Champlemy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Champlemy
Maisons de la rue principale
Maisons de la rue principale
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Cosne-Cours-sur-Loire
Canton Prémery
Intercommunalité Communauté de communes entre Nièvres et forêts
Maire
Mandat
René Faust
2014-2020
Code postal 58210
Code commune 58053
Démographie
Population
municipale
343 hab. (2011)
Densité 9,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 12″ N 3° 21′ 07″ E / 47.2866666667, 3.35194444444 ()47° 17′ 12″ Nord 3° 21′ 07″ Est / 47.2866666667, 3.35194444444 ()  
Altitude Min. 240 m – Max. 381 m
Superficie 36,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champlemy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champlemy

Champlemy est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Champlemy est une petite bourgade située à 10 kilomètres au sud de Varzy et à 15 kilomètres au nord de Prémery. La commune, qui s'étend sur près de 3 680 hectares, compte 343 habitants. Elle est traversée par la D 977.

Hameaux, villages, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

Outre le bourg, la commune regroupe une vingtaine de hameaux et de domaines isolés : le Berceau, le Bois-d'Aignan, Bourras-la-Grange, Château-Gaillard, les Coues, la Cour, le Crot-Martin, la Ferme-de-la-Cour, la Ferrière, la Grande-Cour, la Lombarderie, les Masserons, les Massons, Montasset, le Moulin-à-Vent, Nancray, les Plauts, les Poulains, Thouez et la Vénerie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Malo-en-Donziois Oudan Varzy Rose des vents
Châteauneuf-Val-de-Bargis N Marcy
Corvol-d'Embernard
O    Champlemy    E
S
Dompierre-sur-Nièvre Saint-Bonnot, Arzembouy Chazeuil

Géologie et hydrographie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol est essentiellement composé de roches calcaires, marnes et gypses.

À Champlemy se situe la naissance d'une des sources de la Nièvre, dite « Nièvre de Champlemy » ou « grande Nièvre ». Elle est rejointe par deux autres branches : la « Nièvre d'Arzembouy », prenant source à Giry, et la « Nièvre de Prémery », prenant source aux environs de Lurcy-le-Bourg. La Nièvre finit par se jeter dans la Loire à Nevers.

Toponymie[modifier | modifier le code]

On relève les formes suivantes : Campus Lemetii (vers 600) ; Camplemesii (IXe siècle) ; Campimilium (1120) ; Chamlemis (1290) ; Champlemy (1507)...

Le nom de Champlemy semble venir du bas latin campus (champ) et du nom de personne romain Limitius[1].

En patois, la prononciation du nom de la commune est Chand'mi[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Armoiries de la famille de La Rivière

Dates et événements mémorables[modifier | modifier le code]

  • 596 : Saint Aunaire fait figurer Campus Lemetii cum suis (Champlemy) parmi les trente-sept paroisses du diocèse.
  • 865 : L'église primitive est saccagée par les Saxons.
  • 920 : L'église est restaurée par Gaudry, évêque d'Auxerre.
  • 1569 : L'église est à nouveau détruite[3].
  • 14 janvier 1624 : Le seigneur de Champlemy, Edme de La Rivière, homme de mauvaise vye et prévenu de plusieurs assassinats et volleryes et autres crimes est mortellement blessé dans des circonstances troubles.
  • 1673 : La paroisse est visitée par l'évêque d'Auxerre.
  • 1790 : La commune devient le chef-lieu d'un canton de La Charité[4].
  • 1794 : Le dernier seigneur de Champlemy, Charles-Armand-Augustin de Pons, est guillotiné.

Seigneurs[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Champlemy est longtemps aux mains de la famille de La Rivière, dont Jean de La Rivière (1442), haut et puissant seigneur François de La Rivière (1569), Edme de La Rivière (1623), Adrien de La Rivière (1633)...

Au XVIIIe siècle, la seigneurie appartient à la famille de Pons, dont Charles-Armand-Augustin de Pons (1786).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours René Faust   Négociant
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 343 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 042 1 004 1 211 1 162 1 271 1 365 1 355 1 397 1 453
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 356 1 296 1 361 1 353 1 353 1 347 1 309 1 244 1 139
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 078 1 071 949 861 788 695 635 661 570
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
520 462 422 383 345 323 336 335 340
2011 - - - - - - - -
343 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Champlemy

- château

- halle

- porte datée de 1606

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, Genève, 1990
  2. Romain Baron, La mort tragique d'Edme de La Rivière, Bulletin de la Société scientifique et artistique de Clamecy, 1969
  3. Marcel Bonté, Glanes pour l'histoire de Champlemy, Bulletin de la Société scientifique et artistique de Clamecy, 1965
  4. Georges de Soultrait, Dictionnaire topographique de la Nièvre, 1865
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :