Champ pétrolifère de Prudhoe Bay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

70° 18′ 24″ N 148° 43′ 57″ O / 70.306667, -148.7325 () Le champ pétrolifère de Prudhoe Bay est un champ pétrolifère situé dans la région de Alaska North Slope en Alaska aux États-Unis. Il est opéré par BP.

Découvert en 1968 et mis en exploitation en 1977, ses réserves initiales de 13 Gbbls en font le plus gros gisement des États-Unis et le troisième d'Amérique du Nord après Cantarell et les sables bitumeux de l'Alberta. Le pétrole est de plutôt bonne qualité (29°API, 1 % de soufre).

L'oléoduc trans-Alaska (1 264 kilomètres de long) traversant l'Alaska du nord de Prudhoe Bay jusqu'à la côte sud à Valdez fut inauguré en 1977, permettant l'exportation du pétrole du gisement. La production fut développée rapidement, atteignant un plateau de 1,6 Mbbls/j en 1980. Prudhoe Bay remplissait, à lui seul, l'oléoduc à 80 %.

Ce niveau de production fut, comme prévu, maintenu jusqu'en 1988, date où commença un déclin progressif. Le gisement produit, en 2006, 400 kbbls/j, en comptant les cinq « satellites » (des gisements de petite taille rattachés à son infrastructure). En 2006, il reste environ 2 Mbbls de réserves. Les autres gisements du North Slope totalisent 450 kbbls/j.

Même s'il épuisera bientôt, Prudhoe Bay pourra par contre fournir beaucoup de gaz naturel dans les années à venir (lorsque le gazoduc nécessaire sera construit). Comme tous les gisements, il contient du gaz dissous dans le pétrole. Ce gaz a jusqu'ici toujours été réinjecté dans le gisement (pour maintenir la pression et améliorer la récupération des liquides), formant un vaste dôme au sommet du réservoir.

En 2006, la zone de Prudhoe Bay produit la moitié du pétrole de l'Alaska et 400 kbbls/j[1] par jour. Elle assure 8 % de la production totale américaine[2].

En mars 2006, la compagnie britannique BP a découvert une fuite sur un oléoduc de transit de Prudhoe Bay qui avait laissé s’échapper entre 700 000 et 1 000 000 de litres de pétrole[2]. En août 2006, suite à une minuscule fuite d'un oléoduc mise sur le compte de la corrosion, BP annonce la fermeture temporaire de Prudhoe Bay, ce qui fait sensiblement augmenter le prix de l'essence[3]. Un observateur de l'industrie pétrolière affirme que la raison de cette fermeture est futile[3].

Références[modifier | modifier le code]