Championnat d'Europe d'échecs des nations

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le championnat d'Europe 2013 à Varsovie.

Le championnat d'Europe d'échecs des nations est une compétition organisée depuis 1957 par l'European Chess Union qui met aux prises les sélections nationales des différents pays européens. L'équipe vainqueur est déclarée championne d'Europe. Initialement disputée tous les quatre ans entre des équipes issues de groupes préliminaires (jusqu'en 1983), cette compétition se déroule depuis 1997 tous les deux ans (les années impaires, sans Olympiade) et réunit toutes les sélections nationales européennes, sans éliminatoires ou qualifications.

De 1957 à 1970, les équipes avaient 10 titulaires et deux remplaçants. De 1973 à 1983, elles avaient 8 titulaires et deux remplaçants. En 1989, chaque équipe avait six titulaires et deux remplaçants. Depuis 1992, chaque équipe a quatre titulaires et un remplaçant. Depuis 1989, la compétition est un système suisse (sans préliminaires) où les équipes s'affrontent pendant neuf rondes. De 1970 à 1983, il y avait huit équipes qui s'affrontaient dans un tournoi toutes rondes (en 1961 et 1965, il y avait six équipes, et en 1957, quatre).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès mixte[modifier | modifier le code]

Palmarès mixte
Année Lieu Nombres
d'équipes
Champion Deuxième Troisième Quatrième
1957 Baden (Autriche) 4 Drapeau de l'URSS Union soviétique Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie RFP Yougoslavie Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
1961 Oberhausen 6 Drapeau de l'URSS Union soviétique Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie RFP Yougoslavie Drapeau de la Hongrie Hongrie Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
1965 Hambourg Drapeau de l'URSS Union soviétique Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie Drapeau de la Hongrie Hongrie Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
1970 Kapfenberg 8 Drapeau de l'URSS Union soviétique Drapeau de la Hongrie Hongrie Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
1973 Bath Drapeau de l'URSS Union soviétique Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie Drapeau de la Hongrie Hongrie Drapeau de la Pologne Pologne
1977 Moscou Drapeau de l'URSS Union soviétique Drapeau de la Hongrie Hongrie Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie Drapeau : Roumanie Roumanie
1980 Skara Drapeau de l'URSS Union soviétique Drapeau de la Hongrie Hongrie Drapeau de l'Angleterre Angleterre Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
1983 Plovdiv Drapeau de l'URSS Union soviétique Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie Drapeau de la Hongrie Hongrie Drapeau de l'Angleterre Angleterre
1989 Haïfa 28 Drapeau de l'URSS Union soviétique Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest Drapeau de la Finlande Finlande
1992 Debrecen 41 Drapeau de la Russie Russie Drapeau de l'Ukraine Ukraine Drapeau de l'Angleterre Angleterre Drapeau d’Israël Israël
1997 Pula 34 Drapeau de l'Angleterre Angleterre Drapeau de la Russie Russie Drapeau de l'Arménie Arménie Drapeau de la Hongrie Hongrie
1999 Batoumi 36 Drapeau de l'Arménie Arménie Drapeau de la Hongrie Hongrie Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
2001 León 35 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Drapeau de la France France Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de l'Angleterre Angleterre
2003 Plovdiv[1] 37 Drapeau de la Russie Russie Drapeau d’Israël Israël Drapeau de la Géorgie Géorgie Drapeau de la Slovénie Slovénie
2005 Göteborg 40 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Drapeau d’Israël Israël Drapeau de la France France Drapeau de la Grèce Grèce
2007 Héraklion[2] 40 Drapeau de la Russie Russie Drapeau de l'Arménie Arménie Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan Drapeau de la Pologne Pologne
2009 Novi Sad[3] 38 Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan Drapeau de la Russie Russie Drapeau de l'Ukraine Ukraine Drapeau de l'Arménie Arménie
2011 Sithonie[4] 38 Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan Drapeau de la Hongrie Hongrie Drapeau de l'Arménie Arménie
2013 Varsovie[5] 38 Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan Drapeau de la France France Drapeau de la Russie Russie Drapeau de l'Arménie Arménie

Palmarès féminin (depuis 1992)[modifier | modifier le code]

Palmarès féminin
Année Lieu Champion Deuxième Troisième
1992 Debrecen Drapeau de l'Ukraine Ukraine Drapeau de la Géorgie Géorgie Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan
1997 Pula Drapeau de la Géorgie Géorgie Roumanie Roumanie Drapeau de l'Angleterre Angleterre
1999 Batoumi Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Drapeau : République fédérale de Yougoslavie RF de Yougoslavie Roumanie Roumanie
2001 León Drapeau de la France France Drapeau de la Moldavie Moldavie Drapeau de l'Angleterre Angleterre
2003 Plovdiv Drapeau de l'Arménie Arménie Drapeau de la Hongrie Hongrie Drapeau de la Russie Russie
2005 Göteborg Drapeau de la Pologne Pologne Drapeau de la Géorgie Géorgie Drapeau de la Russie Russie
2007 Héraklion Drapeau de la Russie Russie Drapeau de la Pologne Pologne Drapeau de l'Arménie Arménie
2009 Novi Sad Drapeau de la Russie Russie Drapeau de la Géorgie Géorgie Drapeau de l'Ukraine Ukraine
2011 Sithonie Drapeau de la Russie Russie Drapeau de la Pologne Pologne Drapeau de la Géorgie Géorgie
2013 Varsovie Drapeau de l'Ukraine Ukraine Drapeau de la Russie Russie Drapeau de la Pologne Pologne

Résultats détaillés[modifier | modifier le code]

1957 (Baden en Autriche)[modifier | modifier le code]

Onze équipes de dix joueurs (plus éventuellement 1 ou 2 remplaçants) participèrent effectivement aux préliminaires de ce premier championnat d'Europe, après le retrait de la Finlande et de la RDA dans le groupe 1. Elles furent réparties en 4 groupes, et les 4 premiers s'affrontaient ensuite dans le groupe final.

Les qualifiés furent l'URSS (1re du groupe 1 devant la Pologne), la Tchécoslovaquie (1re du groupe 2 devant l'Autriche et les Pays-Bas), la Yougoslavie (devant la Roumanie et la France) et la RFA devant l'Espagne et le Luxembourg.

Dans la phase finale, l'URSS, favorite, prit logiquement la première place malgré une défaite à la dernière ronde face à la Yougoslavie, deuxième devant la Tchécoslovaquie et la RFA.

1. URSS : V. Smyslov, P. Keres, D. Bronstein, M. Tal, B. Spassky, T. Petrossian, M. Taimanov, V. Kortchnoï, A. Tolouch, I. Boleslavski, Y. Averbakh, L. Aronine

2. Yougoslavie : S. Gligorić, A. Matanović, B. Ivkov, P. Trifunović, A. Fuderer, N. Karaklajić, S. Nedeljković, B. Milić, M. Bertok, B. Rabar, B. Djurašević, T. Rakić

3. Tchécoslovaquie : M. Filip, L. Pachman, L. Alster, F. Zíta, J. Kozma, J. Šefc, F. Pithart, J. Refjíř, J. Ježek, F. Blatný, M. Ujtelky

4. RFA : W. Unzicker, K. Darga, Schmid, G. Pfeiffer, R. Teschner, H. Lehmann, H. Heinicke, G. Kieninger, L. Rellstad, W. Jaeger, K. Gilg

1961 (Oberhausen)[modifier | modifier le code]

Six équipes (de dix titulaires et deux remplaçants) purent participer à la phase finale : les 4 équipes issues des 4 groupes préliminaires ainsi que l'URSS et la Yougoslavie, qualifiées d'office. 12 équipes disputèrent les éliminatoires qui virent les victoires de l'Espagne, de la RFA, de la Tchécoslovaquie et de la Hongrie.

L'URSS s'imposa facilement en remportant tous ses matchs et gagnant ainsi son deuxième titre consécutif. Elle fut suivie dans l'ordre par la Yougoslavie, la Hongrie, la Tchécoslovaquie, la RFA et l'Espagne.

1. URSS : M. Botvinnik, M. Tal, P. Keres, T. Petrossian, V. Smyslov, V Kortchnoï, E. Geller, M. Taimanov, L. Polougaïevski, S. Fourman, A. Tolouch, V. Baguirov

2. Yougoslavie: S. Gligorić, P. Trifunović, A. Matanović, M. Bertok, M. Matulović, M. Udovčić, D. Čirić, B. Milić, S. Nedeljković, D. Minić, D. Marović, B. Djurašević,

3. Hongrie : L. Szabó, L. Portisch, G. Barcza, I. Bilek, T. Flórián, K. Honfi, E. Haág, J. Pogáts, G. Forintos, L. Lengyel, J. Szily, L. Navarovszky

4. Tchécoslovaquie : L. Pachman, M. Filip, V. Hort, V. Jansa, J. Marsalek, J. Fichtl, J. Rejfir, M. Ujtelky, J. Kozma, J. Trapl, M. Altschul, J. Fabian

5. RFA : W. Unzicker, L. Schmid, K. Darga, R. Teschner, G. Pfeiffer, T. Schuster, M. Eisinger, W. Nephaus, C. Clemens, H. Pesch, D. Weise

1965 (Hambourg)[modifier | modifier le code]

Le format fut le même qu'en 1961 (six équipes de dix titulaires et deux remplaçants). Les Pays-Bas, la RFA, la Hongrie et la Roumanie, issus des groupes préliminaires joués en 1963 et 1964, rejoignirent pour la phase finale l'URSS et la Yougoslavie.

L'URSS, favorite, s'imposa à nouveau (malgré une défaite contre la Hongrie). La Yougoslavie finit 2e au départage devant la Hongrie (malgré les 2 victoires hongroises sur les Yougoslaves, mais les points comptabilisés pour le classement étaient les points de parties et non les points de matchs). La RFA, la Roumanie et les Pays-Bas prirent les 3 dernières places.

1. URSS : T. Petrossian, M. Botvinnik, V. Kortchnoï, V. Smyslov, D. Bronstein, L. Stein, M. Taimanov, Y. Averbakh, N. Kroguious, I. Boleslavski, A. Lein, A. Loutikov

2. Yougoslavie : B. Ivkov, S. Gligorić, A. Matanović, M. Matulović, B. Parma, P. Trifunović, M. Damjanović, M. Udovčić, D. Čirić, D. Minić, D. Marović, I. Buljovcić

3. Hongrie : L. Portisch, L. Szabó, I. Bilek, L. Lengyel, G. Barcza, G. Forintos, K. Honfi, P. Dely, J. Flesch, G. Kluger, J. Pogáts, L. Navarovszky

4. RFA : W. Unzicker, L. Schmid, H. Pfleger, H. Hecht, R. Teschner, P. Troeger, H. Kestler, R. Hübner, D. Weise, H. Besser, J. Eising, G. Fahnenschmidt

5. Roumanie : F. Gheorghiu, V. Ciocâltea, T. Ghițescu, C. Radovici, A. Gunsberger, I. Szabo, T. Stanciu, M. Pavlov, C. Botez, M. Nacu, P. Voiculescu

1970 (Kapfenberg)[modifier | modifier le code]

Le format de la compétition changea lors de cette édition. De 1970 à 1983, huit équipes participèrent au tournoi final, où les sélections ne s'affrontaient plus en matchs aller-retour mais en un seul match.

L'Espagne, le Danemark, la Hongrie, la Tchécoslovaquie, la Bulgarie et la RDA gagnèrent leur billet pour la phase finale, où ils furent rejoints par l'URSS et la Yougoslavie.

L'URSS remporta tous ses matchs et le titre. La Hongrie prit la deuxième place et la RDA compléta le podium. Vinrent ensuite dans l'ordre la Yougoslavie, la Tchécoslovaquie, la Bulgarie, l'Espagne et le Danemark.

1. URSS : T. Petrossian, V. Kortchnoï, L. Polougaïevski, E. Geller, V. Smyslov, M. Taïmanov, M. Tal, P. Keres, L. Stein, R. Kholmov, Y. Balachov, A.Gipslis

2. Hongrie : L. Portisch, L. Lengyel, L. Szabó, G. Barcza, L. Bárczay, I. Bilek, P. Dely, I. Csom, G. Forintos, K. Honfi, A. Adorján, E. Haág

3. RDA : W. Uhlmann, B. Malich, R. Fuchs, A. Hennings, H. Liebert, L. Zinn, F. Baumbach, L. Espig, W. Golz, L. Vogt, M. Schöneberg, D. Neukirch

4. Yougoslavie : S. Gligorić, B. Ivkov, M. Matulović, B. Parma, D. Minić, E. Bukić, B. Kurajica, M. Vukic, D. Velimirović, A. Planinc, S. Cvetović, R. Nicevski

5. Tchécoslovaquie : V. Hort, M. Filip, V. Jansa, J. Smejkal, M. Janata, J. Kozma, J. Plachetka, S. Kupka, J. Pribyl, Z. Hlousek, J. Lechtynsky, F. Blatny

1973 (Bath)[modifier | modifier le code]

De 1973 à 1983, les équipes ne comportèrent plus que 8 titulaires (et deux remplaçants).

Seule l'URSS, tenante du titre, était qualifiée d'office. La Tunisie et du Maroc (qui se retira avant de jouer) participaient lors des éliminatoires, bénéficiant d'une dérogation de la FIDE. Les qualifiés furent la Suisse, l'Angleterre, la Pologne (devant la RDA), la RFA, la Roumanie, la Yougoslavie et la Hongrie.

L'URSS s'imposa en remportant tous ses matchs. Suivirent dans l'ordre la Yougoslavie, la Hongrie, la Pologne, la RFA, l'Angleterre, la Roumanie et la Suisse.

1. URSS : B. Spassky, T. Petrossian, V. Kortchnoï, A. Karpov, M. Tal, V. Smyslov, E. Geller, G. Kouzmine, V. Toukmakov, Y. Balachov

2. Yougoslavie : S. Gligorić, B. Ivkov, L. Ljubojević, A. Matanović, B. Parma, A. Planinc, D. Velimirović, M. Matulović, E. Bukić, D. Minić

3. Hongrie : L. Portisch, L. Szabó, I. Bilek, Z. Ribli, I. Csom, G. Forintos, A. Adorján, G. Sax, K. Honfi, J. Tompa

4. Pologne : W. Schmidt, K. Pytel, J. Bednarski, A. Filipowicz, Z. Doda, J. Adamski, J. Kostro, A. Sydor, A. Sznapik, A. Maciejewski

1977 (Moscou)[modifier | modifier le code]

L'URSS écrasa à nouveau la compétition finale en gagnant tous ses matchs et ne concédant que 2 parties. Se classèrent ensuite la Hongrie, la Yougoslavie, la Roumanie, la Bulgarie, la RFA, la Tchécoslovaquie et l'Angleterre.

1. URSS : A. Karpov, T. Petrossian, L. Polougaïevski, M. Tal, Y. Balachov, E. Geller, O. Romanichine, V. Tsechkovski, I. Dorfman, E. Svechnikov

2. Hongrie : L. Portisch, Z. Ribli, G. Sax, I. Csom, A. Adorján, I. Faragó, L. Vadász, L. Bárczay, P. Lukacs, L. Hazai

3. Yougoslavie : L. Ljubojević, S. Gligorić, A. Matanović, D. Velimirović, B. Parma, B. Ivkov, E. Bukić, K. Hulak, M. Knežević, S. Marangunić

4. Roumanie : F. Gheorghiu, V. Ciocâltea, M. Șubă, T. Ghițescu, V. Vaisman, A. Urzică, M. Ghindă, E. Ungureanu, M. Pavlov, V. Stoica

1980 (Skara)[modifier | modifier le code]

Le cycle de la compétition fut réduit à 3 ans en raison des modifications apportées précédemment au format de la compétition.

L'URSS remporta à nouveau l'épreuve, mais plus difficilement que les années précédentes. L'équipe concéda deux matchs nuls contre la Hongrie (2e), et l'Angleterre (3e et première sélection occidentale à décrocher un podium dans l'histoire de la compétition) et aucun des joueurs de ses trois premiers échiquiers (Karpov, Tal et Petrossian, tous ayant été ou étant toujours champion du monde) ne remporta une victoire. Son avance sur la Hongrie fut finalement néanmoins confortable. Derrière le podium, vinrent la Yougoslavie, la Bulgarie, la Tchécoslovaquie, Israël et la Suède (qui participaient toutes les deux pour la première fois à la phase finale).

1. URSS : A. Karpov, M. Tal, T. Petrossian, L. Polougaïevski, E. Geller, Y. Balachov, O. Romanichine, R. Vaganian, A. Youssoupov, G. Kasparov (en 2e remplaçant, qui marqua 5,5/6)

2. Hongrie : L. Portisch, Z. Ribli, A. Adorján, G. Sax, I. Csom, I. Faragó, L. Vadász, J. Pintér, P. Lukacs, L. Hazai

3. Angleterre : T. Miles, M. Stean, J. Nunn, J. Speelman, R. Keene, W. Hartston, J. Mestel, R. Bellin, P. Littlewood, S. Webb

4. Yougoslavie : L. Ljubojević, S. Gligorić, B. Ivkov, D. Velimirović, S. Marjanović, I. Nemet, K. Hulak, D. Sahović, M. Vukić,

1983 (Plovdiv)[modifier | modifier le code]

Malgré les absences de Kasparov, Spassky, Smyslov et Tal, l'URSS était à nouveau la favorite de l'épreuve. Elle confirma son rang en remportant une nouvelle fois la compétition, ne concédant qu'un match nul face à la Yougoslavie et seulement 2 défaites sur l'échiquier durant tout le championnat. La Yougoslavie retrouva le podium en finissant 2e, devant la Hongrie, l'Angleterre, les Pays-Bas, la Bulgarie, le Danemark et la RFA.

1. URSS : A. Karpov, L. Polougaïevski, T. Petrossian, R. Vaganian, A. Beliavski, V. Toukmakov, L. Psakhis, O. Romanichine, A. Youssoupov, E. Geller

2. Yougoslavie : L. Ljubojević, S. Gligorić, P. Nikolić, V. Kovačević, B. Kurajica, K. Hulak, D. Rajković, B. Ivanović, S. Djurić, M. Cebalo

3. Hongrie : L. Portisch, Z. Ribli, G. Sax, J. Pintér, A. Adorján, I. Csom, I. Faragó, A. Grószpéter, A. Schneider, T. Horváth

4. Angleterre : T. Miles, J. Nunn, J. Speelman, J. Mestel, R. Keene, M. Chandler, N. Short, M. Hebden, P. Littlewood, W. Hartston

1989 (Haïfa)[modifier | modifier le code]

L'événement eut lieu six ans après la dernière édition car celle prévue en 1986 ne se déroula finalement pas. Cette édition reste importante car le système des préliminaires fut aboli, et dès lors, toutes les sélections européennes purent participer à la compétition. Enfin, il convient de remarquer que ce fut la dernière édition où fut présente l'invincible URSS. Vingt-huit équipes (dont l'équipe Israël B, honneur réservé au pays organisateur) participèrent ainsi, constituées de 6 joueurs titulaires (et 2 réservistes). Chaque équipe disputait 9 matchs. Plusieurs joueurs importants étaient absents, notamment dans les équipes d'URSS, de Hongrie ou d'Angleterre.

L'URSS (sans Karpov, Kasparov, Youssoupov et Sokolov) remporta à nouveau le titre (concédant 2 matchs nuls contre la Grèce et la Bulgarie), et le podium fut complété par une équipe yougoslave rajeunie et la RFA. La France termina 10e et la Hongrie finit à une décevante 11e place.

1. URSS : V. Salov, A. Beliavski, R. Vaganian, M. Gourevitch, B. Guelfand, L. Polougaïevski, V. Eingorn, V. Toukmakov

2. Yougoslavie : I. Sokolov, K. Hulak, B. Lalić, M. Todorčević, V. Kovačević, D. Barlov, O. Cvitan, S. Djurić

3. RFA : R. Hübner, V. Hort, E. Lobron, S. Kindermann, M. Wahls, J. Hickl, K. Bischoff, S. Mohr

10. France : O. Renet (médaille d'or au 1er échiquier), J. Lautier, G. Miralles, J.-R. Koch, É. Prié, A. Haïk, G. Andruet, M. Apicella

1992 (Debrecen)[modifier | modifier le code]

Quarante-et-une équipes participèrent à la compétition, à la suite de l'éclatement de l'URSS et l'ex-Yougoslavie. Plusieurs équipes pouvaient ainsi prétendre au titre : la Russie, l'Ukraine mais aussi l'Angleterre. L'équipe yougoslave dut se retirer après la 1re ronde, en raison de l'embargo international décrété à la suite de son implication dans la guerre en Bosnie. Le nombre d'échiquiers titulaires fut réduit à 4. Enfin, pour la première fois, une compétition spéciale fut créée pour les femmes. La Hongrie, organisatrice, fut autorisée à présenter 3 fortes équipes.

La lutte pour le titre présenta plus de suspens. Elle aboutit finalement à la consécration de la Russie, qui ne concéda qu'un match nul face à l'Angleterre. Son jeune prodige, le maître FIDE Vladimir Kramnik, réalisa la meilleure performance avec le score de 6/7 au 3e échiquier. Le podium fut complété par l’Ukraine et l’Angleterre, celle-ci juste devant Israël. La Hongrie A ne prit que la 11e place, tandis que les Pays-Bas durent se contenter de la 18e et la Tchécoslovaquie de la 25e. La France termina à la 27e place après 2 défaites finales.

1. Russie : G. Kasparov, I. Bareïev, V. Kramnik, A. Dreïev, A. Vyjmanavine

2. Ukraine : V. Ivantchouk, A. Beliavski, O. Romanichine, V. Eingorn, I. Novikov

3. Angleterre : N. Short, J. Speelman, M. Adams, J. Nunn, T. Miles

27. France : O. Renet, M. Apicella, É. Prié, E. Bricard, A. Hauchard

1997 (Pula)[modifier | modifier le code]

Pour cette édition, de nombreuses équipes pouvaient prétendre au titre. La Russie, privée de Kasparov et Kramnik, devait en effet compter avec la concurrence de diverses sélections, malgré l’absence de l’Ukraine, parmi lesquelles l’Angleterre, les Pays-Bas, l’Arménie ou la Hongrie. La compétition fut très disputée, ce que révèle le classement final très serré.

Le titre fut finalement gagné par l’Angleterre (qui, après avoir été le premier pays occidental à atteindre le podium devient le premier à dérocher le titre), mettant fin à l’hégémonie soviétique puis russe. La sélection anglaise termine devant la Russie, 2e et seule invaincue, grâce au départage, les 2 équipes ayant le même nombre de points de partie. L’Arménie prend finalement la 3e place, juste devant la Hongrie et l’Allemagne. Finalement, les 12 premières équipes se tiennent en moins de 3 points. La France termine plus loin, à la 19e place.

1. Angleterre : N. Short, M. Adams, J. Speelman, M. Sadler, J. Hodgson

2. Russie : I. Bareïev, P. Svidler, V. Zviaguintsev, I. Glek, I. Yakovitch

3. Arménie : V. Akopian, R. Vaganian, S. Lputian, A. Minassian, A. Anastassian

19. France : A. Vaïsser, J.-M. Degraeve, A. Hauchard, E. Relange, O. Renet

1999 (Batoumi)[modifier | modifier le code]

Le championnat d'Europe des nations se déroule désormais tous les 2 ans.

La Russie est cette année privée de la plupart de ses meilleurs joueurs (Kasparov, Kramnik, Bareev, Svidler, …) et n'apparaît pas comme une grande favorite. Sont davantage attendues l'Ukraine, la Hongrie, l'Arménie, l'Angleterre ou les Pays-Bas.

Le tournoi est donc très disputé et se solde par la victoire finale de l'Arménie, malgré une défaite et 2 matchs nuls lors des 2 dernières rondes. La Hongrie et l'Allemagne, invaincues, montent sur le podium, devant la Bulgarie, la Russie, l'Ukraine et Israël. L'Angleterre, tenante du titre et malgré sa victoire sur l'Arménie, termine à une décevante 10e place. La France doit se contenter d'une modeste 25e place.

1. Arménie : S. Lputian, A. Minassian, A. Anastassian, L. Aronian, A. Petrossian

2. Hongrie : P. Lékó, J. Polgár, Z. Almási, A. Tchernine, J. Pintér

3. Allemagne : A. Youssoupov, R. Hübner, R. Dautov, C. Lutz, C. Gabriel

25. France : J. Lautier, D. Marciano, C. Bauer, I. Nataf, L. Fressinet

2001 (León)[modifier | modifier le code]

Palmarès masculin[modifier | modifier le code]

Avant même le début de la compétition, il est certain que la Russie ou l'Arménie ne regagneront pas le titre, car elles ne présentent pas d'équipes pour cette édition. Diverses sélections comme les Pays-Bas, l'Angleterre, l'Ukraine ou Israël peuvent donc envisager la victoire finale. À ces équipes, se joint pour la course à la victoire finale, la France, enfin dotée d'une équipe compétitive emmenée par le jeune Étienne Bacrot, qui mène encore ex æquo à la veille de la dernière ronde. Mais la défaite française face à l'Allemagne lors de cette ultime ronde offre finalement une victoire méritée aux Pays-Bas, seule équipe invaincue et qui n'a concédé qu'un match nul. La France prend toutefois la 2e place, ce qui témoigne d'importants progrès au vu des médiocres résultats des années passées. L'Allemagne complète le podium, devant l'Angleterre et la Slovénie.

1. Pays-Bas : L. van Wely, J. Piket, S. Tiviakov, E. Van den Doel, F. Nijboer

2. France : É. Bacrot, J. Lautier (qui réalise la meilleure performance du tournoi), C. Bauer, J.-M. Degraeve, L. Fressinet

3. Allemagne : C. Lutz, R. Hübner, G. Hertneck, K. Bischoff, R. Buhmann

Palmarès féminin[modifier | modifier le code]

Chez les dames, en l'absence de la Russie, la France est sacrée championne d'Europe[6]. Marie Sebag remporte la médaille d'or du deuxième échiquier avec une performance à 2 717 points[6].

1. France : Maria Nepeina-Leconte, Marie Sebag, Roza Lallemand

2. Moldavie : Almira Skripchenko est médaille d'or du premier échiquier

3. Angleterre

2003 (Plovdiv)[modifier | modifier le code]

Outre le retour de la Russie, cette édition marque surtout la décision de réaliser le classement selon les points de matchs (2 points pour la victoire, 1 point pour le match nul) et non plus selon les points de parties.

Cette formule profita à la Russie, qui ne concéda qu’un match nul lors de la dernière ronde face à la Biélorussie. La 2e place fut prise par Israël qui réalisa un très bon tournoi et la Géorgie s’empara de la 3e place au départage devant la Slovénie. L’Ukraine, 5e, put regretter l’ancienne formule, qui lui aurait octroyée la 1re place si elle avait été encore appliquée. Le podium de l’édition précédente se révéla plus décevant : les Pays-Bas finirent 13e, la France, sans Bacrot, prit la 10e place et l’Allemagne suivit avec la 11e place.

1. Russie : P. Svidler, I. Bareïev, A. Grichtchouk, A. Morozevitch, A. Khalifman

2. Israël : B. Guelfand, I. Smirin, E. Sutovsky, B. Avroukh, M. Roiz

3. Géorgie : Z. Azmaiparashvili, B. Jobava, M. Mtchedlichvili, G. Katcheichvili, M. Gagounachvili

10. France : J. Lautier, L. Fressinet, C. Bauer, A. Sokolov, J.-M. Degraeve

2005 (Göteborg)[modifier | modifier le code]

Palmarès masculin[modifier | modifier le code]

Le titre fut très disputé, et le classement final se révéla serré. La victoire finale sourit finalement aux Pays-Bas (invaincus, mais qui concédèrent 3 matchs nuls), qui remportèrent ainsi leur 2e titre en 4 ans. Israël confirma sa bonne performance de l’édition passée en conservant la 2e place après avoir joué pour le titre jusqu’au bout. La France décrocha la 3e place, au départage devant la surprenante équipe grecque. La Russie, bien que privée de plusieurs joueurs importants, fut décevante et se contenta de la 14e place (après avoir concédé 2 matchs nuls et 3 défaites). L’Ukraine, 5e, aurait à nouveau terminé à la 1re place (avec Israël) si l’ancienne formule avait été maintenue.

1. Pays-Bas : L. van Wely, I. Sokolov, S. Tiviakov, J. Timman, E. Van den Doel

2. Israël : B. Guelfand, E. Sutovsky, I. Smirin, B. Avroukh, S. Erenbourg

3. France : É. Bacrot, J. Lautier, I. Dorfman (déjà présent en 1977 avec l’URSS), L. Fressinet, C. Bauer

Palmarès féminin[modifier | modifier le code]

1. Pologne : Iweta Radziewicz, Monika Socko, Jolanta Zawadzka, Joanna Dworakowska, Marta Zielinska[7]

2. Géorgie : Maia Chiburdanidze, Nino Khurtsidze, Maia Lomineishvili, Nana Dzagnidze, Ketevan Arakhamia-Grant[8]

3. Russie : Alexandra Kosteniuk, Nadezhda Kosintseva, Ekaterina Kovalevskaya, Tatiana Kosintseva, Alisa Galliamova[9]

16. France : Almira Skripchenko, Marie Sebag, Sophie Milliet, Roza Lallemand, Anna Muller[10]

2007 (Héraklion)[modifier | modifier le code]

La Russie apparaissait comme la favorite de l’épreuve, mais plusieurs autres équipes comme l’Arménie, l’Azerbaïdjan, l’Ukraine ou la France nourrissaient aussi quelques ambitions. Mais la Russie se détacha facilement en remportant ses 7 premiers matchs, avant d’assurer son titre par un nul face à l’Espagne à l’avant-dernière ronde. L’Arménie, après un départ en dents de scie, prit la 2e place, et le podium fut complété par une autre équipe d’ex-URSS : l’Azerbaïdjan (malgré 2 défaites consécutives face à la Russie et la Slovénie en milieu de tournoi). La France, avec 3 défaites (contre la Slovénie, la Russie et l’Azerbaïdjan) dut se contenter de la 9e place. Les Pays-Bas, tenants du titre, se révélèrent décevants et terminèrent 19e[11].

1. Russie : P. Svidler (6/7 et meilleure performance du tournoi), A. Morozevitch, A. Grichtchouk, I. Alekseïev, D. Iakovenko

2. Arménie : L. Aronian, V. Akopian, G. Sargissian, K. Asrian, S. Lputian

3. Azerbaïdjan : S. Mamedyarov, T. Radjabov, V. Gachimov, G. Gousseïnov, R. Mamedov

9. France : É. Bacrot, V. Tkachiev, L. Fressinet, M. Vachier-Lagrave, C. Bauer

25. Suisse : Y. Pelletier, F. Jenni, J. Gallagher, C. Landenbergue, R. Ekstroem

35. Belgique : L. Winants, R. Polaczek, M. Dutreeuw, B. Laurent, C. Gulbas

39. Monaco : I. Efimov, P. van Hoolandt, W. Iclicki, J.M. Rapaire

2009 (Novi Sad)[modifier | modifier le code]

Trois équipes faisaient figure de favorites pour ce championnat : la Russie, tenante du titre, l'Arménie, double championne olympique, et l'Azerbaïdjan. La jeune équipe azérie profita des faux-pas de ses concurrents (matchs nuls de la Russie contre la Croatie à la ronde 1 puis contre les Pays-Bas à la ronde 4, défaite de l'Arménie contre la Serbie à la ronde 4). Elle réussit un match nul contre la Russie à la ronde 6 mais, jusque là invaincue, elle fut défaite par l'Arménie à la ronde 7 (victoire de Sargissian sur Guseinov), ramenant ces trois équipes à égalité à deux rondes de la fin. La fin du tournoi sourit cependant à l'Azerbaïdjan qui remporta ses deux derniers matchs contre la Pologne et les Pays-Bas (victoire décisive de Gashimov sur Stellwagen), tandis que l'Arménie s'inclinait à la ronde 8 (et laissait la 3ème place à l'Ukraine qui allait la conserver ensuite) contre la Russie qui, elle, laissait filer la 1ère place en concédant à la dernière ronde un mach nul contre l'Espagne. La France, privée de Maxime Vachier-Lagrave, qui disputait les championnats du monde junior, finit 17ème.

1. Azerbaidjan : T. Radjabov, V. Gashimov, G. Guseinov, S. Mamedyarov, R. Mamedov

2. Russie : P. Svidler, A. Morozevitch, D. Jakovenko, E. Alekseïev, E. Tomachevski

3. Ukraine : P. Eljanov, A. Volokitin, Z. Efimenko, Y. Drozdovskij, Y. Krivorouchko

15. Suisse : V. Kortchnoï, Y. Pelletier, F. Jenni, R. Ekstroem, J. Gallagher

17. France : É. Bacrot, L. Fressinet, R. Édouard, M. Cornette, S. Feller

27. Belgique : S. Hautot, D. Saiboulatov, E. Cekro, S. Docx, R. Polaczek

38. Monaco : I. Efimov, P. van Hoolandt, K.J. Ribbegren, W. Iclicki

2011 (Porto Carras)[modifier | modifier le code]

1. Allemagne : A. Naiditsch, G. Meier, D. Fridman, Jan Gustafsson, Rainer Buhmann

2. Azerbaïdjan : T. Radjabov, V. Gashimov, S. Mamedyarov, G. Gousseinov, Eltaj Safarli

3. Hongrie : P. Leko, Z. Almasi, F. Berkes, C. Balogh, Z. Gyimesi

19. France : E. Bacrot, M. Vachier-Lagrave, L. Fressinet, A. Istratescu, C. Bauer,

23. Suisse : Y. Pelletier, V. Kortchnoï, J. Gallagher, O. Kurmann, R. Forster

La Belgique n'était pas représentée.

2013 (Varsovie)[modifier | modifier le code]

Le championnat se tient du 8 au 17 novembre 2013 à Varsovie en Pologne. La cadence est de 90 minutes pour 40 coups + 30 minutes pour le reste de la partie, avec un incrément de 30 secondes par coup. Les propositions de nulle ne sont autorisées qu'après le 40e coup noir[12].

tournoi « Open » (équipes mixtes)[modifier | modifier le code]

1. Azerbaïdjan : S. Mamedyarov, T. Radjabov, E. Safarli, R. Mamedov, G. Gousseinov

2. France ; É. Bacrot, M. Vachier-Lagrave, R. Édouard, V. Tkachiev, H. Hamdouchi.

3. Russie: A. Grichtchouk, P. Svidler, D. Andreïkine, A. Morozevitch, E. Tomachevski

La Suisse est 32e, la Belgique 33e.

Palmarès du tournoi féminin[modifier | modifier le code]

1. Ukraine : Kateryna Lagno, Anna Ushenina, Mariya Mouzytchouk, Natalia Joukova, Inna Gaponenko

2. Russie : Valentina Gounina, Alexandra Kosteniouk, Natalija Pogonina, Olga Girya, Aleksandra Goryachkina

3. Pologne : Monika Soćko, Jolanta Zawadzka, Joanna Majdan-Gajewska, Iweta Rajlich, Karina Szczepkowska-Horowska

L'Ukraine est en tête et ne peut plus être rejointe dès la fin de la ronde 8[13]. La France, pourtant 7e meilleure équipe du tournoi, ne finit que 24e, la Belgique est 27e et la Suisse 28e.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Site officiel
  2. (en) Site officiel
  3. (en) Site officiel
  4. (en) Site officiel
  5. (en) Site officiel
  6. a et b « Les filles championnes d'Europe, les garçons vice-champions ! », Échecs et mat, no 48,‎ décembre 2001, p. 6-7 (ISSN 1259-3451)
  7. (de) « 15th European Team Championship 2005 - Women Gothenburg, Sweden », Wiener Zeitung,‎ 7 août 2005 (lire en ligne)
  8. (de) « 15th European Team Championship 2005 - Women Gothenburg, Sweden », Wiener Zeitung,‎ 7 août 2005 (lire en ligne)
  9. (de) « 15th European Team Championship 2005 - Women Gothenburg, Sweden », Wiener Zeitung,‎ 7 août 2005 (lire en ligne)
  10. (de) « 15th European Team Championship 2005 - Women Gothenburg, Sweden, Mannschaftsaufstellung für Föderation FRA », Wiener Zeitung,‎ 7 août 2005 (lire en ligne)}
  11. (en) New in Chess 2007/8 pages 62 à 75
  12. « Championnat d'Europe par Equipes », sur Europe Échecs,‎ 8 novembre 2013 (consulté le 8 novembre 2013)
  13. « Championnat d'Europe par Equipes », sur Europe Échecs,‎ 17 novembre 2013 (consulté le 17 novembre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Anne Sunnucks, The Encyclopaedia of Chess, Hale,‎ 1970 (ISBN 0709110308)
  • (en) Božidar Kažić, International Championship Chess, Batsford,‎ 1974 (ISBN 0-7134-2795-7)