la Craterelle en Amérique du Nord

Il existe une variété lutescens, dont l'hyménophore est plus jaune, et aussi, de manière distincte, une espèce proche nommée Craterellus lutescens au pied jaune d'or et aux plis moins nets (état intermédiaire entre les chanterelles et les craterelles). L'une comme l'autre sont d'excellents comestibles.

Toutes ces chanterelles brunes, grises ou jaunes présentent peu de risques de confusion avec des espèces vénéneuses à condition de bien observer leur pied creux et leur hyménium plissé.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Agaricus aurora Batsch 1783 (synonyme)
  • Agaricus cantharelloides Bull. 1792 (synonyme)
  • Agaricus cantharelloides Sowerby 1797 (synonyme)
  • Cantharellus aurora (Batsch) Kuyper 1991 (synonyme)
  • Cantharellus cantharelloides Quél. 1895 (synonyme)
  • Cantharellus infundibuliformis (Scop.) Fr. 1838 (synonyme)
  • Cantharellus infundibuliformis var. subramosus Bres. 1881 (synonyme)
  • Cantharellus infundibuliformis var. tubiformis (Schaeff.) Maire 1933 (synonyme)
  • Cantharellus lutescens Fr. 1821 (synonyme)
  • Cantharellus lutescens f. lutescens Fr. 1821 (synonyme)
  • Cantharellus lutescens var. lutescens Fr. 1821 (synonyme)
  • Cantharellus tubaeformis Fr. 1821 (synonyme)
  • Cantharellus tubaeformis var. lutescens Fr. 1838 (synonyme)
  • Cantharellus tubaeformis var. subramosus (Bres.) Cetto 1987
  • Cantharellus tubaeformis var. tubaeformis Fr. 1821 (synonyme)
  • Cantharellus xanthopus (Pers.) Duby 1830 (synonyme)
  • Craterellus lutescens (Fr.) Fr. 1838 (synonyme)
  • Helvella cantharelloides Bull. 1790 (synonyme)
  • Helvella tubaeformis (synonyme)
  • Helvella tubaeformis (Schäffer 1763[4][réf. incomplète]) (synonyme)
  • Merulius cantharelloides (Bull.) J.F. Gmel. 1792 (synonyme)
  • Merulius fuligineus Pers. 1801 (synonyme)
  • Merulius fuligineus var. fuligineus Pers. 1801 (synonyme)
  • Merulius hydrolips var. fuligineus (Pers.) Mérat 1821 (synonyme)
  • Merulius infundibuliformis Scop. 1772 (synonyme)
  • Merulius lutescens Pers. 1801 (synonyme)
  • Merulius tubaeformis (Schaeff.) Pers. 1800 (synonyme)
  • Merulius tubiformis var. lutescens (Pers.) Pers. 1825 (synonyme)
  • Merulius xanthopus Pers. 1825 (synonyme)
  • Peziza undulata Bolton 1790 (synonyme)
  • Trombetta lutescens (Pers.) Kuntze 1891 (synonyme)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Régis Courtecuisse, Bernard Duhem : Guide des champignons de France et d’Europe (Delachaux & Niestlé, 1994-2000).
  • André Marchand : Champignons du Nord et du Midi, tome II/IX, Hachette 1973, ISBN84-399-5721-1

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dahlman, Mattias; Danell, Eric; Spatafora, Joseph W, "Molecular systematics of Craterellus: cladistic analysis of nuclear LSU rDNA sequence data",. Mycological Research 104 (4): 388–394., Avril 2000, doi:10.1017/S0953756299001380
  2. Trappe MJ, "Habitat and host associations of Craterellus tubaeformis in northwestern Oregon". Mycologia 96 (3): 498–509, Mai-Juin 2004, PMID 21148873
  3. Quélet, in: Fl. mycol. (Paris):p. 36, 1888
  4. Schäffer. in: Fung. Bavar. Palat. 2: tab. 157 1763