Champagnac-de-Belair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champagnac.
Champagnac-de-Belair
L'église Saint-Christophe de Champagnac-de-Belair.
L'église Saint-Christophe de Champagnac-de-Belair.
Blason de Champagnac-de-Belair
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Canton Champagnac-de-Belair
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Dronne et Belle
Maire
Mandat
Jean-Claude Fagete
2014-2020
Code postal 24530
Code commune 24096
Démographie
Gentilé Champagnacois
Population
municipale
686 hab. (2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 36″ N 0° 41′ 59″ E / 45.393333, 0.699722 ()45° 23′ 36″ Nord 0° 41′ 59″ Est / 45.393333, 0.699722 ()  
Altitude Min. 105 m – Max. 222 m
Superficie 18,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Champagnac-de-Belair

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Champagnac-de-Belair

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champagnac-de-Belair

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champagnac-de-Belair

Champagnac-de-Belair est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine. C'est le chef-lieu du canton de Champagnac-de-Belair.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Dronne au bas du bourg de Champagnac-de-Belair

Au nord du département de la Dordogne, la commune de Champagnac-de-Belair est traversée du nord au sud par le principal affluent de l'Isle, la Dronne, et arrosée à l'est par le Trincou, affluent de la Côle et sous-affluent de la Dronne.

L'altitude minimale, 105 mètres[Note 1], se trouve à l'extrême sud, près du lieu-dit Verneuil, là où la Dronne quitte la commune pour servir de limite entre celles de Brantôme et Condat-sur-Trincou. L'altitude maximale avec 222 mètres[Note 1] est localisée au nord-ouest, en bordure de la commune de Saint-Pancrace, près du lieu-dit la Tuilière.

Cinq kilomètres au nord-nord-est de Brantôme et quinze kilomètres au sud de Nontron en distances orthodromiques, le bourg de Champagnac-de-Belair surplombe la vallée de la Dronne, sur sa rive gauche. Il est situé au croisement de la route départementale (RD) 83, axe nord-sud qui longe la vallée, et de la RD 82, qui traverse la commune d'est en ouest.

La commune est également desservie à l'est par la RD 3 et bordée au nord-ouest par la RD 675.

Entre Villars et Condat-sur-Trincou, le sentier de grande randonnée GR 654 passe par le bourg de Champagnac-de-Belair.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Champagnac-de-Belair
Saint-Pancrace Quinsac Villars
Cantillac Champagnac-de-Belair
Brantôme Condat-sur-Trincou La Chapelle-Faucher

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Champanhac[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1747 à 1749, la peste emporte 278 habitants de la paroisse, soit entre 25 et 30 % de la population[2].

La commune s'appelle d'abord Champagnac avant de devenir Champagnac-de-Bel-Air puis prendre son nom actuel Champagnac-de-Belair[3].

De 1891 à 1949, une ligne de tramways reliant Périgueux à Saint-Pardoux-la-Rivière desservait Champagnac-de-Belair[4]. Il en reste le minuscule bâtiment de la gare en bord de Dronne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Champagnac-de-Belair

Les armes de Champagnac-de-Belair se blasonnent ainsi : « De gueules à trois lionceaux d'or, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'argent surmontées d'un lambel de même, soutenu d'une devise ondée aussi d'argent chargée d'une truite au naturel. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
(1919 ou avant) mai 1929 Émile Mazeau   Cultivateur
mai 1929 1944 Georges Bonnet RRRS Député
octobre 1944 octobre 1953 Ferdinand Beyney[Note 2]   Cultivateur
1953 1994 Bertrand Souquet[Note 3]   Conducteur de chantier puis
agent des travaux publics de l'État
mai 1994 décembre 2006 Michel Neveu    
décembre 2006 mars 2014 Bernard Naboulet DVG Retraité
mars 2014 en cours Jean Claude Fagete DVG Directeur d'école
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, Champagnac-de-Belair comptait 686 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Champagnac-de-Belair[5]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
905 784 747 1 101 1 150 959 921 1 030 1 041
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
994 982 1 041 983 1 028 1 076 1 025 995 952
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
904 949 915 829 787 734 709 688 635
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
584 590 557 606 658 685 736 738 699
2011 - - - - - - - -
686 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune dispose d'une école maternelle et d'une école primaire. Organisée en regroupement pédagogique intercommunal (RPI), elle accueille les élèves de deux autres communes voisines : Cantillac et Condat-sur-Trincou.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Au recensement de 1999, la population active totale (actifs + chômeurs) de Champagnac-de-Belair s'élève à 317 personnes[7]. Le taux d'activité entre 20 et 59 ans y est de 86 %, ce qui place la commune au-dessus de la moyenne nationale (82,2 %). On y dénombre 31 chômeurs (9,8 % des actifs, taux inférieur à la moyenne nationale 12,9 %). En tout et pour tout, la population comprend 46,4 % d'actifs, 22,3 % de retraités, 20,8 % de jeunes scolarisés et 10,5 % d'autres personnes sans activité[7].

Par rapport aux moyennes nationales, le pourcentage de retraités y est plus important (22,3 % contre 18,2 %) et le pourcentage de jeunes scolarisés y est à l'inverse, sensiblement inférieur (20,8 % contre 25 %).

En 2007[8], la population active totale représente 332 personnes, soit 45,8 % de la population. Le nombre de chômeurs est resté stable (30) et le taux de chômage de la population active s'établit à 9,1 %.

Entreprises[modifier | modifier le code]

En 2009, tous secteurs confondus, parmi les entreprises ayant leur siège social en Dordogne, on trouve implantée à Champagnac-de-Belair, la société Champador classée 18e en termes de chiffre d'affaires HT avec 42 342 k€[9].

Un site de production de la biscuiterie Saint-Michel est implanté dans la commune[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bertrand Souquet, Les écrevisses marchent à reculons - Champagnac de Belair de 1940 à 1945, 1997

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ces données (altitudes, surface) sont issues du site de l'IGN [1].
  2. Décédé en fonctions.
  3. Démissionnaire.
  4. Contrairement à ce qu'indique le site de l'Assemblée nationale, François Albert Sarlande n'est pas décédé en 1888 mais en 1913. Source : registre des décès de la commune de Champagnac-de-Belair.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 15 février 2014.
  2. Abbé Farnier, Autour de l'abbaye de Ligueux, tome II, p. 162, Le livre d'histoire-Lorisse, 2003 (fac-similé de l'édition de 1931), (ISBN 2-84373-342-1)
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Canton de Champagnac-de-Belair sur le site Cartes postales anciennes Périgord Dordogne, consulté le 16 novembre 2010.
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 15 février 2014)
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  7. a et b Données INSEE compulsées par le journal du Net- Emploi à Champagnac-de-Belair. Consulté le 17 novembre 2010.
  8. INSEE Chiffres-clés 2007. Consulté le 17 novembre 2010.
  9. Sud Ouest éco, supplément au journal Sud Ouest, édition Dordogne du 10 novembre 2010, page 29
  10. « Saint-Michel-Chef-Chef », sur www.stmichel.fr, Morina Baie Biscuits,‎ 2013 (consulté le 17 août 2013)
  11. Site du château de la Borie Saulnier
  12. « Inscription de l'église Saint-Christophe », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 17 août 2009
  13. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, p. 847, éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4)
  14. Galerie des administrateurs et personnages civils d'Alger, p. 28/32, consultée le 17 novembre 2010
  15. Notice de François, Albert Sarlande sur le site de l'Assemblée nationale, consulté le 17 novembre 2010
  16. Sylvie Guillaume et Bernard Lachaise, Dictionnaire des parlementaires d'Aquitaine (résumé), p. 121-122