Championnat d'Angleterre de rugby à XV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».

Championnat d'Angleterre
de rugby à XV

Logo de la compétition
Généralités
Sport rugby à XV
Création 1987
Organisateur(s) Fédération anglaise de rugby à XV
Éditions 27
Catégorie première division
Périodicité annuelle
Nations Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Participants 12 clubs
Statut des participants professionnel
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Northampton Saints
Plus titré(s) Leicester Tigers (10)
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la compétition en cours voir :
Aviva Premiership 2014-2015

Le championnat d'Angleterre de rugby à XV rassemblant les douze clubs de l'élite anglaise est créé en 1987. Ce championnat est successivement dénommé Courage League (1987-1997), Allied Dunbar League (1997-2001), Zurich Premiership (2001-2005), Guinness Premiership (2005-2010), puis Aviva Premiership depuis 2010 au gré des parrainages.

Le titre est attribué à l'issue d'une saison régulière qui débute généralement en septembre puis d'une phase playoff jusqu'à une finale disputée à Twickenham fin mai. Le dernier du classement est relégué à l'étage inférieur de la hiérarchie : le Guinness Championship. Les Northampton Saints sont les tenants du titre et Leicester Tigers sont l'équipe la plus titrée avec dix victoires dans la compétition.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts : le rugby anglais avant la création de la compétition en 1987[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Rugby à XV et Histoire du rugby à XV.

Depuis la prétendue invention du rugby en 1823 par William Webb Ellis[1],[2],[3] et son officialisation le 8 décembre 1863 par les étudiants de l'Université de Cambridge[4], la pratique de ce sport se cantonne à des rencontres traditionnelles entre clubs, arrangées par ceux-ci, à l'instar des affrontements bisannuels entre le Blackheath RC et le Richmond FC instaurés le 19 décembre 1868 et qui constituent le plus ancien affrontement régulier entre deux clubs dans l'histoire du rugby[4]. Cette organisation libre du rugby reste longtemps en vigueur car la Rugby Football Union, fondée en 1871[5], s'oppose à la création de toute compétition officielle estimant que la pratique de ce sport y perdrait son esprit d'amateurisme. Les County Cups disputées par les clubs et le County Championship disputé par les équipes des comtés sont pendant longtemps les seules compétitions organisées en dehors des rencontres traditionnelles entre clubs. La hiérarchie entre les différentes équipes pendant la saison se résume aux classements publiés par le Daily Telegraph et les journaux locaux comme le Yorkshire Post. Ces classements, établis à partir des résultats de chaque club, varient fortement d'un journal à un autre et ne constituent au mieux qu'une estimation de la performance des équipes au cours de la saison.

La première compétition officielle instaurée en 1972 par la Fédération anglaise de rugby à XV est la coupe d'Angleterre aujourd'hui connue sous la dénomination LV= Cup du nom de son sponsor du moment. Apparaissent ensuite les championnats régionaux (regional merit tables) en 1976[6] et, au milieu des années 1980, le championnat national (national merit tables). Il constitue les prémices de la future ligue entre les clubs de l'élite anglaise qui naît deux ans plus tard[7]. La principale conséquence de l'introduction de ces championnats est la disparition progressive des rencontres traditionnelles par manque de place dans des calendriers trop chargés.

Courage League : les premières éditions du championnat (1987-1996)[modifier | modifier le code]

Un homme de dos un micro à la main interroge un autre de face sur le bord du terrain
Stuart Barnes, demi d'ouverture qui a joué avec Bath dans le championnat de 1987 à 1994.

En 1987[8], la Fédération anglaise instaure le système pyramidal de ligues sous le nom de Courage Leagues, disputées par 1 000 clubs répartis au sein de 108 ligues avec promotions et relégations en fin de saison[9]. Le nom de la compétition provient du nom de son partenaire officiel, la marque de bière anglaise John Courage appartenant à la société Scottish & Newcastle[10]. La première division ou Courage League Division One est composée de 12 clubs : Bath, Bristol, Coventry, Gloucester, Harlequins, Leicester, Moseley, Nottingham, Orrell, Sale, Wasps et Waterloo. Chaque équipe doit rencontrer une fois tous ses adversaires et le calendrier est établi par les clubs eux-mêmes de manière à satisfaire chacun des opposants. Une victoire rapporte 4 points, un match nul 2 et une défaite 1 seul[11]. Le premier match de l'histoire de la compétition a lieu le 5 septembre 1987 à Beeston et il oppose Nottingham à Moseley[11], ces derniers remportant la rencontre 21-3. Le premier titre est remporté par les Leicester Tigers et les clubs de Coventry et de Sale sont relégués en seconde division. Cette première saison est un grand succès : les rencontres entre les clubs des divisions majeures attirent un public grandissant et suscitent l'intérêt de commanditaires locaux et d'entreprises nationales. La compétition permet aussi l'amélioration du niveau de jeu, les joueurs adoptant un rythme régulier de matchs. Par ailleurs, les craintes initiales d'une augmentation significative de la violence sur le terrain se révèlent infondées.

La saison suivante, la Fédération anglaise ôte aux clubs la responsabilité d'établir le calendrier des rencontres et impose le samedi comme jour de match[12]. Cette décision fait suite à l'échec partiel de l'organisation de la première saison puisque les deux matchs Gloucester-Leicester et Bristol-Waterloo n'ont pas été disputés[Note 1]. Le système d'attribution des points est également révisé : une victoire rapporte désormais 2 points, un match nul 1 et une défaite aucun. Cette seconde saison est remportée par le club de Bath. Pour l'édition 1989-90, le troisième titre est attribué aux Wasps. À la fin de la saison, seule la dernière équipe est reléguée en seconde division afin d'élargir la compétition à treize clubs pour la saison suivante[13]. C'est l'équipe des Bedford Blues qui est reléguée après avoir terminé la compétition à la dernière place en ayant perdu tous ses matchs.

L'équipe de Bath Rugby imprime sa domination sur l'épreuve en remportant consécutivement quatre titres de champion au cours des saisons suivantes. L'édition 1993-94 marque un nouveau changement dans le format de l'épreuve avec l'introduction de confrontations en matchs aller-retour[14]. L'élite est donc réduite à dix clubs pour ne pas trop surcharger le calendrier[15]. C'est pourquoi les quatre clubs des London Scottish, des Saracens, de West Hartlepool et des Rugby Lions sont relégués en deuxième division à la fin de la saison 1992-93. C'est lors de la saison 1994-95, remportée par les Leicester Tigers, que sont diffusées pour la première fois à la télévision des rencontres de la compétition. Le tout premier match est retransmis sur la chaîne Sky Sports le 10 septembre 1994 et il oppose Bath à Bristol[16]. Sky Sports devient dès lors un partenaire privilégié de la ligue puisque la chaîne continue de diffuser les matchs aujourd'hui. Le contrat d'exclusivité liant la chaîne et la compétition se termine en 2010[17].

La saison 1995-1996 est de nouveau remportée par Bath. Par contre, aucune équipe n'est reléguée en fin de saison suite à la décision de la fédération anglaise de revenir à douze équipes au sein de l'élite la saison suivante[18]. Cela permet au club de West Hartlepool de garder sa place en première division malgré une saison catastrophique avec 18 défaites en autant de matchs[Note 2]. Le système de relégation est lui aussi modifié en donnant à l'avant-dernière équipe du classement une chance de conserver sa place en première division lors de deux matchs de barrage contre l'équipe classée seconde de la division 2[14].

L'avènement du professionnalisme (1996-2000)[modifier | modifier le code]

Photo en pied de Phil Vickery
Phil Vickery qui a joué avec le Gloucester RFC dans le championnat entre 1996 et 2006.

Après le succès de la coupe du monde en Afrique du Sud, l'International Rugby Board prend la décision de professionnaliser le rugby à XV en 1995[19]. Cette décision est immédiatement suivie par la professionnalisation du sport en France[Note 3] et dans les nations de l'hémisphère sud[Note 4] ainsi que par la création de la Coupe d'Europe de rugby à XV. La fédération anglaise ayant été longtemps réticente à la professionnalisation de la discipline[20], le championnat ne devient professionnel qu'un an plus tard pour la saison 1996-1997. Les clubs de l'élite se regroupent alors au sein de l'association Premier Rugby Limited qui est destinée à gérer la ligue et à les représenter dans tous les dialogues avec d'autres organisations comme la Rugby Football Union ou l'ERC. Cette année-là, les Wasps terminent en tête du classement et deviennent la première équipe sacrée championne de l'ère professionnelle.

Ce changement de statut s'accompagne de l'arrivée d'un nouveau sponsor officiel pour la compétition lors de la saison suivante. La société Allied Dunbar, une des filiales financières du groupe Zurich Financial Services signe un contrat de trois ans avec la direction de la ligue et remplace la marque de bière John Courage[10],[21] : la compétition est renommée Allied Dunbar Premiership. Cette même année, pour la première fois dans l'histoire du rugby à XV, les bancs de pénalité destinés aux expulsions temporaires de 10 minutes sont introduits dans le règlement officiel[22]. Ils sont utilisés pour sanctionner les fautes volontaires et les mauvais comportements qui ne sont toutefois pas assez graves pour mériter une expulsion permanente du joueur. Cette nouvelle règle qui a pour but de rendre le jeu plus fluide et de limiter les conflits et bagarres entre joueurs s'avère un succès et est ensuite étendue par l'International Rugby Board aux compétitions internationales trois ans et demi plus tard[23]. Les cartons jaunes attribués aux joueurs pour officialiser ces expulsions temporaires sont introduits deux ans plus tard lors de la saison 1999-2000[14]. Pour leur retour au sein de l'élite en 1997-98, les Newcastle Falcons réalisent un exploit en terminant en tête de la compétition. Ils mettent ainsi fin au règne sans partage du trio Bath-Leicester-Wasps depuis la création de la compétition en 1987.

Au cours de l'été 1998, l'association des joueurs de rugby professionnels - Professional Rugby Players' Association (PRA) - est créée pour représenter et défendre les intérêts de tous les joueurs professionnels (des jeunes joueurs au sein des académies à ceux disputant les compétitions nationales et internationales)[24]. Pour l'édition 1998-1999, le championnat est étendu à quatorze équipes[25] pour combler les trous du calendrier consécutifs à la non-participation des clubs anglais (parmi lesquels Bath, le tenant du titre) à la coupe d'Europe en signe de protestation contre son organisation[26]. Trois équipes sont donc promues en début de saison pour atteindre ce format à quatorze. Il s'agit des Bedford Blues, de West Hartlepool et des London Scottish, ces derniers remplaçant le club de Bristol Rugby qui est relégué en Premiership 2. Les Leicester Tigers terminent en tête de la compétition et sont sacrés champions. Le club de West Hartlepool finit la compétition à la dernière place et est relégué en seconde division. Un accord ayant été trouvé avec les clubs anglais concernant l'organisation de la coupe d'Europe en cours de saison, la Rugby Football Union décide de revenir à un format de la compétition comptant douze clubs pour la saison 1999-2000[25]. Un appel au volontariat subventionné est donc lancé par la fédération anglaise pour déterminer les deux clubs qui accompagneront West Hartlepool en Premiership 2. Cette proposition est à l'origine de la fusion de la section professionnelle des London Scottish au sein des London Irish tandis que la section amateur est reléguée neuf divisions plus bas[25]. L'équipe de Richmond est la seconde à quitter l'élite en raison de la mise en redressement du club après qu'Ashley Levett, son principal partenaire financier, a décidé de se retirer[25]. Les Leicester Tigers réussissent le doublé en remportant un second titre consécutif lors de la saison 1999-2000.

Le premiership et les play-offs (depuis 2000)[modifier | modifier le code]

Logo rectangulaire de couleur bleu avec un ballon de rugby blanc
Le logo de la compétition pendant son partenariat avec la Zurich Bank entre 2000 et 2005.

Suite à un changement de sponsor le 26 juillet 2000, la compétition porte désormais le nom de Zurich Premiership du nom de la Banque de Zurich[27],[28]. Cette nouvelle dénomination n'est pas la seule nouveauté lors de la saison 2000-2001 puisque la fédération anglaise remanie le format de la compétition pour encourager le spectacle[29]. D'abord, le système d'attribution des points est modifié avec une victoire dorénavant à 4 points et un match nul à 2 points. À cela s'ajoute un système de points de bonus : une équipe gagne 1 point de bonus offensif si elle marque 4 essais ou plus, et 1 point de bonus défensif s'il elle perd par un écart de 7 points ou moins. En outre, la saison se termine pour la première fois sur une phase finale par élimination directe - les play-off - appelée Zurich Championship, dont la finale est disputée au stade de Twickenham à Londres. Les clubs classés aux huit premières places sont qualifiés pour les quarts de finale et les affrontements sont définis comme suit : le club classé premier affronte à domicile l'équipe classé huitième, le second reçoit le septième, le troisième reçoit le sixième et le quatrième reçoit le cinquième. Dans l'annonce initiale, le titre reste attribué à l'équipe en tête du classement à la fin de la phase régulière et le vainqueur de la finale obtient simplement le titre de vainqueur du Zurich Championship. Cependant, en plein milieu de la saison, alors que les Leicester Tigers sont très bien lancés pour remporter leur troisième titre consécutif, les instances dirigeantes de la ligue annonce que le titre sera remis au vainqueur de la phase finale et non à l'équipe terminant première de la phase régulière[30]. Cette annonce soudaine surprend tout le monde et provoque un tollé parmi les fans, ce qui pousse les dirigeants de la compétition à revenir sur leur décision. Finalement, les Leicester Tigers ne laissent pas place à la polémique à ce sujet puisqu'ils terminent premiers de la saison régulière et remportent également la Zurich Championship après avoir battu le club de Bath Rugby lors de la finale à Twickenham le 13 mai 2001[31]. Ils sont donc sacrés champions pour la troisième année consécutive.

Photo en pied de Lawrence Dallaglio
Lawrence Dallaglio vainqueur de la compétition en 2003, 2004, 2005, 2008 avec les London Wasps.

Le système d'attribution du titre n'est pas remis en cause la saison suivante et cela profite cette fois-ci aux Leicester Tigers|Tigers qui remportent leur quatrième titre consécutif, égalant ainsi le record de Bath. En effet, ils terminent en tête de la phase régulière mais échouent dès les quarts de finale des play-off. Ils sont battus à domicile par les Bristol Shoguns ce qui met un terme à leur invincibilité record de 57 victoires consécutives à Welford Road initiée le 30 décembre 1997[32]. Le Zurich Championship est remportée par Gloucester qui bat Bristol 28-23 lors de la finale à Twickenham le 9 juin 2002[33]. Cette même année, bien qu'ayant terminé à la dernière place du classement, le club des Leeds Tykes n'est pas relégué en National Division 1 après la décision de l'England Rugby Limited[Note 5] de refuser la promotion des Rotherham Titans car leur stade ne remplit par les critères imposés pour la participation à la première ligue[34]. Suite à de nombreuses critiques de la part des joueurs à propos de l'intérêt et du format de la phase finale[35], la direction de la ligue modifie de nouveau le format de la compétition pour la saison 2002-2003. Elle supprime le double trophée et met fin à la règle atypique d'attribution du titre : le champion est désormais le vainqueur de la phase finale. Celle-ci est par ailleurs fortement raccourcie puisqu'elle ne compte plus que deux matchs. Une demi-finale entre le second et le troisième de la phase régulière désigne l'équipe qui affronte l'équipe arrivée en tête lors de la finale à Twickenham. Bien que Gloucester ait terminé la phase régulière à la première place avec une confortable avance, le club perd la finale contre les London Wasps après être resté trois semaines sans compétition[36].

Les London Wasps remportent les deux titres suivants sans avoir terminé à la première place de la phase régulière. Ils réalisent le doublé en 2003-2004 contre Bath[37] et le triplé en 2004-2005 contre Leicester[38]. Le contrat liant la Banque de Zurich avec la compétition arrive à son terme en 2005 et un nouveau partenariat est signé avec la marque de bière Guinness en avril[39], le contrat débutant le 2 septembre 2005. La compétition change une nouvelle fois de nom et s'intitule désormais le Guinness Premiership. La seconde phase de la compétition est aussi réorganisée[40] selon un système connu sous le nom de Shaughnessy play-off déjà utilisé dans d'autres compétitions comme le Top 14 : les quatre premiers du classement participent à une phase finale en deux temps (demi-finales et finale). Le titre est remporté cette année-là par les Sale Sharks. En battant les Tigers 45-20 lors de la finale[41], ils deviennent la cinquième équipe à remporter le trophée.

Photo de profil d'Andy Goode portant le ballon coincé entre son bras et sa hanche
Andy Goode vainqueur de la compétition en 2001, 2002, 2007 avec les Leicester Tigers.

En raison de la coupe du monde de rugby, le calendrier du championnat est aménagé pour que la saison 2006-2007 se termine deux semaines plus tôt qu'à l'accoutumée. Ainsi l'équipe d'Angleterre bénéficie d'une préparation plus longue pour la défense de son titre acquis en 2003[42]. Leicester remporte son septième titre après avoir battu l'équipe de Gloucester en finale[43]. Sujet à controverse entre la fédération anglaise et la Premier Rugby Limited depuis la professionnalisation du sport, la mise à disposition par les clubs des internationaux anglais trouve une issue satisfaisante pour les deux parties avec la signature de l'accord Elite Player Squad (EPS) en 2007[44]. Cet accord stipule qu'en échange d'une compensation financière de la part de la fédération (110 millions de livres pour la période 2008-2016[44]), les clubs s'engagent à libérer les internationaux 13 ou 14 jours avant les rencontres du XV anglais. Cette décision apaise les esprits et permet aux deux institutions du rugby anglais de travailler de concert.

logo noir et blanc
Le logo de la compétition pendant son partenariat avec la marque de bière Guinness entre 2005 et 2010.

Le championnat 2007-2008 couronne une nouvelle fois les London Wasps lors de la finale contre les Leicester Tigers, remake de celle de la coupe d'Europe l'année précédente. Fin 2008, la direction de la ligue projette de réduire le plafond salarial (ou salary cap) pour faire face à la crise économique[45],[25]. Mais cette décision ne plaît pas aux clubs estimant qu'elle nuirait à leur compétitivité, en particulier vis-à-vis des clubs français[46], et finalement la décision prise le 15 janvier 2009 statue seulement le gel du plafond salarial pour deux ans[47]. Cependant, cette mesure est insuffisante et la Premier Rugby Limited prévoit d'augmenter le nombre des rencontres au cours d'une saison pour accroître ses revenus. Cela provoque un nouveau conflit avec la Fédération anglaise, cette dernière estimant que la mesure serait contraire à l'accord EPS qui régule la mise à disposition des internationaux pour l'équipe nationale[46]. La ligue anglaise s'engage alors à prendre une décision qui n'alourdirait pas le calendrier et propose pour cela de supprimer la coupe anglo-galloise[46]. Aucune décision officielle n'est prise à ce jour. Une autre affaire secoue la compétition lors de la saison : cinq joueurs de Bath dont le pilier international Matt Stevens sont suspendus entre huit et neuf mois pour avoir pris de la cocaïne. Trois d'entre eux sont également licenciés par le club anglais[48]. Les Leicester Tigers, remportent leur huitième titre lors de cette saison[49] mais manquent le doublé en s'inclinant en finale de la Coupe d'Europe face au Leinster.

Lors de la saison 2009-2010, les Tigers conservent leur titre en battant 33-27 les Saracens lors de la finale. Alors que les Londoniens mènent 27-26 à cinq minutes de la fin, Dan Hipkiss offre la victoire à ses coéquipiers en marquant un essai en fin de rencontre[50]. Les Worcester Warriors sont relégués en seconde division. Au cours de l'inter-saison, un nouveau sponsor est désigné pour parrainer la compétition. Le groupe d'assurance Aviva s'engage pour une période de quatre années en apportant un financement de 20 millions de livres[51]. La saison suivante se termine par une finale entre les deux mêmes clubs mais les Saracens prennent leur revanche en battant les Tigers sur le score de 22 à 18[52],[53]. C'est le premier titre des Sarries dans la compétition et cette victoire empêche les Tigers de réaliser le triplé après leurs victoires en 2009 et 2010. L'équipe de Leeds est quant à elle reléguée en seconde division et ce sont les Worcester Warriors qui retrouvent l'élite un an après leur relégation.

En 2011-2012, la saison commence sans les internationaux qui sont retenus à la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. À l'issue de la phase régulière, les Newcastle Falcons sont classés derniers et doivent être relégués en seconde division. Mais ils conservent finalement leur place dans l'élite puisque la Fédération anglaise juge que les stades des deux clubs disputant la finale d'accession au Premiership, les London Welsh et les Cornish Pirates, ne sont pas adaptés à la première division et ne les homologue pas. De fait, le vainqueur de la finale ne peut pas intégrer l'élite[54]. Pourtant, les London Welsh, vainqueurs RFU Championship, font appel de la décision de la RFU et obtiennent finalement gain de cause ainsi que leur ticket en première division[55]. Les Harlequins remportent leur premier titre de champions d'Angleterre en battant en finale les Leicester Tigers sur le score de 30 à 23[56]. La saison suivante voit les Leicester Tigers obtenir le dixième titre de leur histoire : en finale, ils battent sur le score de 37 à 17 les Northampton Saints qui terminent la rencontre à quatorze après l'expulsion de Dylan Hartley pour avoir proféré des injures envers l'arbitre[57]. Les London Welsh, qui ont écopé d'une pénalité de cinq points pour avoir aligné un joueur non éligible sur une feuille de match, terminent à la dernière place et sont relégués en seconde division après un court passage d'une saison dans l'élite.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès avant l'introduction des play-offs (1987-2000)[modifier | modifier le code]

Cette première partie de l'histoire de la compétition est dominée par l'équipe de Bath Rugby qui remporte six titres de champion dont quatre consécutifs. Le club termine dans le trio de tête à la fin de chaque saison exceptée lors des éditions 1987-88 et 1998-99. Viennent ensuite les Leicester Tigers, les Wasps et les Newcastle Falcons avec respectivement quatre, deux et une victoire du championnat.

Photo de la coupe qui est remise au vainqueur du championnat.
La coupe qui récompense le vainqueur du championnat.
Photo de Tim Rodber
Tim Rodber qui a joué avec les Northampton Saints dans le championnat entre 1990 et 2001.
Palmarès de la compétition jusqu'à l'instauration des phases finales
Année Champion Deuxième Troisième
1987-88 Leicester Tigers Wasps Harlequins
1988-89 Bath Rugby Gloucester RFC Wasps
1989-90 Wasps Gloucester RFC Bath Rugby
1990-91 Bath Rugby Wasps Harlequins
1991-92 Bath Rugby Orrell Northampton Saints
1992-93 Bath Rugby Wasps Leicester Tigers
1993-94 Bath Rugby Leicester Tigers Wasps
1994-95 Leicester Tigers Bath Rugby Wasps
1995-96 Bath Rugby Leicester Tigers Harlequins
1996-97 Wasps Bath Rugby Harlequins
1997-98 Newcastle Falcons Saracens Bath Rugby
1998-99 Leicester Tigers Northampton Saints Saracens
1999-00 Leicester Tigers Bath Rugby Gloucester RFC
On accède à l'article qui traite d'une édition particulière en cliquant sur le score.

Palmarès depuis 2001[modifier | modifier le code]

Depuis l'apparition des playoffs, la compétition est dominée par les Leicester Tigers et les London Wasps couronnés respectivement cinq et quatre fois. Le club de Gloucester finit la phase régulière en tête à trois reprises, mais échoue à chaque fois lors des phases finales. La seule année où il remporte la finale, le titre est décerné aux Tigers vainqueurs de la phase régulière.

Palmarès de la compétition depuis l'instauration des phases finales
Date Champion Score Finaliste Spectateurs 1er de la ligue
13 mai 2001 Leicester Tigers 20 – 10 Bath Rugby 33 500 Leicester Tigers[Note 6]
8 juin 2002 Gloucester RFC 28 – 23 Bristol Rugby 30 000 Leicester Tigers[Note 6]
31 mai 2003 London Wasps 39 – 3 Gloucester RFC 42 000 Gloucester RFC
29 mai 2004 London Wasps 10 – 6 Bath Rugby 59 500 Bath Rugby
14 mai 2005 London Wasps 39 – 14 Leicester Tigers 66 000 Leicester Tigers
27 mai 2006 Sale Sharks 45 – 20 Leicester Tigers 58 000 Sale Sharks
12 mai 2007 Leicester Tigers 34 – 16 Gloucester RFC 59 400 Gloucester RFC
31 mai 2008 London Wasps 26 – 16 Leicester Tigers 81 600 Gloucester RFC
17 mai 2009 Leicester Tigers 10 – 9 London Irish 81 601 Leicester Tigers
29 mai 2010 Leicester Tigers 33 – 27 Saracens 81 600 Leicester Tigers
28 mai 2011 Saracens 22 – 18 Leicester Tigers 80 016 Leicester Tigers
26 mai 2012 Harlequins 30 – 23 Leicester Tigers 81 779 Harlequins
25 mai 2013 Leicester Tigers 37 – 17 Northampton Saints 81 703 Saracens
31 mai 2014 Northampton Saints 24 – 20 (a. p.) Saracens 81 193 Saracens
On accède à l'article qui traite d'une édition particulière en cliquant sur le score.

Bilans[modifier | modifier le code]

Clubs[modifier | modifier le code]

En 27 éditions, seulement huit clubs ont été sacrés champions et le trio composé de Leicester, de Bath et des London Wasps totalise 22 des 26 titres. Bath Rugby (de 1991 à 1994) et Leicester (de 1999 à 2002) ont réussi le quadruplé. Les London Wasps ont fait le triplé entre 2003 et 2005.

Quatre équipes ont réussi le triste record de perdre tous leurs matchs au cours d'une saison : les Bedford Blues en 1989-1990, Liverpool St Helens en 1990-1991, West Hartlepool en 1995-1996 et les Rotherham Titans en 2003-2004.

Bilan par club : rang, clubs, nombre de titres, nombre de finales perdues, nombre de phases régulières gagnées, saisons de sacre et saisons de finale perdue. Les finales perdues ne sont comptabilisées que depuis leur introduction à la saison 2000-2001.
Rang
Club
Titres
Finales perdues
Phases régulières
Années de sacre
Années de finale perdue
1 Leicester Tigers 10 5 10 1988, 1995, 1999, 2000, 2001, 2002, 2007, 2009, 2010, 2013 2005, 2006, 2008, 2011, 2012
2 Bath Rugby 6 2 7 1989, 1991, 1992, 1993, 1994, 1996 2001, 2004
3 London Wasps 6 0 2 1990, 1997, 2003, 2004, 2005, 2008
4 Saracens 1 2 2 2011 2010, 2014
5 Northampton Saints 1 1 0 2014 2013
6 Newcastle Falcons 1 0 1 1998
- Sale Sharks 1 0 1 2006
- Harlequins 1 0 1 2012
9 Gloucester RFC 0 2 3 2003, 2007
- London Irish 0 1 0 2009
- Bristol Rugby 0 1 0 2002

Joueurs[modifier | modifier le code]

À l'image du palmarès de la compétition dominé par le trio Bath-Leicester-London Wasps, les joueurs les plus titrés sont ceux qui sont restés fidèles à ces trois équipes.

Portrait de face à mi-cuisses de Martin Johnson lors d’un entraînement.
Martin Johnson remporte cinq titres avec les Leicester Tigers au cours de sa carrière.
Joueurs les plus titrés : rang, nom du joueur, nombre de titres, clubs et saisons de sacre.
Rang
Nom
Titres
Clubs
Années de sacre
1 Graham Rowntree 7 Leicester Tigers 1988, 1995, 1999, 2000, 2001, 2002, 2007
2 Andy Robinson 6 Bath Rugby 1989, 1991, 1992, 1993, 1994, 1996
- Victor Ubogu 6 Bath Rugby 1989, 1991, 1992, 1993, 1994, 1996
- Martin Corry 6 Leicester Tigers 1999, 2000, 2001, 2002, 2007, 2009
- Ben Kay 6 Leicester Tigers 1999, 2000, 2001, 2002, 2007, 2009
- Geordan Murphy 6 Leicester Tigers 2000, 2001, 2002, 2007, 2009, 2010
7 Austin Healey 5 Leicester Tigers 1995, 1999, 2000, 2001, 2002
- Martin Johnson 5 Leicester Tigers 1995, 1999, 2000, 2001, 2002
- Darren Garforth 5 Leicester Tigers 1995, 1999, 2000, 2001, 2002
10 Stuart Barnes 4 Bath Rugby 1989, 1991, 1992, 1993
- Neil Back 4 Leicester Tigers 1999, 2000, 2001, 2002
- Lawrence Dallaglio 4 London Wasps 2003, 2004, 2005, 2008
- Mark van Gisbergen 4 London Wasps 2003, 2004, 2005, 2008
- Josh Lewsey 4 London Wasps 2003, 2004, 2005, 2008
- Fraser Waters 4 London Wasps 2003, 2004, 2005, 2008
- Joe Worsley 4 London Wasps 2003, 2004, 2005, 2008
- Simon Shaw 4 London Wasps 2003, 2004, 2005, 2008
18 Andy Goode 3 Leicester Tigers 2001, 2002, 2007
- Pat Howard 3 Leicester Tigers 1999, 2000, 2001

Depuis la création de la discipline, de nombreux trophées récompensent également les joueurs de la ligue chaque année. Ces distinctions qui couronnent les meilleurs joueurs et meilleurs espoirs de la compétition sont décernées par les instances dirigeantes, par les joueurs eux-mêmes, par les clubs, par les journalistes ou par les supporters. Parmi la multitude de récompenses distribuées, deux d'entre elles revêtent une grande importance en raison de la valeur de l'institution qui les délivre. Il s'agit du trophée du meilleur joueur de la saison - Premiership player of the season award - décerné par la Premier Rugby Limited au mois de mai lors d'une cérémonie officielle retransmise à la télévision et de celui du meilleur joueur de l'année - PRA player of the year award - attribué depuis 1999 par la Professional Rugby Players Association lors d'un dîner de gala[58]. Seuls trois joueurs ont réussi à obtenir les deux trophées : Mike Catt, Jason Robinson et Martin Corry, ces deux derniers les ayant reçus au cours de la même saison.

Photo en buste de Jonny Wilkinson
Jonny Wilkinson remporte le trophée du meilleur joueur de l'année décerné par la PRA en 2003.
Historique des deux trophées majeurs décernés aux joueurs de la compétition depuis la saison 1998-1999.
Année Premiership joueur de la saison PRA joueur de l'année[58]
Joueur Équipe Joueur Équipe
1999 Drapeau : Angleterre Martin Johnson[59] Leicester Tigers Drapeau : Angleterre Neil Back Leicester Tigers
2000 Drapeau : Angleterre Austin Healey[60] Leicester Tigers Drapeau : Nouvelle-Zélande Pat Lam Northampton Saints
2001 Drapeau : Australie Pat Howard[61] Leicester Tigers Drapeau : Angleterre Mike Catt Bath Rugby
2002 Drapeau : Angleterre Jason Robinson[62] Sale Sharks Drapeau : Angleterre Jason Robinson Sale Sharks
2003 Drapeau : Afrique du Sud Jake Boer[63] Gloucester RFC Drapeau : Angleterre Jonny Wilkinson Newcastle Falcons
2004 Drapeau : Angleterre Simon Shaw[64] London Wasps Drapeau : Nouvelle-Zélande Bruce Reihana Northampton Saints
2005 Drapeau : Angleterre Martin Corry[65] Leicester Tigers Drapeau : Angleterre Martin Corry Leicester Tigers
2006 Drapeau : Angleterre Mike Catt[66] London Irish Drapeau : Écosse Jason White Sale Sharks
2007 Drapeau : Italie Martin Castrogiovanni[67] Leicester Tigers Drapeau : Nouvelle-Zélande Glen Jackson Saracens
2008 Drapeau : Angleterre James Simpson-Daniel[68] Gloucester RFC Drapeau : Angleterre Riki Flutey London Wasps
2009 Drapeau : Angleterre Chris Robshaw[69] Harlequins Drapeau : Samoa Seilala Mapusua London Irish
2010 Drapeau : Angleterre Chris Ashton[70] Northampton Saints Drapeau : Afrique du Sud Schalk Brits[71] Saracens
2011 Drapeau : Angleterre Tom Wood[72] Northampton Saints Drapeau : Angleterre Thomas Waldrom[73] Leicester Tigers
2012 Drapeau : Angleterre Chris Robshaw[74] Harlequins Drapeau : Nouvelle-Zélande Nick Evans[75] Harlequins
2013 Drapeau : Angleterre Tom Youngs[76] Leicester Tigers Drapeau : Angleterre Christian Wade[77] London Wasps

Organisation du championnat[modifier | modifier le code]

Photo de l'intérieur d'un stade
Vue du stade de Twickenham lors du London Double Header du 2 septembre 2006. La tribune sud du stade était alors en réfection[78].

Le championnat se déroule en deux phases : une phase régulière avec un classement et une phase finale (ou play-off) par élimination directe sur deux tours pour déterminer le champion.

Phase régulière[modifier | modifier le code]

Pendant la phase régulière, chacune des douze équipes affronte deux fois tous ses adversaires en une série de rencontres aller-retour organisées en 22 journées. La distribution des points s'effectue de la manière suivante :

  • 4 points pour une victoire,
  • 2 points pour un match nul,
  • 1 point de bonus défensif si l'équipe perd par un écart de 7 points ou moins,
  • 1 point de bonus offensif si l'équipe marque au moins 4 essais.

À la fin de la phase régulière, les quatre premières équipes sont qualifiées pour la phase finale et la dernière du classement est reléguée en seconde division. En cas d'égalité de points, deux équipes sont départagées selon les règles de classement suivantes[79] :

  1. Nombre de victoires
  2. Différence de points
  3. Nombre de points marqués
  4. Points marqués dans les deux matchs entre les équipes concernées
  5. Nombre de victoires en excluant la 1re journée, puis la 2de journée, et ainsi de suite
Photo d'un joueur en train de réceptionner en l'air le ballon sur un lancé en touche
Justin Harrison et Bath en Coupe d'Europe.

Phase finale[modifier | modifier le code]

Au soir de la 22e journée, les quatre premières équipes du classement s'affrontent en demi-finales : le club classé premier reçoit celui classé quatrième et le second reçoit le troisième. Les deux vainqueurs se retrouvent pour se disputer le titre lors de la finale au stade de Twickenham à Londres.

Qualification pour les épreuves européennes[modifier | modifier le code]

Le classement final de la phase régulière permet de déterminer les clubs qui sont admis à participer à la Coupe d'Europe et au Challenge européen. Les cinq premiers sont toujours qualifiés pour la compétition européennes, les autres pour le challenge européen. L'Angleterre a par défaut six places qualificative pour la H-cup, la sixième étant donnée au vainqueur de la coupe anglo-galloise ou au sixième du championnat si la coupe est remportée par une franchise galloise. Selon les années, il est possible de trouver sept équipes anglaises en H-cup si l'une des deux compétition européennes est remportée par un club anglais[80]. Les six (ou cinq) équipes restantes, le promu inclus, sont admises à participer au Challenge européen.

Clubs de l'édition 2014-2015[modifier | modifier le code]

Liste des équipes de l'édition 2014-2015
Équipe Stade Capacité Ville, Comté
Bath Rugby The Recreation Ground 10 600 Bath, Somerset
Exeter Chiefs Sandy Park 10 094 Exeter, Devon
Gloucester RFC Kingsholm Stadium 16 500 Gloucester, Gloucestershire
Harlequins The Stoop 12 700 Twickenham, Middlesex, Grand Londres
Leicester Tigers Welford Road 24 000 Leicester, Leicestershire
London Irish Madejski Stadium 24 161 Reading, Berkshire
London Welsh Kassam Stadium 12 500 Oxford, Oxfordshire
Newcastle Falcons Kingston Park 10 200 Newcastle upon Tyne, Tyne and Wear
Northampton Saints Franklin's Gardens 13 600 Northampton, Northamptonshire
Sale Sharks Salford City Stadium 12 000 Salford, Grand Manchester
Saracens Allianz Park 10 000 Hendon, Middlesex, Grand Londres
Wasps Ricoh Arena 32 609 Coventry, West Midlands

Arbitrage[modifier | modifier le code]

Chaque rencontre de la compétition est orchestrée par un quatuor d'arbitres : un arbitre de champ, deux juges de touche et un arbitre suppléant. Ils sont choisis parmi les membres de l'unité des arbitres d'élite - Elite Referee Unit - par l'équipe de direction de l'arbitrage de la Rugby Football Union composée de Colin High, Ed Morrison et Brian Campsall[81]. L'unité des arbitres d'élite est composée de 14 arbitres de champ et de 20 juges de touche. Les arbitres de champ membres de cette section passent par tous les niveaux d'arbitrage (du niveau régional au niveau national) avant de devenir arbitre d'élite. Leur progression aux différents échelons est soumise à une série d'examens, leur prestation au cours des rencontres est évaluée par un arbitre assesseur et leur forme physique est contrôlée régulièrement. Les juges de touches sont soumis aux mêmes règles de promotion, mais certains d'entre eux sont d'anciens arbitres de champ de la section reconvertis.

Aspects financiers et popularité[modifier | modifier le code]

Organisation, ressources[modifier | modifier le code]

Logo sur fond bleu représentant un ballon de rugby
Logo de l'association Premier Rugby Limited.

Fondée en 1996 par les clubs professionnels, la Premier Rugby Limited est une association qui représente les douze clubs dans tous les dialogues avec d'autres organisations comme la Rugby Football Union ou l'ERC. Elle a pour objectif d'assurer la viabilité financière de la compétition tout en permettant le développement des clubs et l'attraction d'un public de plus en plus large. C'est elle qui négocie et signe les contrats de partenariat financier avec les sponsors et les médias. Chaque année, elle reverse une grande partie des profits de manière équitable entre les clubs (plus de deux millions de livres chacun[82]). Elle gère également le déroulement de la compétition au travers de l'England Rugby Limited, partenariat commercial avec la Fédération anglaise de rugby à XV.

Les revenus de la ligue proviennent de plusieurs sources : les contrats avec les partenaires, les droits de diffusion télévisuelle et les fonds reversés par l'ERC et la fédération anglaise. Outre le groupe d'assurance Aviva qui est le sponsor officiel de la compétition, en 2011 les autres partenaires de la ligue sont la marque de bière Guinness, Land Rover, QBE, MBNA, Gatorade, les hôtels Hilton, J.P. Morgan Asset Management, Gilbert, ESPN et le Sky Sports[83]. Au cours des premières années de l'ère professionnelle, les sommes obtenues par les contrats signés avec les sponsors sont à peu près équivalentes à celles provenant des droits télévisuels. À titre d'exemple, en 2000 Sky Sports paye 87,5 millions de livres pour les droits de retransmission sur cinq ans alors que les sponsors de l'époque (Allied Dunbar, Tetley's, Nike et BT Cellnet) engagent environ 45 millions de livres à la Premier Rugby Limited sur trois ans[84]. Mais ces dernières années, les droits de télédiffusion ont fortement augmenté[85], devenant la première source de revenus pour la compétition.

Cet envol des droits s'explique par la popularité grandissante de la compétition au cours de ces dernières années : le nombre moyen de spectateurs dans les stades a quasiment doublé entre la saison 1998-1999 et la saison 2004-2005[86]. Dès lors, la ligue crée des évènements autour de la compétition pour entretenir cet engouement du public. Depuis la saison 2004-2005, le championnat s'ouvre sur le London Double Header, une double confrontation de gala au stade de Twickenham mettant aux prises les quatre équipes londoniennes au cours de deux rencontres consécutives : les Harlequins, les London Irish, les London Wasps et les Saracens. Lors de la saison 2005-2006, les Leeds Tykes remplacent les Harlequins alors relégués en National Division 1.

Historique du London Double Header au stade de Twickenham depuis sa création en 2004-2005.
Date Rencontre 1 Rencontre 2 Spectateurs
Équipe 1 Score Équipe 2 Équipe 1 Score Équipe 2
4 septembre 2004 London Irish 18 – 12 Harlequins Saracens 13 – 11 London Wasps 51 000
3 septembre 2005 London Wasps 23 – 11 Saracens Leeds Tykes 11 – 27 London Irish 35 000
2 septembre 2006 London Irish 20 – 19 Harlequins Saracens 19 – 21 London Wasps 51 960
15 septembre 2007 Harlequins 35 – 27 London Irish London Wasps 19 – 29 Saracens 39 400
6 septembre 2008 London Irish 26 – 14 London Wasps Saracens 21 – 24 Harlequins 52 087
5 septembre 2009 Saracens 18 – 14 London Irish London Wasps 26 – 15 Harlequins 67 684
4 septembre 2010 London Irish 33 – 16 Saracens London Wasps 29 – 29 Harlequins 75 112
3 septembre 2011 London Irish 24 – 29 Harlequins Saracens 15 – 20 London Wasps 55 437
1er septembre 2012 London Wasps 40 – 42 Harlequins Saracens 40 – 3 London Irish 63 102
7 septembre 2013 London Irish 16 – 22 Saracens London Wasps 15 – 16 Harlequins 62 637

Sur la vague du succès du London Double Header, le club des Harlequins décide de faire un autre match de gala à Twickenham face aux Leicester Tigers le 27 décembre 2008. Cette initiative s'avère également un succès car la rencontre attire 50 000 spectateurs, ce qui devient le record en la matière pour un match de la phase régulière[87]. Tout cet engouement autour de la compétition profite aux clubs car lors de la saison 2006-2007, les mi-temps des matchs sont allongées de 5 minutes, passant des 10 minutes traditionnelles à 15 minutes. Ce changement est issu d'un choix économique pour permettre aux clubs de profiter de l'augmentation de l'affluence dans les stades en vendant plus de boissons[88].

Salary cap[modifier | modifier le code]

La présence d'un plafond salarial - salary cap - constitue une particularité du championnat dans le monde du rugby. Introduite en 1999[89], cette mesure, qui provient des sports majeurs américains, a pour but de limiter l'accumulation de gros salaires dans une seule équipe et donc de garantir une certaine équité. Depuis son entrée en vigueur dans la compétition, le niveau des équipes s'est homogénéisé et la ligue est devenue la compétition nationale la plus âprement disputée dans l'hémisphère nord[89],[90]. Bien que le palmarès récent de l'épreuve ne le laisse pas vraiment transparaître, les clubs de l'élite anglaise sont d'un niveau beaucoup plus homogène que celui du championnat de France où la domination de quatre/cinq équipes est favorisée par l'absence d'une telle règle. En effet, neuf des douze équipes (75 %) ont participé aux play-offs entre les saisons 2003-2004 et 2007-2008 alors que dans le même temps seuls 6 clubs français sur 14 (43 %) se sont partagés les places en demi-finale.

Toutefois, cette mesure ne possède pas que des avantages puisque la limitation des salaires rend les clubs anglais moins attractifs que leurs homologues français. Pour pallier ce problème, le montant du plafond est augmenté à plusieurs reprises passant de 2,25 millions de livres à 4 millions de livres[89],[91]. Mais la crise économique de 2008 force les instances dirigeantes à geler le plafond pendant deux ans[47]. Ce gel ajouté à la baisse de la livre par rapport à l'euro rend désormais les équipes du Top 14 beaucoup plus attractives. Cela provoque immanquablement l'amorce d'un exil des stars anglaises vers le championnat français. Andy Goode rejoint CA Brive en 2008 et est imité par son compatriote Riki Flutey en 2009[92]. De même, les avants des London Wasps, James Haskell et Tom Palmer, viennent jouer au Stade français Paris en 2009[92],[90]. Ces premiers départs inquiètent la fédération anglaise qui s'interroge sur l'impact que pourrait avoir un exil massif à la fois sur le championnat mais aussi sur l'équipe nationale[90],[93]. Toutefois, il ne s'agit pour l'instant que de quelques joueurs. En outre, la Ligue nationale de rugby annonce en avril 2009 plusieurs réformes du Top 14 dont l'une est l'apparition d'un salary cap à partir de la saison 2010-2011[94]. Ce changement pourrait rééquilibrer la balance entre les deux compétitions.

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Depuis la saison 1994-1995, Sky Sports retransmet certaines rencontres à la télévision (pas moins de 350 matchs entre 1994 et 2004[16] soit une moyenne de 35 par saison). En 2004, la chaîne conserve son monopole sur les droits de diffusion jusqu'en 2010 grâce à la signature d'un contrat avec la Premier Rugby Limited[17]. À partir de la saison 2010-2011, elle partagera la retransmission des matchs avec la chaîne irlandaise Setanta Sports[85], qui diffuse déjà la compétition en Australie. À cette occasion, le nombre de rencontres diffusées au cours de la saison passera de 33 à 69[85]. En France, bien que la compétition ne suscite pas autant d'intérêt que le Championnat d'Angleterre de football, des matchs de la ligue sont tout de même retransmis sur Sport+[95] et depuis la saison 2013/2014 sur Bein sport.

Lors des premières apparitions télévisées, les stades ne sont pas équipés pour recevoir les commentateurs, et ceux-ci sont juchés sur des plateformes temporaires montées sur des échafaudages[16]. Aujourd'hui, la chaîne a considérablement modernisé les retransmissions avec la présence de studios in situ et un minimum de 12 caméras dans chaque stade. Des experts de la discipline interviennent en tant que consultants pendant et après les rencontres, tel le quintuple vainqueur de l'épreuve Martin Johnson ou l'ancien sélectionneur du XV anglais vainqueur de la coupe du monde en 2003 Clive Woodward. La chaîne propose également l'émission hebdomadaire The Rugby Club le jeudi soir avec au programme les résumés et analyses des rencontres du précédent week-end agrémentés par des débats entre spécialistes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir le détail des rencontres de la saison 1987-1988.
  2. Voir le détail des résultats de la saison 1995-1996.
  3. La Ligue nationale de rugby est créée pour gérer le secteur professionnel du rugby français et l'élite est réduite à vingt clubs pour la saison 1995-1996.
  4. Les trois nations principales de l’hémisphère sud (Nouvelle-Zélande, Australie et Afrique du Sud) se regroupent et forment SANZAR qui est chargé de vendre les droits de diffusion télévisuelle du Super 12 et du Tri-nations.
  5. L'England Rugby Limited est un partenariat commercial entre la Fédération anglaise et la Premier Rugby Limited créé pour gérer l'élite du rugby professionnel en Angleterre.
  6. a et b Lors de ces deux saisons, le titre est attribué au club terminant en tête de la phase régulière alors que le gagnant de la finale est déclaré vainqueur de la Zurich Championship.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Big Brians, « The origins of Rugby », sur www.angelfire.com (consulté le 10 février 2009)
  2. (en) Nigel Trueman, « Historical Rugby Milestones 1820s », sur www.rugbyfootballhistory.com (consulté le 10 février 2009)
  3. (en) Peter Shortell, « Did he or didn't he? », sur www.pshortell.demon.co.uk,‎ 1er décembre 2006 (consulté le 16 mars 2009)
  4. a et b (en) Nigel Trueman, « Historical Rugby Milestones 1860s », sur www.rugbyfootballhistory.com (consulté le 10 février 2009)
  5. (en) Nigel Trueman, « Historical Rugby Milestones 1870s », sur www.rugbyfootballhistory.com (consulté le 10 février 2009)
  6. (en) Camilla Obel, Unions, Leagues and Franchises: The Social Organisation of Rugby Union in New Zealand, University of Canterbury (thèse de doctorat en Sociologie), Canterbury, 2001, 303 p. lien web
  7. (en) « Club History page 1 of 2 », sur www.gosforth-rfc.co.uk (consulté le 10 février 2009)
  8. (en) Nigel Trueman, « Historical Rugby Milestones 1980s », sur www.rugbyfootballhistory.com (consulté le 11 février 2009)
  9. (en) Nigel Trueman, « English League and Premiership », sur www.rugbyfootballhistory.com (consulté le 11 février 2009)
  10. a et b (en) Chris Hewett, « Rich get richer in rugby's new deal », sur www.independent.co.uk, The Independent,‎ 18 avril 1997 (consulté le 10 mars 2010)
  11. a et b (en) « Courage Clubs Championship - 1987/1988 », sur www.moseleyrugby.co.uk, Moseley RFC (consulté le 11 février 2009)
  12. (en) « Courage League - Final League Tables – 1988/89 », sur www.moseleyrugby.co.uk, Moseley RFC (consulté le 11 février 2009)
  13. (en) « Courage Leagues - Final League Tables – 1989/90 », sur www.moseleyrugby.co.uk, Moseley RFC (consulté le 11 février 2009)
  14. a, b et c (en) « Premiership History », sur www.premiershiprugby.com (consulté le 9 août 2012)
  15. (en) Chris Hewett, « RFU cites congestion for promotion change », sur www.independent.co.uk, The Independent,‎ 23 décembre 1996 (consulté le 21 avril 2010)
  16. a, b et c (en) « Ten years of live Rugby Union coverage on Sky Sports », sur www.guinnesspremiership.com,‎ 25 août 2004 (consulté le 18 février 2009)
  17. a et b (en) « RFU signs new five-year TV deal », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 12 octobre 2004 (consulté le 19 février 2009)
  18. (en) « Courage National Leagues - Final Tables – 1995/96 », sur www.moseleyrugby.co.uk, Moseley RFC (consulté le 11 février 2009)
  19. (en) « Rugby professionalism timeline », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 31 mai 2005 (consulté le 18 février 2009)
  20. (en) P. Williams, « Battle Lines on Three Fronts: The RFU and the Lost War Against Professionalism », The International Journal of the History of Sport, vol. 19, no 4,‎ 1er décembre 2002, p. 114-136 (ISSN 0952-3367)
  21. (en) « Zurich to end sponsorship deal », sur www.guinnesspremiership.com,‎ 22 octobre 2004 (consulté le 2 février 2009)
  22. (en) Jonathan Davies, « Rugby Union: A chance to make winners out of sinners », sur www.independent.co.uk, The Independent,‎ 17 août 1997 (consulté le 10 mars 2010)
  23. (en) « Sin bin for Six Nations », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 21 janvier 2000 (consulté le 2 février 2009)
  24. (en) « The PRA - About us », sur www.prarugby.com (consulté le 22 février 2009)
  25. a, b, c, d et e (en) Neil Reynolds, « Rugby must tackle the credit crunch », sur www.independent.co.uk, The Independent,‎ 24 octobre 2008 (consulté le 2 février 2009)
  26. (en) Paul Rees, « Big boys plan for more lucrative Heineken Cup », sur www.guardian.co.uk, The Guardian,‎ 30 mars 2006 (consulté le 2 février 2009)
  27. (en) « New sponsors for Premiership », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 26 juillet 2000 (consulté le 13 février 2009)
  28. (en) « Zurich announce sponsorship for English premiership », sur www.espnscrum.com, ESPN,‎ 26 juillet 2000 (consulté le 2 février 2009)
  29. (en) « Rugby's big spenders face boot », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 2000 (consulté le 13 février 2009)
  30. (en) « Leicester livid as seasons spoils are left up for grabs », sur www.independent.co.uk, The Independent,‎ 10 février 2001 (consulté le 13 février 2009)
  31. (en) Robert Kitson, « Relentless Tigers remain on course for trophy treble », sur www.guardian.co.uk, The Guardian,‎ 14 mai 2001 (consulté le 1er février 2009)
  32. (en) Duncan Bech, « Leicester Tigers 13 Bristol Shoguns 27 », sur www.sportinglife.com, PA Sport,‎ 2002 (consulté le 31 janvier 2009)
  33. (en) Luke Broadley, « Gloucester 28 V 23 Bristol Shoguns », sur www.gloucesterrugby.co.uk, Gloucester RFC,‎ 2002 (consulté le 31 janvier 2009)
  34. (en) Jonathon Moore, « Rotherham denied promotion », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 2002 (consulté le 30 janvier 2009)
  35. (en) « Catt calls for end to play-offs », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 3 mai 2002 (consulté le 17 février 2009)
  36. (en) « Wasps clinch Zurich Premiership title », sur www.guinnesspremiership.com,‎ 2003 (consulté le 29 janvier 2009)
  37. (en) « Wasps nail down the Premiership », sur www.guinnesspremiership.com,‎ 2004 (consulté le 29 janvier 2009)
  38. (en) « Wasps seal an historic hat-trick », sur www.guinnesspremiership.com,‎ 2005 (consulté le 29 janvier 2009)
  39. (en) « Guinness to sponsor Premiership », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 5 avril 2005 (consulté le 21 janvier 2009)
  40. (en) « Optimism abounds for stout hearts », sur www.guardian.co.uk, The Guardian,‎ 28 août 2005 (consulté le 13 février 2009)
  41. (en) « Sale Sharks crowned Guiness premiership champions », sur www.guinnesspremiership.com,‎ 2006 (consulté le 29 janvier 2009)
  42. (en) « Fixtures and Results 2005-2006 », sur www.guinnesspremiership.com,‎ 2006 (consulté le 23 janvier 2009)
  43. (en) « Leicester Tigers lift Guinness Premiership title », sur www.guinnesspremiership.com,‎ 2007 (consulté le 15 février 2009)
  44. a et b (en) « Clubs agree truce with Twickenham », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 15 novembre 2007 (consulté le 17 février 2009)
  45. Jean-François Paturaud, « Angleterre: baisse du salary cap? », sur www.rugby365.fr, Sporever,‎ 17 décembre 2008 (consulté le 15 février 2009)
  46. a, b et c « Rugby - ANG - La fédération inquiète », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 15 janvier 2009 (consulté le 15 février 2009)
  47. a et b (en) « Rugby: England freezes salary cap », sur www.nzherald.co.nz, The New Zealand Herald,‎ 15 janvier 2009 (consulté le 15 février 2009)
  48. Bertrand Lagacherie, « Perfide Albion », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 4 septembre 2009 (consulté le 31 octobre 2009)
  49. (en) Bryn Palmer, « Leicester 10-9 London Irish », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 16 mai 2009 (consulté le 17 mai 2009)
  50. (en) James Standley, « Leicester 33-27 Saracens », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 29 mai 2010 (consulté le 30 mai 2010)
  51. (en) « Aviva land Premiership deal », sur www.skysports.com, Sky Sports,‎ 7 juillet 2010 (consulté le 9 juillet 2010)
  52. (en) Paul Rees, « Nerveless Owen Farrell kicks Saracens to first Premiership title », sur www.guardian.co.uk, The Guardian,‎ 28 mai 2011 (consulté le 9 juillet 2011)
  53. (en) « Leicester 18-22 Saracens », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 28 mai 2011 (consulté le 9 juillet 2011)
  54. « Newcastle sauvé », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 23 mai 2012 (consulté le 24 mai 2012)
  55. (en) « London Welsh promoted on appeal », sur www.espnscrum.com, ESPN,‎ 29 juin 2012 (consulté le 1er juillet 2012)
  56. « Les Harlequins champions », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 26 mai 2012 (consulté le 26 mai 2012)
  57. (en) Paul Rees, « Leicester win Premiership final as Northampton's Dylan Hartley sees red », sur www.guardian.co.uk, The Guardian,‎ 25 mai 2013 (consulté le 28 mai 2013)
  58. a et b (en) « PRA Annual Rugby Players’ Awards », sur www.prarugby.com (consulté le 22 février 2009)
  59. (en) « Rugby Union: Leicester's Johnson is player of season », sur www.independent.co.uk, The Independent,‎ 20 mai 1999 (consulté le 22 février 2009)
  60. (en) Andrew Baldock, « Premier award for Tiger Healey », sur www.independent.co.uk, The Independent,‎ 25 mai 2000 (consulté le 22 février 2009)
  61. (en) « Howard claims top prize », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 15 mai 2001 (consulté le 22 février 2009)
  62. (en) « Robinson scoops Zurich award », sur www.guinnesspremiership.com,‎ 21 mai 2002 (consulté le 22 février 2009)
  63. (en) « Boer named as Premiership Player of the Season », sur www.guinnesspremiership.com,‎ 22 mai 2003 (consulté le 22 février 2009)
  64. (en) « Shaw scoops Zurich Player of Season award », sur www.guinnesspremiership.com,‎ 24 mai 2004 (consulté le 22 février 2009)
  65. (en) « Corry scoops top Zurich Premiership award », sur www.guinnesspremiership.com,‎ 5 mai 2005 (consulté le 22 février 2009)
  66. (en) « Top Catt: Mike Catt Voted Guinness Premiership Player of the Season », sur www.guinnesspremiership.com,‎ 24 mai 2006 (consulté le 22 février 2009)
  67. (en) « Castrogiovanni wins player award », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 10 mai 2007 (consulté le 22 février 2009)
  68. (en) Charlie Caroe, « James Simpson-Daniel wins Guinness Premiership player of the season award », sur www.telegraph.co.uk, The Daily Telegraph,‎ 29 mai 2008 (consulté le 22 février 2009)
  69. (en) « Robshaw lands Premiership award », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 5 mai 2009 (consulté le 11 juin 2009)
  70. (en) Alex Lowe, « Ashton named Guinness Premiership player of the season », sur www.independent.co.uk, The Independent,‎ 19 mai 2010 (consulté le 21 mai 2010)
  71. (en) « Saracens' Schalk Brits is players' player of the year », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 26 mai 2010 (consulté le 5 juin 2011)
  72. (en) Mick Cleary, « Northampton Saints lock Tom Wood crowned Aviva Premiership Player of the Season », sur www.telegraph.co.uk, The Daily Telegraph,‎ 10 mai 2011 (consulté le 5 juin 2011)
  73. (en) « Leicester Tiger Thomas Waldrom wins Rugby Players' award », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 26 mai 2011 (consulté le 10 juillet 2011)
  74. (en) « Harlequins' Chris Robshaw named Premiership player of the year », sur www.bbc.co.uk, BBC,‎ 8 mai 2012 (consulté le 7 juillet 2012)
  75. (en) « Nick Evans scoops top RPA honour », sur www.espnscrum.com, ESPN,‎ 23 mai 2012 (consulté le 7 juillet 2012)
  76. (en) « Leicester and England hooker Tom Youngs named Player of the Season at the Aviva Premiership awards », sur www.telegraph.co.uk, The Daily Telegraph,‎ 9 mai 2013 (consulté le 18 juillet 2013)
  77. (en) Alex Spink, « The Gareth Bale of rugby: Christian Wade voted Player AND Young Player of the Year by fellow pros », sur www.mirror.co.uk, The Daily Mirror,‎ 22 mai 2013 (consulté le 18 juillet 2013)
  78. (en) « May 2006 Twickenham South Stand Images », sur www.rfu.com, Rugby Football Union,‎ 2006 (consulté le 15 février 2009)
  79. (en) « Table - Guinness Premiership », sur www.guinnesspremiership.com, Guinness Premiership,‎ 2007 (consulté le 16 février 2009)
  80. « Règles et règlements », sur www.ercrugby.com, ERC,‎ 2008 (consulté le 16 février 2009)
  81. (en) « Referees », sur www.guinnesspremiership.com (consulté le 15 février 2009)
  82. (en) « Premier Rugby », sur www.guinnesspremiership.com (consulté le 17 février 2009)
  83. (en) « Partners », sur www.guinnesspremiership.com (consulté le 9 juillet 2011)
  84. (en) « Allied Dunbar expected to extend sponsorship deal », sur www.espnscrum.com, ESPN,‎ 21 juillet 2000 (consulté le 19 février 2009)
  85. a, b et c AFP, « Les droits du rugby anglais pro s'envolent », sur teleobs.nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur (consulté le 19 février 2009)
  86. (en) « Attendances », sur www.guinnesspremiership.com (consulté le 19 février 2009)
  87. (en) « Monye excited by Leicester match », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 23 décembre 2008 (consulté le 20 février 2009)
  88. (en) « Premiership to extend half-time », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 2006 (consulté le 23 janvier 2009)
  89. a, b et c (en) « Premiership salary cap rises », sur www.rugby365.com, Sporever,‎ 4 janvier 2008 (consulté le 20 février 2009)
  90. a, b et c AFP, « Rugby - Transferts - Haskell et Palmer à Paris », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 17 février 2009 (consulté le 20 février 2009)
  91. (en) « Premiership salary cap rises », sur www.planetrugby.com,‎ 4 janvier 2008 (consulté le 20 février 2009)
  92. a et b (en) « Wasps duo buzz off to France », sur www.planetrugby.com,‎ 17 février 2009 (consulté le 20 février 2009)
  93. (en) « Andrew sends out a stark warning », sur www.planetrugby.com,‎ 19 février 2009 (consulté le 20 février 2009)
  94. « Rugby - LNR - Le Top 14 lance sa révolution », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 2 avril 2009 (consulté le 14 avril 2009)
  95. « Championnat d'Angleterre », sur sportplus.canalplus.fr, Sport+ (consulté le 19 février 2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 16 mars 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.