Chant arménien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le chant arménien ou charakan (en arménien շարական) est un chant mélismatique et monophonique, particulièrement utilisé dans la liturgie de l'Église apostolique arménienne.

Description[modifier | modifier le code]

À l'instar du chant byzantin, le chant arménien se compose principalement d'hymnes. À l'origine, ces hymnes étaient en prose, mais une versification du chant arménien s'est progressivement développée. L'utilisation de la poésie de Nersès IV Chnorhali dans le chant arménien est un signe de cette tendance ; l'exemple le plus célèbre est sans doute, le chant arménien tiré de son poème Lamentation sur la ville d'Édesse.

Dans la liturgie, les chants arméniens utilisés au cours d'un office sont classés en huit modes, l'Octoéchos arménien, attribué à Stépanos de Siounie (VIIIe siècle)[1]. De manière plus générale, l'ouvrage officiel regroupant l'ensemble des chants arméniens se nomme le Charak(a)nots (en arménien Շարակ(ա)նոծ). Il contiendrait plus de 1 100 hymnes.

Notation de la musique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Notation musicale arménienne.

Les plus anciens manuscrits transcrivant des chants arméniens utilisent l'« ancienne notation arménienne », également attribuée à Stépanos de Siounie[2]. À ce titre, ils incluent l'utilisation de neumes connus sous le nom de « neumes arméniens » ou khaz. Le déchiffrage musical de ce type de manuscrit n'est aujourd'hui pas réalisé.

La transcription actuelle des chants arméniens utilise la « nouvelle notation arménienne », ou encore « notation Hamparsum », inventée au XIXe siècle par Hamparsum Limonciyan.

Chant arménien transcrit en notation Hamparsum dans un carnet de musique datant de 1922.

Caractéristiques musicales[modifier | modifier le code]

Le chant arménien obéit en général à un rythme précis, y compris dans ses aspects relatifs au plain-chant. Cette spécificité est considérée par certains musicologues, en particulier Pierre Aubry, comme la marque d'une influence de la musique turque qui distingue le chant arménien du chant byzantin.

Si aujourd'hui, le chant arménien pratiqué par la diaspora arménienne produit des interprétations originales éloignées d'un certain classicisme, une production classique perdure, largement inspirée par le catholicossat de tous les Arméniens basé à Etchmiadzin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Armenian chant » (voir la liste des auteurs).

  1. Kerovpyan 1991, p. 98.
  2. Hacikyan 2002, p. 138.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Agop Jack Hacikyan (dir.), The Heritage of Armenian Literature, vol. II : From the Sixth to the Eighteenth Century, Détroit, Wayne State University Press,‎ 2002 (ISBN 978-0814330234).
  • Aram Kerovpyan, « Les Charakan (troparia) et l'octoéchos arménien selon le Charaknots (Tropologion arménien) édité en 1875 », dans Michel Huglo et Marcel Pérès (dir.), Aspects de la musique liturgique au Moyen Âge, Paris, Créaphis,‎ 1991 (ISBN 978-2-907150-20-0), p. 93-123.

Liens externes[modifier | modifier le code]