Championnat d'Angleterre de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Barclays Premier League

Logo Championnat d'Angleterre de football
Généralités
Création 1888-1992 (First Division)
depuis le 20 février 1992 (Premier League)
Organisateur(s) The F.A. Premier League
Catégorie Division 1
Lieu Drapeau de l'Angleterre Angleterre

Drapeau du Pays de Galles Pays de Galles

Participants 20
Statut des participants Professionnel
Site web officiel
Hiérarchie
Hiérarchie Division 1
Niveau inférieur Football League Championship
Palmarès
Tenant du titre Manchester City
(2013-2014)
Plus titré(s) Manchester United (20)
Meilleur(s) buteur(s) FL : Drapeau : Angleterre Jimmy Greaves (357)
PL : Drapeau : Angleterre Alan Shearer (260)
Meilleur(s) passeur(s)
PL : Drapeau : Pays de Galles Ryan Giggs (-)[1]
Plus d'apparitions FL : Drapeau : Angleterre Peter Shilton (848)
PL : Drapeau : Pays de Galles Ryan Giggs (632)
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la compétition en cours voir :
Championnat d'Angleterre de football 2014-2015

Le Championnat d'Angleterre de football est une compétition sportive située au sommet de la hiérarchie du football en Angleterre. Lancée en 1888 par la The Football Association sous le nom de Football League, la compétition laisse place en 1992 à la Premier League, dont le nom officiel est Barclays Premier League depuis 2004.

La compétition se déroule annuellement, du mois d'août au mois de mai suivant, sous forme d'un championnat mettant aux prises vingt clubs professionnels, actionnaires de la Premier League, qui disputent chacun 38 matchs. À la fin de la saison, le premier est sacré champion, les suivants sont qualifiés pour les compétitions européennes organisées par l'UEFA tandis que les trois équipes totalisant le plus faible nombre de points sont reléguées en Football League, devenu l'échelon inférieur.

Ce championnat est l'un des plus prestigieux au monde et le plus populaire en termes de téléspectateurs, estimés à plus d'un milliard en 2007. Il est réputé pour être l'un des plus exigeants physiquement pour les joueurs, en raison du calendrier dense, malgré le passage du championnat de 22 à 20 clubs en 1995, et de l'engagement traditionnel du football britannique. La Premier League se place par ailleurs au premier rang européen des championnats au coefficient UEFA de 2008 à 2012, après l'avoir déjà été de 1968 à 1975 et en 1985.

Depuis 1888, 23 clubs ont remporté le championnat : les plus titrés sont Manchester United (20 titres, sept de Football League et treize de Premier League), Liverpool (18, tous de Football League) et Arsenal (13, dix de Football League et trois de Premier League). Trois autres clubs ont remporté la Premier League depuis 1992 : Chelsea (trois fois), Blackburn Rovers et Manchester City.

Repères historiques[modifier | modifier le code]

La Football League (1888-1992)[modifier | modifier le code]

William McGregor, à l'origine de la fondation de la Football League

The Football Association, la Fédération anglaise de football, est fondée en 1863. Elle édicte les premières lois du jeu du football, qui permettent le développement de ce sport en Angleterre. En 1871, la Fédération regroupe une cinquantaine de clubs, dont quinze s'affrontent lors de la première édition de la Coupe d'Angleterre de football. Le Wanderers Football Club remporte le premier trophée en battant Royal Engineers AFC en finale le 16 mars 1872 à Londres. En 1881, elle compte 128 clubs affiliés et voit l'émergence d'autres associations nationales sur le territoire britannique, notamment la Fédération d'Écosse de football avec laquelle le premier match international officiel en 1872 à Glasgow.

Alors qu'initialement la FA souhaite que les clubs sous son aile et les joueurs qui les composent demeurent totalement amateurs, elle accepte de légaliser le professionnalisme le 20 juillet 1885 après quatre années de débat, afin de mettre fin aux pratiques illégales de nombreux clubs qui rémunèrent leurs joueurs afin d'améliorer la compétitivité de leurs équipes et obtenir de meilleurs résultats dans les compétitions régionales et nationales[Note 1]. Mais le football coûte cher et les sources de revenus sont incertaines pour les clubs, qui dépendent essentiellement du mécénat, des matches amicaux qu'ils parviennent à organiser et des parcours dans des compétitions à élimination directe.

Le directeur du club d'Aston Villa, William McGregor, a une influence décisive sur la mise en place d'un championnat en voulant mettre de l'ordre dans le chaos de l'époque. Le 2 mars 1888, il écrit à ses dirigeants et à ceux de Blackburn Rovers, Bolton Wanderers, Preston North End, Stoke FC et West Bromwich Albion pour proposer la mise en place d'un championnat annuel entre ces équipes. La création d'un championnat professionnel permettrait aux clubs de sécuriser leurs revenus, grâce à un nombre de matchs garantis ; cette forme de compétition est inédite. Le 23 mars, une réunion se tient à Londres, la veille de la finale de la FA Cup. La Football League est fondée officiellement le 17 avril à la suite d'une nouvelle réunion à Manchester.

L'équipe de Preston en 1889, premier vainqueur du championnat.

Le 8 septembre 1888, la première édition du championnat est lancée sous l'égide de la Fédération anglais, avec douze clubs basés dans les Midlands et le nord du pays : Accrington, Aston Villa, Blackburn Rovers, Bolton Wanderers, Burnley, Derby County, Everton, Notts County, Preston North End, Stoke FC, West Bromwich Albion et Wolverhampton Wanderers. Chaque équipe s'affronte deux fois, à domicile et à l'extérieur. Deux points récompensent chaque victoire, un point les matchs nuls. Preston remporte la compétition sans perdre un seul match, réalise le premier doublé de l'histoire en enlevant également la FA Cup 1889, et conserve son titre en 1890. L'équipe hérite alors du surnom d’Invicibles. En 1890 Stoke laisse sa place à Sunderland, qui remporte le titre en 1892, 1893 et 1895. Aston Villa deviendra à son tour l'équipe dominante en remportant cinq trophées entre 1894 et 1900.

Finale de FA Cup 1909 entre Bristol City et Manchester United, deux équipes de First Division.

En 1892, la Football League absorbe la Football Alliance concurrente (qui compte notamment dans ses rangs Nottingham Forest, The Wednesday et Newton Heath, futur Manchester United), mettant ainsi en place un championnat à deux niveaux. L'élite, devenue First Division, passe à quatorze clubs en 1891, puis seize la saison suivante. Un système de promotion et relégation automatique des deux équipes de bas de classement est mis en place en 1898, après que des matchs de barrage ont été truqués par Stoke et Burnley pour se maintenir dans l'élite. Les deux niveaux comptent à cette date 18 équipes, puis 20 à partir de 1905.

Les équipes 1900 voient la domination des clubs du nord du pays : Liverpool, Sunderland, The Wednesday, Newcastle United, Manchester United et Blackburn Rovers remportant chacun deux titres avant l'interruption due à la Première Guerre mondiale. À cette époque les clubs du sud sont rares dans l'élite : Chelsea et Clapton Orient n'y font leur début qu'en 1905, Fulham en 1907, Tottenham Hotspur en 1908.

Le stade de Chelsea, Stamford Bridge, ca. 1914

Au cours de la saison 1919-1920, qui marque le retour des compétitions avec quatre ans d'interruption, les deux premières divisions professionnelles sont composées de 22 équipes. Les dirigeants de la F.A. créent en 1920 une troisième division, la Third Division, à partir des clubs venus de la Southern Football League. L'année suivante, une Third Division North est lancée à son tour. Le championnat connaît dès lors une certaine stabilité. En 1925, la règle du hors-jeu est revue, le nombre de joueurs adverses minimum entre le ballon et la ligne de but passant de trois à deux, afin d'augmenter le nombre de buts inscrits. En 1939, les numéros font leur apparition sur les maillots.

Huddersfield Town est le premier club à remporter le championnat trois années d'affilée, de 1923 à 1926. Après avoir été le premier club du sud du pays à remporter le championnat en 1931, les Londoniens d'Arsenal réitèrent l'exploit d'Huddersfield entre 1933 et 1935, avant de remporter en 1938 un cinquième titre en huit saisons. En 1937, Manchester City est le quatorzième et dernier club à inscrire son nom au palmarès avant l'interruption due à la Seconde Guerre mondiale, qui dure sept années.

Portsmouth remporte ses premiers titres dans l'immédiat après-guerre, en 1949 et 1950. Le championnat se renouvelle et de nouveaux clubs inscrivent pour la première fois leur nom au palmarès : Tottenham Hotspur en 1951 et 1961, Wolverhampton Wanderers (membre fondateur de la compétition) en 1954, 1958 et 1959, Chelsea en 1955, Ipswich Town en 1962, Leeds United en 1969… Tottenham Hotspur est le premier club du XXe siècle à réaliser le doublé coupe-championnat en 1961, l'année après que les Wolves ont manqué l'exploit d'un point en championnat.

En 1950, les Third Divisions passent à 24 clubs, amenant le nombre total d'équipes en championnat à 92. En 1958 il est décidé de réorganiser et régionaliser le bas de de l'échelle : la troisième division est unifiée et une quatrième division est créée. L'usage des ballons blanc est introduit en 1951, et le premier match éclairé se tient en 1956 entre Portsmouth et Newcastle United, ouvrant la possibilité d'organiser des matchs le soir. En 1965, les remplacements (un par équipe et par match) sont autorisés, d'abord pour les joueurs blessés, puis librement l'année suivante.

Tribunes d'un Liverpool-Leeds en 1974.

La Football League Cup, nouvelle compétition à élimination directe ouverte aux membres de la Ligue, est lancée en 1960, engendrant une nouvelle source de revenus pour les clubs. Aston Villa remporte la première édition, et malgré le manque d'enthousiasme des principaux clubs du pays, la compétition prend progressivement son importance dans le football anglais. Deux clubs remportent leur premier titre de champion dans les années 1970, les membres fondateurs Derby County (en 1972 et 1975) et Nottingham Forest (en 1978), deux clubs entraînés par le duo Brian Clough-Peter Taylor. Nottingham Forest est le dernier club en date à avoir remporté son premier titre de champion d'Angleterre. À cette époque, le football anglais écrase les compétitions européennes : quelques années après la première victoire anglaise en Coupe des clubs champions européens par le Manchester United de Matt Busby en 1968, Liverpool, Nottingham Forest et Aston Villa se partagent les six éditions de la plus prestigieuse des coupes européennes entre 1977 et 1982.

Match Sunderland-Arsenal en 1976, diffusé sur la BBC.

À partir de la saison 1976, le départage des clubs au classement est réalisé non plus à la moyenne de buts (le goal average) mais à la différence de buts, afin de donner la prime aux équipes les plus offensives. La règle ne sera appliquée pour déterminer le champion qu'en 1989, à l'issue d'une victoire dramatique d'Arsenal sur le terrain de Liverpool, son dauphin, lors de la dernière journée. Dans le même objectif, il est décidé en 1981 de donner trois points pour la victoire et non plus deux. Les matchs de barrages pour les promotions sont réintroduits en 1987 afin d'augmenter l'intérêt des fins de saison dans les divisions inférieures.

Après une période de grand succès de ses clubs en Europe dans les années 1970 et au début de la décennie suivante, la fin des années 1980 marque un point bas dans l'histoire du football anglais. Les stades sont vétustes, les installations pour les supporters sont très sommaires, le hooliganisme se développe et surtout le drame du Heysel en 1985 conduit au bannissement des clubs anglais de toute compétition européenne pour cinq ans[2]. La Football League First Division, qui rassemble les meilleures équipes du pays depuis 1888, est largement distancée par les championnats italien (Serie A) et espagnol (La Liga) en termes d'affluences comme de chiffres d'affaires, ce qui conduit au départ d'un certain nombre des meilleurs joueurs britanniques[3].

Le début des années 1990 voit le football anglais rebondir. L'équipe nationale atteint les demi-finales de la Coupe du monde 1990 en Italie, et l'UEFA autorise le retour des clubs anglais dans les compétitions européennes. Manchester United remporte la Coupe des coupes dès 1991, face au FC Barcelone. À la suite de la publication en janvier 1990 du rapport Taylor, commandé par le gouvernement britannique après un nouveau drame dans un stade anglais (connu comme la tragédie de Hillsborough), les stades anglais sont modernisés et équipées de places assises uniquement[4]. Le développement des droits télévisés est important : de 6,3 millions de livres pour deux ans en 1986, l'accord signé par la Football League passe à 44 millions sur les quatre saisons suivantes. Les négociations de 1988 marque les premiers signes de rupture des clubs avec l'organisateur du championnat : dix d'entre menacent de former une super league pour obtenir plus, avant d'être finalement convaincus de rester[5]. Les sommes d'argent en jeu ont pris depuis une décennie une importance grandissante : le premier transfert de joueur dépassant le million de livres est signé en février 1979 pour le départ de Trevor Francis de Birmingham City à Nottingham Forest. En juillet 1988, le seuil des deux millions est atteint pour le passage de Tony Cottee de West Ham à Everton. Trois ans plus tard, Dean Saunders est transféré pour presque trois millions à Liverpool. La barre est atteinte l'été suivant avec le recrutement du buteur Alan Shearer par Blackburn Rovers, financé par le riche industriel Jack Walker (en).

Comme dans la plupart des grands championnats européens, aucun club anglais n'a pu maintenir une présence ininterrompue dans l'élite depuis 1888. Sur les 104 éditions de Football League, Everton reste le tenant du record avec cent saisons à son actif.

La Premier League (depuis 1992)[modifier | modifier le code]

Premier logo de la Premier League.

À la fin de la saison 1990-1991, un projet de création d'un nouveau championnat est envisagé par les clubs de l'élite pour augmenter leurs revenus, dopés par ailleurs par l'augmentation des affluences, officiellement pour lutter au niveau européen. Le 17 juillet, un accord est signé entre les meilleurs clubs du championnat pour jeter les bases de la FA Premier League, indépendante des Football Association et Football League, ayant la capacité de négocier ses propres droits télévisés et contrats de sponsoring[3].

En 1992, les clubs de First Division démissionnent collectivement et le 27 mai 1992 la FA Premier League est créée en tant que société en commandite par actions (private limited company by shares)[3]. La Football League, vieille de 104 ans, est réduite de quatre à trois niveaux, et chapeautée de fait par la Premier League, qui ne compte qu'une seule et unique division. Il n'y a pas de changement sur le format de la compétition, le nombres d'équipes et le système de promotion/relégation restant à l'identique[5]. La première édition de la PL se tient pour la saison 1992–1993 avec 22 clubs[Note 2]. Le premier but de cette première édition est inscrit par Brian Deane de Sheffield United FC.

Scène de Merseyside derby entre Liverpool et Everton, en 2006.

Le nombre de participants à la Premier League à 20 en 1995, du fait notamment de l'insistance de la Fédération internationale de football association (FIFA). En 2006, la FIFA demande que les principaux championnats européens passent à 18 clubs, ce que la Premier League refuse[6]. Le nom officiel de la compétition est simplifiée en 2007, de FA Premier League à Premier League. En 2011, un club non-anglais y est promu pour la première fois : il s'agit du club gallois de Swansea City.

Depuis son lancement, la Premier League est dominée par un quatuor d'équipes, connu comme le « Big Four », composé d'Arsenal FC, Chelsea FC, Liverpool FC et Manchester United. Ces clubs remportent toutes les éditions de la Premier League jusqu'en 2011, à l'exception de l'édition 1994-1995, remportée par les surprenants Blackburn Rovers. Au moins trois de ces quatre équipes terminent chaque année dans les quatre premières places (qualificatives pour la Ligue des champions) entre 1997 et 2011. Cependant ce Big Four est inégal, d'un côté Chelsea et Manchester United ayant remporté tous les titres entre 2004 et 2011 et de l'autre Arsenal qui ne gagne plus depuis 2004 et Liverpool qui ne remporte aucun titre pendant cette période. De plus, la Premier League a vu dans les années 2010 deux clubs se mêler à la lutte : Tottenham Hotspur et surtout Manchester City, racheté en 2008 par un fonds d'investissement d'Abou Dabi et vainqueur du championnat en 2012 et 2014.

Le pendant de cette large domination est l'accroissement de l'écart entre les équipes de Premier League et celles de Football League, du fait notamment de la grande disparité des compétitions en termes de montants de droits télévisés[7]. Les clubs nouvellement promus en Premier League peinent généralement à se maintenir, notamment la première saison. Depuis 1992 et à l'exception des éditions 2001-2002 et 2011-2012, au moins un promu est relégué chaque année ; en 1997-1998, ce fut le cas des trois entrants[8]. Pour répondre à cette critique, la Premier League aide financièrement les clubs relégués depuis la saison 2006-2007, ce qui a pour effet de creuser l'écart entre les clubs relégués de l'élite et leurs concurrents de Football League. Par ailleurs, la perte brutale des revenus télévisés s'avère dangereuse pour les clubs qui ne parviennent pas à réintégrer rapidement l'élite, comme l'illustrent les difficultés récentes rencontrées par des clubs importants tels que Burnley, Leeds United, Charlton Athletic, Coventry City, Derby County, Nottingham Forest, Oldham Athletic, Sheffield Wednesday, Bradford City, Leicester City, Queens Park Rangers, Southampton, Wimbledon ou encore Portsmouth[9],[10].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le trophée de la Premier League, tenu par le capitaine de Manchester City Vincent Kompany en 2012.
Le trophée dans une vitrine du musée de Manchester United.
Palmarès des clubs champions d'Angleterre
Rang Clubs Titre(s) Année(s)
1 Manchester United 20 1908, 1911, 1952, 1956, 1957, 1965, 1967, 1993, 1994, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2007, 2008, 2009, 2011, 2013
2 Liverpool 18 1901, 1906, 1922, 1923, 1947, 1964, 1966, 1973, 1976, 1977, 1979, 1980, 1982, 1983, 1984, 1986, 1988, 1990
3 Arsenal 13 1931, 1933, 1934, 1935, 1938, 1948, 1953, 1971, 1989, 1991, 1998, 2002, 2004
4 Everton 9 1891, 1915, 1928, 1932, 1939, 1963, 1970, 1985, 1987
5 Aston Villa 7 1894, 1896, 1897, 1899, 1900, 1910, 1981
6 Sunderland 6 1892, 1893, 1895, 1902, 1913, 1936
7 Chelsea 4 1955, 2005, 2006, 2010
Manchester City 4 1937, 1968, 2012, 2014
Newcastle United 4 1905, 1907, 1909, 1927
Sheffield Wednesday 4 1903, 1904, 1929, 1930
11 Blackburn Rovers 3 1912, 1914, 1995
Huddersfield Town 3 1924, 1925, 1926
Leeds United 3 1969, 1974, 1992
Wolverhampton Wanderers 3 1954, 1958, 1959
15 Burnley 2 1921, 1960
Derby County 2 1972, 1975
Portsmouth 2 1949, 1950
Preston North End 2 1889, 1890
Tottenham Hotspur 2 1951, 1961
20 Ipswich Town 1 1962
Nottingham Forest 1 1978
Sheffield United 1 1898
West Bromwich Albion 1 1920

Les clubs anglais en compétitions européennes[modifier | modifier le code]

L'équipe de Manchester en déplacement au Danemark en 1955.

Longtemps les confrontations internationales de clubs anglais sont réservées aux matchs de gala et aux divers tournois amicaux. Les clubs anglais sont très populaires et se déplacent ainsi dans toute l'Europe pour des matchs exhibitions. Après avoir snobé la première édition de la Coupe des clubs champions européens en 1955-1956 organisée par le journal français L'Équipe, les clubs anglais acceptent d'y participer l'année suivante sous l'égide de l'UEFA. Manchester United, champion d'Angleterre en titre, dispose des Belges du RSC Anderlecht, des Allemands du Borussia Dortmund et des Espagnols de l'Athletic Bilbao avant de s'incliner en demi-finale face au tenant du titre, le Real Madrid de Di Stefano et Kopa. L'année suivante, les Mancuniens, qui viennent de se qualifier de nouveau pour les demi-finales, sont décimés par le crash aérien de Munich. Huit joueurs, parmi lesquels le prodige Duncan Edwards, sont tués.

Drogba vainqueur de la Ligue des champions avec Chelsea en 2012.

Il faut finalement attendre 1963 pour voir un club anglais, Tottenham Hotspur, remporter une compétition européenne, la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe. Il est imité deux ans plus tard par West Ham. Manchester United tiendra sa revanche en devenant le premier club anglais à remporter la Coupe des clubs champions européens en 1968. En 1972 et 1973, les Anglais remportent les deux premières éditions de la Coupe UEFA, respectivement par Tottenham Hotspur et Liverpool FC. De 1977 à 1982, les clubs du championnat d'Angleterre remportent six fois d'affilée la Coupe des clubs champions européens, par l'intermédiaire de Liverpool (1977, 1978, 1981), Nottingham Forest (1979, 1980) et Aston Villa FC (1981). Liverpool remporte une quatrième fois la Coupe en 1984, quelques mois avant l'exclusion des clubs anglais de toutes compétitions européennes faisant suite au drame du Heysel.

Les championnats européens sont classés par l'Union des associations européennes de football (UEFA) en fonction de leurs performances dans les compétitions qu'elle organise. Pour les championnats nationaux, le coefficient UEFA est utilisé pour définir le nombre de places de chaque championnat pour les compétitions européennes inter-clubs, et leur qualité, en fonction d'une « liste d'accès » pré-établie. Il est calculé d'après les résultats obtenus par les clubs lors des cinq saisons passées. À ce classement et depuis 1960, le championnat d'Angleterre s'est trouvé à la première place de 1967 à 1975, en 1985, de 2008 à 2012[11].

Depuis 1955, les clubs du championnat d'Angleterre ont remporté à de nombreuses reprises les compétitions officielles de clubs organisées par l'UEFA et la FIFA.

Palmarès des clubs anglais en compétitions officielles internationales
Année Ligue des champions &
Coupe des clubs champions européens
Coupe du monde des clubs &
Coupe intercontinentale
Ligue Europa &
Coupe UEFA
Coupe des vainqueurs de coupe
(1961-1999)
Supercoupe d'Europe Coupe Intertoto
(1995-2008)
1963 Tottenham Hotspur FC
1965 West Ham United FC
1968 Manchester United FC Défaite face à Estudiantes LP (1-0; 1-1) Leeds United AFC
1969 Newcastle United FC
1970 Arsenal FC Manchester City FC
1971 Leeds United AFC Chelsea FC
1972 Tottenham Hotspur FC
1973 1976 Liverpool FC
1977 Liverpool FC forfait Liverpool FC
1978 Liverpool FC non disputé
1979 Nottingham Forest FC forfait Nottingham Forest FC
1980 Nottingham Forest FC Défaite face au Club Nacional (1-0)
1981 Liverpool FC Défaite face au CR Flamengo (3-0) Ipswich Town FC
1982 Aston Villa FC Défaite face au CA Peñarol (2-0) Aston Villa FC
1984 Liverpool FC Défaite face au CA Independiente (1-0) Tottenham Hotspur FC
1985 Everton FC
1986 à 1990 : suspension de toutes compétitions UEFA
1991 Manchester United FC Manchester United FC
1994 Arsenal FC
1998 Chelsea FC Chelsea FC
1999 Manchester United FC Victoire sur SE Palmeiras (1-0) West Ham United FC
2001 Liverpool FC Liverpool FC Aston Villa FC
2002 Fulham FC
2005 Liverpool FC Défaite en finale face au São Paulo FC (1-0) Liverpool FC
2006 Newcastle United FC
2008 Manchester United FC Victoire en finale sur LDU Quito (1-0)
2012 Chelsea FC Défaite en finale face au SC Corinthians (1-0)
2013 Chelsea FC

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Statut de la Premier League[modifier | modifier le code]

La Premier League fonctionne comme une corporation et appartient à ses vingt clubs membres, chacun étant actionnaire à une voix pour les décisions à prendre concernant les changements de règlements ou de contrats. Les clubs élisent un président, un directeur général et un conseil d'administration supervisant les activités quotidiennes. En avril 1999, Dave Richards (en) est nommé président et Richard Scudamore (en) directeur général en novembre[12], en remplacement de John Quinton et Peter Leaver, qui avait été forcé à démissionner[13].

La Fédération anglaise de football (the Football Association) n'est pas concernée par les opérations quotidiennes de la Premier League mais conserve un droit de véto en tant qu'actionnaire particulier, notamment lors des élections des dirigeants. La Premier League dispose de représentants dans l'Association européenne des clubs, association représentant les intérêts des clubs de football en Europe, auprès de l'UEFA notamment.

Sponsoring[modifier | modifier le code]

La Premier League est parrainée elle-même depuis 1993, dans le cadre d'un contrat de naming : le sponsor paie le droit de choisir le nom commercial de la compétition. Trois sociétés se sont succédé comme sponsor de la Premier League[14] :

  • 1993-2001 : Carling (nom : FA Carling Premiership)[3]
  • 2001-2004 : Barclaycard (nom : Barclaycard Premiership)[3]
  • depuis 2004 : Barclays (nom : Barclays Premiership jusqu'en 2007, Barclays Premier League depuis)[3]

En plus du naming, la Premier League signe des contrats avec un certain nombre de partenaires et fournisseurs officiels. Le fournisseur officiel du ballon est par exemple la société Nike depuis la saison 2000-2001, en remplacement de l'équipementier anglais Mitre (en)[15].

Chiffres d'affaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie du football.

Les clubs de Premier League présentent à la fin des années 2000 le chiffre d'affaires global le plus élevé de tous les championnats de football au monde (2,479 milliards d'euros en 2009–2010[16], seuls les trois championnats nord-américains National Football League, Major League Baseball et National Basketball Association faisant mieux, tous sports confondus) ; il n'est cependant que le deuxième championnat de football le plus profitable derrière la Bundesliga allemande[17]. La Premier League est reconnue pour sa forte contribution au commerce international depuis le Royaume-Uni[18].

L'étude annuelle du cabinet Deloitte (la Deloitte Football Money League) classe sept des clubs anglais parmi les vingt plus riches au monde en 2009–2010[19].

À titre de comparaison pour la saison 2011-2012, la Premier League présente un chiffre d'affaires cumulé de 2,515 milliards d’euros, loin devant la Bundesliga allemande (1,746), la Liga espagnole (1,718), la Serie A italienne (1,553) et la Ligue 1 française (1,040). Outre des droits télévisés supérieurs à ses concurrents, le championnat anglais peut compter sur des recettes de billetterie et des revenus publicitaires représentant environ ensemble près de la moitié du chiffre d'affaires de ses clubs (respectivement 610 et 600 millions d'euros, contre 131 et 179 pour le championnat de France)[20].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

L'ancien manager de Manchester United Sir Alex Ferguson jusqu'en 2013

Les entraîneurs, appelés Managers en Angleterre, sont chargés de conduire la gestion quotidienne de leur équipe : entraînement, composition des équipes, transferts, etc. Leur influence réelle dépend des réalités de chaque club[21]. Aujourd'hui, les managers doivent être titulaires de l'UEFA Pro Licence (en), la qualification la plus haute en coaching, pour conserver le poste au-delà d'une période normale d'intérim.

En 2002 l'English Football Hall of Fame est créé par le National Football Museum (en) dans l'objectif d'honorer les joueurs et les managers ayant porté les couleurs anglaises en club ou en équipe nationale[22]. Les membres inauguraux, en tant qu'entraîneurs sont au nombre de six : les Anglais Brian Clough, Bob Paisley et Sir Alf Ramsey, et les Écossais Sir Matt Busby, Bill Shankly et Sir Alex Ferguson. Par la suite, les rejoignent les Anglais Herbert Chapman, Stan Cullis, Bill Nicholson, Sir Bobby Robson (2003), Dario Gradi (en) et Don Revie (2004), Howard Kendall et Walter Winterbottom (2005), Ron Greenwood (2006), Terry Venables (2007), Bertie Mee (2008), Malcolm Allison et Joe Mercer (2009), Harry Catterick (2010), ainsi que le Français Arsène Wenger en 2006.

En 2012, seul un entraîneur a conservé son poste depuis la création de la Premier League en 1992: il s'agit de l'Écossais Sir Alex Ferguson, en poste à Manchester United depuis le 6 novembre 1986. Après lui, les plus anciens sont le Français Arsène Wenger, manager d'Arsenal depuis le 1er octobre 1996, et David Moyes, à Everton depuis le 15 mars 2002. Depuis la création de la Premier League et jusqu'en 2012, aucun entraîneur anglais n'a encore remporté le championnat, les six vainqueurs étant Ferguson (12), Wenger (3), l'Écossais Kenny Dalglish (un titre avec Blackburn Rovers), le Portugais José Mourinho (deux titres avec Chelsea FC) et les Italiens Carlo Ancelotti (un titre avec Chelsea) et Roberto Mancini (un titre avec Manchester City)[23].

Joueurs[modifier | modifier le code]

Footballeurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : English Football Hall of Fame.
Billy Bassett, joueur de West Bromwich Albion lors de la première saison du championnat.
Éric Cantona, membre des Football League 100 Legends et du English Football Hall of Fame.

En 1998, pour fêter la centième édition du championnat d'Angleterre, un groupe de journalistes établit sous l'égide de la Football League la liste des Football League 100 Legends (en), censée couvrir l'histoire de la compétition. Quatre ans plus tard, l'English Football Hall of Fame est créé par le National Football Museum (en) afin d'honorer les joueurs et les managers ayant porté les couleurs anglaises en club ou en équipe nationale[22]. Ses membres inauguraux font tous partie de la liste des cent légendes.

Ces cent légendes, majoritairement anglaises, sont ici classées par ordre chronologique[24] (les membres inauguraux du Hall of Fame étant marqués en gras) :

Chaque année de nouveaux membres sont élus au English Football Hall of Fame, de sorte qu'en 2012 il compte 77 membres, dont 52 joueurs. Thierry Henry y a notamment fait son entrée en 2008.

Récompenses annuelles[modifier | modifier le code]

Thierry Henry, premier triple vainqueur du FWA Footballer of the Year.

Chaque année, plusieurs récompenses viennent couronner les meilleurs joueurs de l'année en Angleterre.

Les plus connues sont celles organisées par la Professional Footballers' Association, syndicat des footballeurs professionnels en Angleterre et au pays de Galles (fondé en 1907), qui récompense le « Joueur de l'année » (PFA Players' Player of the Year, depuis 1973-1974), le « Joueur de l'année d'après les supporters » (PFA Fans' Player of the Year) et le « Jeune joueur de l'année » (PFA Young Player of the Year). Quelques joueurs ont remporté deux fois le titre de joueur de l'année PFA : le Gallois Mark Hughes en 1989 et 1991, l'Anglais Alan Shearer en 1995 et 1997, le Français Thierry Henry en 2003 et 2004, le Portugais Cristiano Ronaldo en 2007 et 2008. Éric Cantona est le premier joueur non britannique à remporter le titre en 1994[25].

La Football Writers' Association, organisation des journalistes sportifs en Angleterre, décerne également une récompense pour le Footballeur de l'année de la FWA (FWA Footballer of the Year), et ce depuis 1947-1948. Son choix diffère souvent de celui de la PFA, le premier joueur à les avoir remporté la même saison étant Terry McDermott en 1980. Quelques joueurs l'ont également remporté deux fois ou plus : Tom Finney en 1954 et 1957, Danny Blanchflower en 1958 et 1961, l’Écossais Kenny Dalglish en 1979 et 1983, Gary Lineker en 1986 et 1992, Thierry Henry en 2003, 2004 et 2006 (le premier à avoir été titré trois fois) et Cristiano Ronaldo en 2007 et 2008. Ce dernier est en 2007 le premier à remporter à la fois les trois récompenses de la PFA et celle de la FWA[26].

Depuis 1994, la Premier League récompense également le meilleur joueur de la saison (le nom du trophée ayant évolué en fonction des contrats de sponsoring). Seuls Frank Lampard, en 2005 et 2006, et Cristiano Ronaldo, en 2007 et 2008, l'ont remporté deux fois.

Pour fêter les dix ans de sa création, la Premier League organise l'élection de l'« équipe de la décennie 1992-2002 ». Les joueurs élus sont les suivants : Peter Schmeichel - Gary Neville, Tony Adams, Marcel Desailly, Denis Irwin - David Beckham, Paul Scholes, Patrick Vieira, Ryan Giggs - Alan Shearer, Éric Cantona. Parmi ces onze joueurs, sept ont passé l'essentiel de la période à Manchester United, vainqueur de sept des dix titres. Shearer est élu meilleur joueur anglais de la décennie, Cantona meilleur joueur étranger[27].

Pour les vingt ans de la compétition, un nouveau vote est organisé. Ryan Giggs est cette fois élu meilleur joueur de la période. Deux Fantasy Teams sont élues, une par un panel d'experts, l'autre par le public. Par rapport à l'équipe des dix ans, Rio Ferdinand et Nemanja Vidic remplacent Desailly, Ashley Cole remplace Irwin, Cristiano Ronaldo remplace Beckham, Roy Keane et Steven Gerrard remplacent Vieira, Thierry Henry remplace Cantona[28].

Apparitions[modifier | modifier le code]

Les 10 joueurs les Plus apparus en Premier League
Pos. Joueur Nb matchs
1 Drapeau : Pays de Galles Ryan Giggs 632
2 Drapeau : Angleterre Frank Lampard 577
3 Drapeau : Angleterre David James 572
4 Drapeau : Pays de Galles Gary Speed 535
5 Drapeau : Angleterre Gareth Barry 529
6 Drapeau : Angleterre Emile Heskey 516
7 Drapeau : Australie Mark Schwarzer 508
7 Drapeau : Angleterre Jamie Carragher 508
9 Drapeau : Angleterre Philip Neville 505
10 Drapeau : Angleterre Sol Campbell 503
Les joueurs en gras sont toujours en activité en PL en 2014-2015[29].

Le record de nombre d'apparitions en première division du championnat d'Angleterre est détenu par le gardien de but anglais Peter Shilton avec 848 matchs disputés entre 1966 et 1991. Les gardiens de but Ray Clemence (de 1965 à 1987) et Pat Jennings (de 1962 à 1986) pointent respectivement à 710 et 709 matchs de première division anglaise[30].

En ce qui concerne les joueurs de champ uniquement, les milieux de terrain Ian Callaghan (1960-1982) et Alan Ball (1962-1984) comptent respectivement 640 et 632 matchs d'élite à leur actif, l'attaquant Teddy Sheringham (1988-2006) 521 [30].

Ryan Giggs détient quant à lui le record du nombre d'apparitions en Premier League, 632. Il est le seul joueur à avoir participé aux 22 premières éditions et compte par ailleurs 13 titres de champion de Premier League, un record également[31].

Meilleurs buteurs[modifier | modifier le code]

Bannière hommage à Alan Shearer, sous le maillot de Newcastle United.

Les trois meilleurs buteurs de l'histoire du championnat d'Angleterre, et les seuls ayant marqué plus de 300 buts, sont :

  1. Jimmy Greaves, auteur de 357 buts en 516 rencontres entre 1957 et 1971, sous les couleurs de Chelsea FC (124), Tottenham Hotspur (220) et West Ham United (13)
  2. Steve Bloomer, auteur de 317 buts en 536 rencontres entre 1892 et 1914, sous les couleurs de Derby County FC (256) et Middlesbrough FC (61)
  3. Dixie Dean, auteur de 310 buts en 362 rencontres entre 1925 et 1937, sous les couleurs d'Everton FC

En ce qui concerne l'histoire de la Premier League uniquement, le meilleur buteur est Alan Shearer avec 260 buts (en 441 rencontres), suivi d'Andy Cole (187 en 414 rencontres) et de Wayne Rooney (181 buts en 388 matchs).

Nationalités[modifier | modifier le code]

Au démarrage de la Premier League en 1992-1993, seuls onze joueurs titulaires n'étaient pas britanniques ou irlandais[32]. En 2000-2001, le pourcentage de joueurs étrangers est passé à 36 %, et 45 % en 2004-2005. Le 26 décembre 1999, Chelsea devient la première équipe de Premier League à aligner une équipe titulaire composée uniquement d'étrangers[33]. En 2009 les clubs de Premier League comptent en moyenne treize joueurs étrangers dans leur groupe professionnel[34] et moins de 40 % des joueurs prenant part au championnat sont anglais, alors que le championnat d'Espagne compte 77,1 % de joueurs éligibles en équipe nationale[35]. En août 2013, lors de la première journée de la saison 2013-2014, le pourcentage de joueurs anglais ayant débuté les rencontres atteint son niveau le plus bas à ce jour. Ils représentent 33,6 % des joueurs alignés dans le « XI de départ » des clubs, contre 73,1 % en août 1992[36]. Durant l'été 2013, 61 joueurs ont été recrutés par les clubs disputant le championnat dans des transferts dits « payants », c'est-à-dire ayant donné lieu à des indemnités. Seulement douze étaient anglais et aucun d'eux n'a été engagé par un club ayant terminé dans les huit premiers lors de la saison précédente[36].

L'impact de cette politique sur le niveau de l'équipe d'Angleterre de football, dont les résultats sont jugés décevants dans les années 1990 et 2000, a été l'objet de débats dans les médias anglais. Pour contrer la tendance des clubs anglais de recruter à l'étranger plutôt que de former des jeunes, le Home Office décide en 1999 de réduire les possibilités d'obtention d'un permis de travail pour les joueurs ne venant pas de l'Union européenne : il doit avoir en effet joué au moins 75 % des matchs de sa sélection nationale lors des deux années précédentes, et cette sélection doit figurer parmi les 70 meilleures du monde au classement FIFA.

Transferts et salaires[modifier | modifier le code]

Les footballeurs ne peuvent être transférés d'un club à l'autre que lors des fenêtres de transferts fixées par la Fédération anglaise (sauf dérogation expresse). La première période annuelle s'étend du dernier jour de la saison régulière au 31 août, la seconde du 31 décembre au 31 janvier. Depuis la saison 2010-2011, chaque club de Premier League est limité à un groupe de 25 joueurs de plus de 21 ans, qui ne peut être modifié que pendant les périodes de transfert, dont au moins huit sont home-grown, c'est-à-dire ayant joué en Angleterre au moins trois saisons entières avant ses 21 ans.

Il n'y a pas de limite individuelle ou collective des salaires, de sorte qu'ils ont accompagné l'explosion des droits télévisés. Le salaire moyen des joueurs de Premier League était de 75 000 livres par an lors de la première saison[37], 409 000 en 2000-2001, 676 000 en 2003–2004[38], 1,1 million en 2008-2009 [39].

De la même façon, le montant des indemnités de transferts ont explosé : alors qu'Alan Shearer était le premier joueur britannique à avoir été transféré pour plus de trois millions de livres[40], il était acheté quinze millions par Newcastle United en 1996, un record mondial. Rio Ferdinand fut transféré de West Ham à Leeds pour 18 millions en 1999[40], un montant largement dépassé, à trois reprises, par Manchester United pour attirer Ruud van Nistelrooy, Juan Sebastián Verón puis le même Rio Ferdinand[41]. En mai 2006, Chelsea signe Andriy Shevchenko du AC Milan pour un montant estimé à 30 millions de livres[42], dépassé par Manchester City lors du recrutrement du jeune brésilien Robinho du Real Madrid. Le 31 janvier 2011, deux transferts record sont signés : celui du buteur international anglais Andy Carroll de Newcastle United à Liverpool pour 35 millions[43], et celui de Fernando Torres de Liverpool à Chelsea pour environ 50 millions[44]. Le record britannique en matière de recrutement est enregistré par Manchester United en 2014 lors de l'achat du joueur argentin Angel Di Maria en provenane du Real Madrid pour la somme de 75 millions d'euros. En 2009 lors le départ de la star de Manchester United Cristiano Ronaldo pour le Real Madrid raporte près de 80 millions de livres[45].

Couverture des médias[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Football et télévision.
Match opposant Chelsea et Newcastle United en 2010.

Le développement de la télévision a joué un rôle majeur dans l'histoire de la Premier League. L'argent généré par les droits télévisés a été une des causes de sa création, et reste aujourd'hui vital à son fonctionnement et à son développement. La décision de la League de céder la totalité de ses droits télévisés à BSkyB, chaîne de télévision payante, plutôt qu'à BBC ou à ITV comme jusqu'à lors, était en 1992 une décision radicale et novatrice. L'achat des droits de diffusion des championnats de football a assuré le succès du groupe de télévision et permis l'enrichissement des clubs de football. La Premier League vend ses droits télévisés collectivement, contrairement à ce qui se fait notamment en Espagne. Le total est divisé en trois parts[46] la moitié est répartie de façon égale entre les clubs, un quart récompense le classement du club en fin de saison et le dernier quart est distribué en fonction des retransmissions.

Les premiers droits payés par Sky en 1992 se montaient à 304 millions de livres sur cinq ans[47]. Le contrat suivant, débuté en 1997, s'éleva à 670 millions de livres sur quatre saisons[47] ; le troisième à 1,024 milliards de livres sur trois saisons. En 2004, la ligue parvint par ailleurs à vendre ses droits à l'international pour 320 millions de livres sur trois saisons, pays par pays[48]. En août 2006, le monopole de Sky est cassé, Setanta Sports remportant deux des six lots attribués, sur l'insistance de la Commission européenne qui considère l’exclusivité des droits de diffusion comme une barrière à la concurrence. Sky et Setanta signent alors pour un total de 1,7 milliards de livres, la BBC payant en plus 171 millions de livres pour des droits complémentaires (pour l'émission Match of the Day). Les droits à l'étranger augmentèrent également à 625 millions de livres[49]. Le total des droits, évalués à plus de 2,7 milliards d'euros, donne aux matchs de Premier League une valeur moyenne de 40 millions de livres entre 2007 to 2010[50].

Les accords entre la Premier League et Sky ont été suspecté de former un cartel, donnant lieu à plusieurs actions en justice[51]. L’Office of Fair Trading confirme en 2002 la position dominante de BSkyB sur le marché des droits, mais ne conclut pas à un abus de cette position. En 1999, la méthode collective de vente des droits de la Premier League est étudiée par le UK Restrictive Practices Court, qui conclut qu'elle n'est pas contraire à l'intérêt général. Les droits télévisés sont vendus pour 2010-2013 pour 1,782 milliard de livres[52]. La faillite au Royaume-Uni de Setanta Sports en 2009 conduit au transfert de ses droits à ESPN. Pour la période 2013-2016, la totalité des droits télévisés atteint 3,018 millions de livres (246 millions par an pour British Telecom, 760 millions pour BSkyB)[53].

Dans ce domaine, la Premier League a développé une avance importante sur tous les autres championnats européens, grâce à sa popularité dans le monde et particulièrement en Asie. En 2011, le championnat anglais génère ainsi 1219 millions d'euros par saison en droits télévisés (683 millions sur le marché national et 536 millions à l'international), contre 742 millions d'euros pour l'Espagne, 692 pour la France, 666 pour l'Italie et 462 pour l'Allemagne[54].

Stades[modifier | modifier le code]

Justice for the 96 : hommage aux victimes de la tragédie de Hillsborough.

Entre 1992 et 2012, cinquante stades ont reçu un match de Premier League. Le rapport Taylor, ayant fait suite au tragédie de Hillsborough en 1989, ayant conduit à l'interdiction des places debout, tous sont entièrement équipés de places assises depuis la saison 1994-1995[55].

Les affluences dans les stades représentent une source de revenu significative[56]. En 2009–2010, l'affluence moyenne des matchs de Premier League se monte à 34 215, contre 21 126 lors de la première saison de Premier League en 1992–1993. Le record d'affluence moyenne date de la saison 2007-2008 avec 36 144 spectateurs[57].

Tous les stades d'Angleterre ont été modernisés, agrandis, rendus plus confortables, voir reconstruits comme l'Emirates Stadium d'Arsenal FC ou le City of Manchester Stadium[58] (neuf ont été détruits). En 2010–2011, les capacités de ces stades est très diverse, allant de plus de 75 000 places à Old Trafford, le terrain de Manchester United à 16 220 pour Bloomfield Road, le stade de Blackpool FC. La capacité totale des stades de Premier League se monte cette saison-là à 770 477, soit un moyenne de 38 523[59].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les clubs de l'édition 2014-2015[modifier | modifier le code]

Légende des couleurs


Club Se maintient
depuis
Classement
2013-2014
Entraîneur Depuis Stade Capacité
théorique
Ville
Arsenal 1919 4 Drapeau : France Arsène Wenger 1996 Emirates Stadium 60 338 Londres
Aston Villa 1988 15 Drapeau : Écosse Paul Lambert 2012 Villa Park 42 682 Birmingham
Burnley 2014 2 (FLC) Drapeau : Angleterre Sean Dyche 2012 Turf Moor 22 546 Burnley
Chelsea 1989 3 Drapeau : Portugal José Mourinho 2013 Stamford Bridge 41 798 Londres
Crystal Palace 2013 11 Drapeau : Pays de Galles Tony Pulis 2013 Selhurst Park 26 255 Londres
Everton 1954 5 Drapeau : Espagne Roberto Martínez 2013 Goodison Park 39 571 Liverpool
Hull City 2013 16 Drapeau : Angleterre Steve Bruce 2012 KC Stadium 25 400 Hull
Leicester City 2014 1 (FLC) Drapeau : Angleterre Nigel Pearson 2011 King Power Stadium 36 262 Leicester
Liverpool 1962 2 Drapeau : Irlande du Nord Brendan Rodgers 2012 Anfield 45 276 Liverpool
Manchester City 2002 1 Drapeau : Chili Manuel Pellegrini 2013 Etihad Stadium 47 405 Manchester
Manchester United 1978 7 Drapeau : Pays-Bas Louis van Gaal 2014 Old Trafford 75 731 Manchester
Newcastle United 2010 10 Drapeau : Angleterre Alan Pardew 2010 St James' Park 52 405 Newcastle
Queens Park Rangers 2014 4 (FLC) Drapeau : Angleterre Harry Redknapp 2012 Loftus Road 18 360 Londres
Southampton 2012 8 Drapeau : Pays-Bas Ronald Koeman 2014 St Mary's Stadium 32 589 Southampton
Stoke City 2008 9 Drapeau : Pays de Galles Mark Hughes 2013 Britannia Stadium 27 740 Stoke-on-Trent
Sunderland 2007 14 Drapeau : Uruguay Gustavo Poyet 2013 Stadium of Light 48 707 Sunderland
Swansea City 2011 12 Drapeau : Angleterre Garry Monk 2014 Liberty Stadium 20 750 Swansea
Tottenham Hotspur 1971 6 Drapeau : Argentine Mauricio Pochettino 2014 White Hart Lane 36 284 Londres
West Bromwich Albion 2010 17 The Hawthorns 26 445 West Bromwich
West Ham United 2012 13 Drapeau : Angleterre Sam Allardyce 2011 Boleyn Ground 35 016 Londres

Entre 1992 et 2014, quarante-six clubs ont participé à au moins une édition de la Premier League, et sept à toutes ses éditions : Arsenal, Aston Villa, Chelsea, Everton, Liverpool, Manchester United et Tottenham Hotspur[60].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Premier League » (voir la liste des auteurs).

  1. Cette pratique rappelle ce qui sera désigné en France comme l'« amateurisme marron » dans les années 1910 et 1920
  2. Les 22 participants au championnat 1992-1993 sont Arsenal, Aston Villa, Blackburn Rovers, Chelsea, Coventry City, Crystal Palace, Everton, Ipswich Town, Leeds United, Liverpool, Manchester City, Manchester United, Middlesbrough, Norwich City, Nottingham Forest, Oldham Athletic, Queens Park Rangers, Sheffield United, Sheffield Wednesday, Southampton, Tottenham Hotspur et Wimbledon. Luton Town, Notts County et West Ham United ont été relégué l'année précédente.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (131 ou 162 selon les sources
  2. (en) « 1985: English teams banned after Heysel », BBC,‎ 31 mai 1985 (consulté le 4 décembre 2012)
  3. a, b, c, d, e et f (en) « A History of The Premier League », Premier League (consulté le 4 décembre 2012)
  4. (en) « The Taylor Report », Football Netpériodique (consulté le 22 novembre 2007)
  5. a et b (en) « The History of the Football League », Football League (consulté le 12 septembre 2010)
  6. (en) « Fifa wants 18-team Premier League », BBC Sport,‎ 8 juin 2006 (consulté le 8 août 2006)
  7. (en) David Conn, « Rich clubs forced to give up a sliver of the TV pie », The Guardian,‎ 10 mai 2006 (consulté le 8 août 2006)
  8. (en) John Brevin, « 1997/98 – Season Review », sur Soccernet, ESPN,‎ 4 juillet 2005 (consulté le 29 novembre 2007)
  9. (en) Ben Bailey et Patrick Whyte, « Premier League casualties – clubs that have struggled since relegation », sur Evening Standard, Daily Mail & General Trust,‎ 19 mars 2009 (consulté le 7 avril 2009)
  10. (en) « Down again: Leicester's relegation horror », The Daily Telegraph,‎ 5 mai 2008 (consulté le 7 avril 2009)
  11. « Coefficients des pays 2011/12 », sur fr.uefa.com (consulté le 21 mai 2012)
  12. (en) « Premier League v England time-line », The Guardian,‎ 10 juin 2008
  13. (en) « Timeline: a history of TV football rights », The Guardian,‎ 25 février 2003
  14. (en) « Barclays nets Premier League deal », BBC (consulté le 7 septembre 2010)
  15. (en) « The Premier League's goal rush », The Sunday Times (consulté le 7 septembre 2010)
  16. (en) « Premier League wages keep on rising, Deloitte says », British Broadcasting Corporation,‎ 9 juin 2011
  17. (en) « English Premier League generates highest revenue, German Bundesliga most profitable », Guardian News and Media,‎ 10 juin 2010
  18. (en) « Prestigious Award for Premier League », Premier League,‎ 21 avril 2010
  19. (en) « Top 20 clubs Deloitte Football Money League 2011 »
  20. Matthieu Margueritte, « Finances : la Ligue 1 ridiculisée par les chiffres records des grands d’Europe ! », footmercato.net,‎ 20 novembre 2012
  21. (en) Seamus Kelly et John Harris, « Managers, directors and trust in professional football », Sport in Society: Cultures, Commerce, Media, Politics, vol. 13,‎ 2010, p. 489-502
  22. a et b (en) Hall of Fame, nationalfootballmuseum.com
  23. (en) « Who won what », League Managers Association (consulté le 14 septembre 2010)
  24. (en) THE FOOTBALL LEAGUE 100 LEGENDS, football-league.co.uk
  25. (en) PFA Player of the Year Winners, thepfa.com
  26. (en) England - Players Awards (Elected by the Football Writers' Association), RSSSF.com
  27. (en) Cantona's world of sardines, fat managers and early retirement - The Independent - 15 avril 2003
  28. (en) 20 Seasons Awards: The Winners, premierleague.com
  29. http://www.premierleague.com/en-gb/players/index.html
  30. a et b (en) Thousand Matches, rsssf.com
  31. (en) Player Profile – Ryan Giggs – Career History, premierleague.com
  32. (en) « England need to stem the foreign tide », The Guardian (consulté le 10 août 2006)
  33. (en) « Phil Neal: King of Europe? », The Guardian (consulté le 10 août 2006)
  34. (en) « Where the Premier League's players come from », British Broadcasting Corporation (consulté le 3 octobre 2010)
  35. (en) Jamie Jackson, « World Cup 2010: England are 'paying price of foreign Premier League' », The Guardian,‎ 8 juillet 2010
  36. a et b (en) Louise Taylor, Mike Adamson, « Revealed: The Premier League reaches an all-time low of English players », The Guardian,‎ 19 août 2013
  37. (en) « Forty factors fuelling football inflation », The Guardian,‎ 2003 (lire en ligne)
  38. (en) Ashling O'Connor, « The billion-pound revolution », The Times,‎ 2005 (lire en ligne)
  39. (en) Laura Williamson, « Premier League falls behind German Bundesliga as Europe most profitable football league », Daily Mail,‎ 2010 (lire en ligne)
  40. a et b (en) « From £250,000 to £29.1m », The Observer,‎ 2006 (lire en ligne)
  41. (en) « Leeds sell Rio for £30 million », The Daily Telegraph,‎ 2002 (lire en ligne)
  42. « Chelsea complete Shevchenko deal », BBC Sport,‎ 31 mai 2006 (lire en ligne)
  43. « Liverpool sign Carroll from Newcastle for record £35m », BBC Sport,‎ 31 janvier 2011 (lire en ligne)
  44. « Blues wrap up Torres deal », Sky Sports,‎ 31 janvier 2011 (lire en ligne)
  45. « Man Utd accept £80m Ronaldo bid », BBC Sport,‎ 12 juin 2009 (lire en ligne)
  46. (en) « Frequently asked questions about the F.A. Premier League (How are television revenues distributed to Premier League clubs?) », Premier League (consulté le 11 décembre 2007)
  47. a et b (en) « BSkyB Timeline », BSkyB (consulté le 20 octobre 2009)
  48. (en) « Premier League launches international rights tender », SportBusiness (consulté le 12 septembre 2010)
  49. (en) « Premiership in new £625m TV deal », BBC (consulté le 3 juin 2007)
  50. (en) « Premier League clubs benefit from new overseas TV deal », BBC Sport (consulté le 11 septembre 2010)
  51. (en) « Football: High Court countdown: Battle begins for football's future », The Independent (consulté le 11 septembre 2010)
  52. (en) « New Television Rights », BBC (consulté le 6 janvier 2010)
  53. (en) « Premier League rights sold to BT and BSkyB for £3bn », BBC News
  54. Fabien Letennier, « Comparaison internationale des droits TV », maxifoot.fr,‎ 5 août 2011
  55. (en) « Football: Fayed's race against time », The Independent (consulté le 14 septembre 2010)
  56. (en) « Market size and attendance in English Premier League football » [PDF], Lancaster University Management School,‎ 2006 (consulté le 15 septembre 2010)
  57. (en) « United Kingdom: Deloitte Annual Review Of Football Finance Highlights », Mondaq (consulté le 7 septembre 2010)
  58. (en) « Match-going mood killers? », British Broadcasting Corporation (consulté le 15 septembre 2010)
  59. (en) « Premier League Handbook: Season 2010/11 » [PDF], Premier League (consulté le 7 septembre 2010)
  60. (en) « It's official – Tottenham have the worst defence in Premier League history », Daily Mail,‎ 2007 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]