Chantecoq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chantecoq (Marne) et Butte de Chantecoq.
Chantecoq
La mairie
La mairie
Blason de Chantecoq
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Courtenay
Maire
Mandat
Jean-Pierre Lapene
2014-2020
Code postal 45320
Code commune 45073
Démographie
Gentilé Chantecoquois
Population
municipale
528 hab. (2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 11″ N 2° 57′ 27″ E / 48.0530555556, 2.9575 ()48° 03′ 11″ Nord 2° 57′ 27″ Est / 48.0530555556, 2.9575 ()  
Altitude Min. 115 m – Max. 167 m
Superficie 15,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Chantecoq

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Chantecoq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chantecoq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chantecoq
Liens
Site web www.mairie-chantecoq.fr

Chantecoq est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre.

La prononciation gâtinaise de Chantecoq escamote le « q » final : Chanteco.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Cléry, affluent du Loing, traverse le territoire de la commune.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Chantecoq et des communes limitrophes

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Chantecoq était bien occupée à l'époque de la préhistoire, comme le témoignent le Polissoir et le Menhir "de Coinche".

Ecologie[modifier | modifier le code]

Une marnière près du lieu-dit Bel-Air, au pied du coteau du ru Saint-Jacques (affluent de la Cléry) et proche du ru, sert de gîte d’hibernation pour des chauve-souris. Elle a été regroupée avec sept autres marnières de l'est du Loiret dans le même cas[1], cet ensemble de cinq sites ayant en 2013 été classé en Zone Spéciale de Conservation et le tout intégré au réseau Natura 2000.
La marnière de Chantecoq, de 32 m de profondeur pour 54 m de large, abritait en 2005 des vespertilions à oreilles échancrées (pas plus de 14 spécimens - en 1999 -, effectifs variables) ; des grands rhinolophes (un à deux individus, présente constante) ; et des grands murins. Un vespertilion de Bechstein y a été vu en 2002, absent depuis (l'espèce préfère hiberner dans des troncs d'arbres creux)[2],[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Chantecoq.

En 2011, la commune comptait 528 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510 425 483 507 593 595 587 631 675
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
700 697 704 658 641 644 643 668 647
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
593 617 581 520 482 474 471 447 418
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
381 347 322 358 355 406 477 528 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chantecoq

Les armes de Chantecoq se blasonnent ainsi :

D'or à un coq de gueules cantonné de quatre tourteaux du même[6].

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Chantecoq.

En 2011, la commune comptait 528 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510 425 483 507 593 595 587 631 675
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
700 697 704 658 641 644 643 668 647
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
593 617 581 520 482 474 471 447 418
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
381 347 322 358 355 406 477 528 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Huit marnières souterraines à Chantecoq, La Chapelle-sur-Aveyron, Château-Renard, Dordives, Douchy et Triguères, abritant des chauve-souris, sont ensemble désignées comme « Grottes d'intérêt régional de l'est du Loiret » sous le même code (Code Natura 2000 : 8310).
  2. Les sites à chauve-souris de l'est du Loiret. Document d'objectifs du site Natura 2000. Octobre 2005. Pp. 19-20 : relevés de la grotte de Masson ; p. 38 : tableau de répartition des espèces de chauve-souris trouvées dans les sites respectifs.
  3. Sites à chauves-souris de l'est du Loiret, fiche INPN.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. Conseil général du Loiret Gaso HéraldiqueGenWeb. Consultation : mars 2008. Adopté par le conseil municipal du 24 septembre 2004.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]